Après quinze jours d'annonces, nous avons enfin une vue d'ensemble sur ce que sera l'univers DC en mars, après l'opération Future State. Vous trouverez d'ailleurs en fin d'article un récapitulatif de ce que DC nomme Infinite Frontier. C'est donc le moment de se poser un peu et d'essayer de comprendre qu'elle est la nouvelle donne.

Attention, possibilité de divulgâchage en vue. Entrez à vos risques et périls.

Lire l'avenir dans une couverture

Infinite Frontier verra donc un renouveau de l'univers DC. Après les événements de Dark Nights: Death Metal, le grand évènement interdimensionnel de Scott Snyder et Greg Capullo, nous savons que la continuité DC sera passablement perturbée. Janvier et février seront l'occasion de jeter un œil à différents avenirs potentiels au travers de l'opération Future State avant de revenir au présent en mars pour découvrir les évolutions opérées sur la continuité courante.

Le numéro spécial Infinite Frontier #0 du 3 mars sera le véritable point de départ de ce rafraîchissement de la gamme. Au travers d'une histoire mettent en scène le Spectre et Wonder Woman (qui semble avoir rejoint une autre forme d'existence), nous découvrirons le nouveau statu quo pour les principaux personnages de l'univers DC.

Si l'on se fie à la couverture de ce one-shot, nous pouvons d'ores et déjà tiré quelques enseignements. D'abord, il semble bien que l'univers DC soit toujours un multivers puisqu'on peut distinguer dans le décor une multitude de Terres. De même, parmi les participants à l'imposante photo de groupe sur fond de soleil levant (ou couchant selon qu'on soit optimiste ou pessimiste), on peut distinguer Calvin Ellis, le Superman noir, président des États-Unis sur Terre-23, ou encore la bolide de Terre-3, sensée intégrer le Suicide Squad durant Future State. Autre échappé de Future State, le Next Batman, est également présent. Comment ces personnages venus de mondes parallèles ou de futur alternatifs vont-ils s'articuler dans les prochaines aventures ? Là est toute la question.

Couverture de Detective Comics #1034 par Dan Mora (DC Comics).

Parmi les autres personnages figurant sur cette couverture, on peut distinguer la présence de Jon Kent, Nubia et Black Adam mis en première ligne, confirmant que leur rôle sera prédominant dans cette nouvelle période qui s'ouvre. Nouvelle génération, héros issus de la diversité, il y a tout de même comme un petit air de 5G dans Infinite Frontier. Sans doute moins frontal pour ne pas froisser l'arrière-garde conservatrice, mais bel et bien présent.

Conforté aussi par cette couverture : le retour en grâce de Wally West au côté de son mentor Barry Allen ; la fondation par Nightwing, Cyborg et Starfire de la Teen Titans Academy, qui accueillera la fille de Lobo, Crush, et le mystérieux Red X ; l'omniprésence de la Bat-Family avec Harley Quinn, Red Hood, Catwoman et Robin (dans un nouveau costume beaucoup moins coloré et dont le design pourrait laisser penser qu'il se rapproche de la Ligue des Assassins de sa mère) ; la présence d'Aquaman, Green Arrow et Black Canary au sein de la Justice League.

Couverture de The Flash #768 par Brandon Peterson (DC Comics).

Parmi les surprises, il y a les apparitions du Green Lantern original Alan Scott et de ses enfants Jade et Obsidian. On sait que Scott aura un segment par James Tynion IV et Stephen Byrne dans ce numéro spécial, mais le pourquoi de son inclusion est encore nébuleux. Stargirl aura également son histoire dans ce one-shot, par Geoff Johns et Todd Nauck. Est-ce le prélude à une nouvelle série ?

Enfin, on n'avait pas vu le duo Blue Beetle/Booster Gold depuis un moment. Véritable indice de leur possible retour ou simple clin d'œil du dessinateur Dan Jurgens à des personnages qu'il affectionne, l'avenir le dira.

Une relance modeste et à l'économie

Infinite Frontier n'est cependant pas qu'un numéro spécial. C'est aussi une rénovation du catalogue DC. Les annonces de mars indiquent pas mal de choses.

Tout d'abord, une réduction drastique du nombre de parutions. Alors que l'on tournait encore aux alentours de 60 publications (hors romans graphiques et recueils) en ce mois de décembre, il chute à 36 pour le mois de mars prochain. Par comparaison, Marvel en proposera une grosse cinquantaine le même mois. Un élagage impressionnant quand on parle tout de même du deuxième éditeur de comic-books aux États-Unis. De plus, sur ces 36 revues, seulement 18 sont estampillées Infinite Frontier et donc intégrées à la continuité courante, celles restantes (les anthologies "colorées", les versions papiers des séries numériques ou les productions Black Label) sont placées dans un flou artistique qui les met le cul entre deux chaises, en continuité ou hors-continuité, selon le bon vouloir des auteurs et des éditeurs.

Couverture alternative d'Action Comics #1029 (DC Comics).

La baisse de production se fait essentiellement par l'abandon du rythme bimensuel et l'arrêt de certains titres. Mis en place lors de l'opération Rebirth en 2016 pour une bonne partie des titres, le rythme de deux numéros par mois avait été abandonné au fil des mois. Ne restait plus que Batman, Detective Comics et Wonder Woman à paraître à cette cadence. Ce ne sera donc plus le cas.

Quelques titres ne sont également pas reparus par rapport à décembre. Pas d'Aquaman, de Legion of Super-Heroes, de Red Hood ou de Justice League Dark d'annoncés pour mars, même si ces titres n'ont pas pas été officiellement stoppés. On sait cependant qu'avril verra d'autres lancement de titres (au moins le Green Lantern de Geoffrey Thorne et Tom Raney), il n'est donc pas exclu qu'Aquaman ou LSH fassent l'objet d'une relance.

Red Hood, en revanche, semble avoir déménagé dans l'anthologie Batman: Urban Legends. C'est une autre des caractéristiques du "nouveau" DC qui pointait déjà avec Future State, un intérêt accru pour les anthologies et pour les histoires de complément. Justice League Dark intègre Justice League, les séries Batman et Superman ont leurs "back-ups features" tout comme Joker et Wonder Woman. Cela se traduit par une augmentation de tarifs (ces titres passent à 4.99 $ au lieu de 3.99 $), mais permettent de s'intéresser à plus de personnages.

Pour les faire vivre, DC mise sur un renouveau de son cheptel d'artistes. Beaucoup de nouveau noms sont apparus avec Future State et sont confortés dans leur fonctions. Stephanie Phillips, le duo Becky Cloonan/Michael W. Conrad, Jordie Bellaire, Jeremy Adams, Tim Sheridan et Geoff Thorne avaient peu écrit jusqu'ici pour les super-héros DC.

Peu de têtes d'affiches (Bendis ne récupère qu'une série) tandis que James Tynion IV, Phillip Kennedy Johnson, Mariko Tamaki, Tom Taylor ou encore Ram V sont en train de s'imposer comme les "tauliers" de cette nouvelle ère. Scott Snyder a déjà déclaré vouloir se consacrer à ses créations personnelles, on ne devrait pas le voir sur une série régulière ces prochains mois. Reste les cas de Joshua Williamson et Geoff Johns, présents dans le Infinite Frontier, mais dont on ne connaît pas les projets, ni même si ils en ont.

D'un point de vue graphique également, pas de cadors. Les John Romita Jr.,, David Finch, Ivan Reis ou Bryan Hitch sont plutôt discrets, laissant les grosses séries à des Jorge Jimenez, Dan Mora, John Timms ou encore David Marquez.

Couverture de Justice League #59 par David Marquez (DC Comics).

Tout cela confirme une volonté récente de donner leur chance à de nouvelles voix (la série numérique Truth & Justice doit également servir de tremplin pour de nouveaux auteurs), afin de renouveler les histoires, mais aussi, vraisemblablement, dans un souci d'économie. Tout ces jeunes scénaristes ou dessinateurs sont bien moins chers que des artistes confirmés, ce qui avait déjà été pointé récemment. De même, on peut constater un net recul des couvertures alternatives. Alors qu'on pouvait en compter des dizaines pour un numéro un jusqu'à il y a peu (voir Batman/Catwoman #1), içi les numéros 1 les plus hypes (The Joker, Batman: Urban Legends) se limitent à quelques versions.

Si tout n'a pas encore été annoncé, il semble en tout cas qu'Infinite Frontier se fasse sur un mode plutôt modeste. Des auteurs jeunes ou peu en vue qui reprennent un nombre limité de séries. Il est vraisemblable que l'opération soit au final une version light de la Generation 5, remaniée par la nouvelle équipe en place, menée par Marie Javins. Infinite Frontier fait donc office de profession de foi pour le nouvel encadrement éditorial, durement touché par les récentes vagues de licenciements. Alors que les rumeurs d'abandon de la branche éditoriale de DC par le groupe AT&T/Warner apparaissent régulièrement, la réception et, surtout, les chiffres de ventes vont donc être scrutés avec attention.

Couverture de Teen Titans Academy #01 par Rafa Sandoval (DC Comics).

Le recapepet' post-Future State

  • Pas de changement pour Batman #106 qui garde son équipe créative habituelle, James Tynion IV et Jorge Jimenez. En revanche, abandon du rythme bimensuel et ajout d'une histoire de complément consacrée à Damian Wayne par Joshua Williamson et Gleb Melnikov qui se terminera dans...
  • ...Detective Comics #1034, qui accueille pour son segment principal un nouveau duo artistique, Mariko Tamaki et Dan Mora.
  • Batman: Urban Legends #1, une anthologie mensuelle qui devrait permettre de survoler toute la Bat-family.
  • The Joker #1, par James Tynion IV, Sam Johns, Guillem March et Mirka Andolfo
  • Harley Quinn #1, par Stephanie Phillips et Riley Rossmo
  • Batman/Superman #16, par Gene Luen Yang et Ivan Reis.
  • Catwoman #29, par Ram V et Fernando Blanco
  • Nightwing #78, par Tom Taylor et Bruno Redondo

  • Superman #29, par Phillip Kennedy Johnson, Sean Lewis, Phil Hester et Sami Basri
  • Action Comics #1029, par Phillip Kennedy Johnson, Becky Cloonan, Michael W. Conrad, Phil Hester et Michael Avon Oeming.

  • Wonder Woman #770, par Becky CloonanMichael W. Conrad, Jordie Bellaire, Travis Moore et Paulina Ganucheau.

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter