Au mois de juin dernier, Brian Michael Bendis s’exprimait dans un podcast et mentionnait être en train de conclure ses intrigues sur Superman… pour démentir dès le lendemain en affirmant qu’il était loin d’en avoir fini avec l’Homme d’Acier. Et pourtant… Le catalogue de DC Comics pour décembre 2020 indique que le scénariste est bien en train de faire ses valises.

Selon les sollicitations d‘Action Comics #1028, « la puissante équipe créative de Brian Michael Bendis, John Romita Jr. et Klaus Janson termine son run sur Action Comics avec House of Kent: Epilogue ! ». Pour Superman #28, on peut lire : « C’est le dernier combat de l’Homme d’Acier dans ce conte final de Superman par les superstars Brian Michael Bendis, Ivan Reis et Joe Prado ! » Après un transfert de Marvel à DC Comics retentissant  et un run de deux ans et demi, Bendis semble donc abandonner les aventures du Kryptonien dont il a pas mal secoué le quotidien.

Pour l’instant, difficile de connaître les raisons de ce départ, ni même si il était prévu. L’annulation de l’opération 5G où un Jon Kent, vieilli par Bendis lui-même et censé remplacer son père, a-t-il précipiter son départ ? Alors que les séries du label Wonder Comics se sont arrêtées au fur et à mesure de l’année et que Legion of Super-Heroes semble également conclure plusieurs de ses intrigues avec son numéro 12 de décembre, arrivons-nous à la fin de son contrat d’exclusivité ? Si oui, quid de son avenir chez DC ? D’autant que les cartes semblent rebattues pour les scénaristes stars…

Le site Bleedingcool croit savoir que la politique tarifaire de DC pour les scénaristes serait en effet en train de drastiquement évoluer. L’éditeur avait fait des ponts d’or pour attirer (ou garder) dans son écurie ces grands noms que sont Geoff Johns, Grant MorrisonScott Snyder, Tom King ou bien encore donc Bendis. Salaires élevés, liberté créative, choix des projets, mini-labels, rééditions des projets indépendants, rien n’était trop beau pour brosser ces stars dans le sens du poil.

Aujourd’hui,  la situation semble avoir changé. Geoff Johns n’a été récemment sorti de son placard doré que pour livrer les longtemps promis Batman: Three Jokers et la conclusion de Doomsday Clock, mais on est toujours sans nouvelles de son label The Killing Zone. À ce sujet, on peut d’ailleurs subodorer sans trop s’avancer la fin de cette pratique qui consistait à laisser à un scénariste le contrôle éditorial et créatif sur plusieurs séries. On l’a dit, The Killing Zone est aux abonnés absents et les Wonder Comics de Bendis ne semble plus exister, mais on peut également citer la disparition du label Young Animal de Gerard Way et la quasi-mort du Sandman Universe de Neil Gaiman qui, à la fin de l’année, ne survivra plus qu’à travers une seule série,  The Dreaming: Waking Hours.

Grant Morrison est sur le point de terminer son deuxième volume de The Green Lantern et son dessinateur Liam Sharp a laissé filtrer que ce serait l’occasion pour lui de s’éloigner de DC pour se concentrer sur ses propres projets. Scott Snyder, lui, a clairement annoncé cette même volonté. Après avoir bouclé Death Metal en décembre,  il n’aura plus qu’American Vampire 1976 chez l’éditeur à deux lettres, afin de se concentrer sur son propre label chez Image. Tom King continue sereinement ses séries actuelles (Rorschach, Strange Adventures, Batman/Catwoman) prévues de longues dates, mais Bleeding Cool estime que ces prochains projets chez DC, si il y en a, ne devrait pas se signer dans les mêmes conditions. Comme on peut le supposer également pour Bendis si son contrat est bel et bien arrivé à terme.

Pourquoi la maison DC change-t-elle ainsi de braquet ? Il semble que ce soit, là encore, la conséquence des récents changements stratégiques initiés par le groupe AT&T/Warner au sein de la maison d’édition. D’abord, ces deals coûtent chers et l’air du temps est plutôt à l’économie et aux coupes budgétaires comme on a pu le voir avec la récente vague de licenciements. Ensuite, on le sait, DC vise de plus en plus un public élargi qu’elle souhaite aller chercher dans les enseignes de grande distribution et les librairies généralistes ou bien encore devant son écran avec les comics numériques. Un grand public plus intéressé par les personnages en eux-mêmes que par ceux qui les font. Pour DC, les grands noms servaient à appâter le public de connaisseurs des boutiques spécialisées. Ce public n’étant plus la priorité, difficile de motiver ces dépenses.  D’autant que, toujours selon Bleedingcool, DC doit être parfaitement satisfaite du coup joué avec James Tynion IV sur Batman. Le contrat du jeune scénariste aurait coûté bien moins cher que ceux de ses deux prédécesseurs, Scott Snyder et Tom King, pour des résultats commerciaux parfaitement satisfaisants.

Si tout ceci reste des bruits de couloirs, il faut bien admettre que cela rentre en conjonction avec ce que l’on croit savoir de ce qui se passe actuellement chez DC. Les prochains mois – et le sort des Brian Michael Bendis, Tom King et autres Grant Morrison – nous éclaireront donc sur la réalité de ces rumeurs.

Superman #28 (DC Comics), écrit par Brian Michael Bendis et illustré par Ivan Reis et Joe Prado. Couvertures de Reis et Kael Ngu. Sortie US le 15 décembre 2020.

Action Comics #1028 (DC Comics), écrit par Brian Michael Bendis et illustré par John Romita Jr et Kalus Janson. Couvertures de Romita Jr et Rafael Grampá. Sortie US le  22 décembre 2020.

Couverture de Superman #28 par Ivan Reis, Joe Prado et Alex Sinclair (DC Comics).

Couverture alternative de Superman #28 par Kael Ngu (DC Comics).

Couverture d’Action Comics #1028 par John Romita Jr, Klaus Janson et Brad Anderson (DC Comics).

Couverture alternative d’Action Comics #1028 par Rafael Grampá (DC Comics)

Source : Bleeding Cool

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter