Dans un futur incertain, un immense vaisseau inquiétant sillonne le ciel depuis quelques années en se faisant appeler Les Divins et en menaçant de coloniser la Terre. Dans cette ambiance de fin de monde imminente, Tang est un tueur, le meilleur assassin que l'on connaisse. Et il est mandaté par les treize plus grandes fortunes mondiales pour éliminer trois personnes les plus anodines, à première vue. En parallèle, de grosses sommes d'argent sont distribuées à la population qui ne comprend pas trop, mais accepte avec entrain cet argent salvateur.

Nourrir l'humanité : la critique

L'histoire de nourrir l'humanité suit donc la route de Tang, tueur implacable droit dans ses bottes, qui ne remet jamais en questions les contrats qu'il doit exécuter. Mais l'homme va commencer à s'interroger sur les véritables motivations de ses commanditaires, mais aussi sur celles de extraterrestres dont la présence, et la menace qui plane, commence forcément à intriguer la population. Mais les réponses vont arriver, distillées tout au long du récit, comme le parcours de Tang avec les flashbacks sur son passé, qui narrent son parcours et qui donnent des explications sur l'ambiance actuelle. Et c'est une fois de plus l'humain qui est au centre de l'histoire, malgré la menace extraterrestre. Ce qui pousse Tang à devenir un tueur, l'exploitation des mendiants, les dérives de la société capitaliste, la distribution exagérée d'argent pour une "meilleure répartition des richesses", et enfin la raison de la colonisation annoncée par les extraterrestres qui tiennent ici une importance non négligeables, avec les habitants d'une autre Terre.

C'est la quatrième tome du projet d'adaptation des nouvelles de Liu Cixin, le romancier de science-fiction chinois, par Delcourt pour une superbe collection appelée Les futurs de Liu Cixin. Et il faut avouer que s'il est tout aussi bon que ses trois prédécesseur ce quatrième tome est différent. Et c'est à encore la grande force de cette collection, l'originalité, l'immersion totale à chaque fois, pas de redite mais des sujets tous aussi forts pour nous faire réfléchir sur nous, notre avenir, notre planète... Même si Le Problème à trois corps (prix Hugo en 2015), son œuvre la plus connue, n'est pas facile d'accès, ces quatre premières BD donnent pourtant furieusement envie de découvrir l'univers littéraire de l'auteur.

Il y a quelques jours seulement, l'ONU indiquait que la population mondiale atteindra les 8 milliards d'habitants en novembre de cette année, que l'Inde devrait dépasser la Chine en tant que pays le plus peuplé du monde en 2023, et enfin qu'à plus longue échéance, la population mondiale dépassera les 10 milliards dans les années 2080. On est ici au cœur du problème avec cette bande dessinée, comment faire pour nourrir l'humanité si elle ne fait que croitre ? Les ressources terriennes sont-elles suffisantes pour accueillir plus de monde encore ? L'argent conditionne t-elle notre bonheur et notre épanouissement ? C'est sur des sujets de fonds sur l'avenir de la société et de la Terre plus globalement que tente de nous sensibiliser Liu Cixin.

Nourrir le monde. Scénario : Sylvain Runberg. Dessins : Miki Montllo. D'après la nouvelle de Liu Cixin. 126 pages, pour 21,90 euros chez Delcourt. Disponible en librairie depuis le 8 juin 2022.

Les Futurs de Liu Cixin sur Superpouvoir

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter