Découvrez L'océan des rêves, le tome 14 (sur 15) de la série d'adaptation en bande-dessinée des nouvelles de Liu Cixin parue chez Delcourt, qui présente une créature extraterrestre pillant les réserves en eau de la Terre pour son plaisir personnel, mais dans une démarche artistique.

Dong Yang est un sculpteur sur glace émérite, engagé et extrêmement motivé dans ce qu'il entreprend. Sa passion artistique va l'amener à participer au concours du grand festival des arts de la neige et de la glace de Harbin. Ses amis qui ont du mal à comprendre sa démarche, disent de lui "qu'il se démène comme un saumon remontant la rivière." Lui ne voit ici qu'une bonne manière d'exprimer ses talents artistiques puisque pour lui l'art transcende tout. Ce concours va aussi attirer l'attention d'une créature extraterrestre descendant du ciel, et plus précisément d'au delà de la voie lactée. Elle ne ressent aucun intérêt pour les pauvres gens de cette misérable planète dont elle décide de piller les ressources en eau pour son seul besoin artistique de créer une œuvre intemporelle et inédite. Dong Yank sera le seul à qui la créature va vouloir communiquer, voyant en qui elle voit un confrère.

Les futurs de Liu Cixin - L'océan des rêves : la critique

Dong Yang est le héros malgré lui de cette histoire qu'il traverse aussi bien qu'il le peut. Alors qu'il souhaite vivre son existence tranquillement, il se retrouve au milieu d'un conflit global et qui va durer dans le temps. Il va tout faire pour tenter de comprendre la créature, tout tenter de la dissuader d'assécher notre planète, et tout tenter pour la sauver, la planète, une fois la créature partie. Il faut avouer que le début est quelque peu poussif pour véritablement accrocher à l'histoire. La créature arrive, se lance dans la création de son œuvre d'art, puis décide de ne parler qu'avec notre héros parce qu'il est son égal, mais décide de ne parler que d'art, le reste n'étant pas assez intéressant pour elle. Puis finalement, tout doucement, on arrive à rentrer dans l'histoire, on plonge dans les méandres de cette catastrophe en devenir, qui est la marque de fabrique de l'auteur. Et l'adaptation de la nouvelle en bande-dessinée est finalement un autre petit bijou.

L'importance de l'eau et la place de l'art sont les deux principaux sujets traités par cette nouvelle. Si le dernier est traité d'une manière plus directe et évidente, le premier est plus subtil et traité de manière allégorique. L'eau est l'élément de base de la survie de tout être vivant sur Terre. Notre planète pourtant bleue, souffre d'un grand manque d'eau potable, et ce problème va aller crescendo. L'auteur, bien au fait de ce problème, utilise dans son récit une créature extraterrestre, au départ inoffensive, qui n'en fait qu'à sa tête et qui pour son propre dessin va assécher la Terre. Elle met ainsi en péril l'humanité. C'est un récit très écologiste bien évidement, qui est une allégorie du problème que le manque d'eau représente sur notre planète. Et si l'homme ne prend pas plus soin des ressources naturelles que lui offre son foyer, et qu'il pille lui-même, il risque de se retrouver dans un situation extrême où l'eau sera aussi rare que cher. Et malheureusement, ceux qui contrôleront l'eau contrôleront le reste.

La seconde partie de la réflexion que nous propose Liu Cixin, qui est aussi le point central de la nouvelle de Liu Cixin, c'est de s'interroger sur la force de l'art, son importance et sa place ainsi que sa portée dans notre monde. Vaste sujet philosophique s'il en est. Wikipedia définit l'art comme suit : "L’art est une activité, le produit de cette activité ou l'idée que l'on s'en fait, qui s'adresse délibérément aux sens, aux émotions, aux intuitions et à l'intellect." Mais la véritable question est de se demander si l'art doit être placée au dessus de tout le reste, quoi qu'il en coûte ?

Nous voilà donc au tome 14 sur 15 des adaptations des nouvelles de Liu Cixin, le célèbre romancier chinois de science-fiction. Et une fois de plus le récit est hypnotisant. Un peu difficile à démarrer mais comme un bon diesel, une fois qu'il est lancé, on ne l'arrête plus. C'est aussi fascinant qu'angoissant. Une belle histoire qui pourrait être la notre si on n'y prête pas attention.

Les Futurs de Liu Cixin sur Superpouvoir

Les futurs de Liu Cixin - L'océan des rêves, Delcourt, 94 pages, 19,99€ (13,99€ en numérique). Sortie le 23 août 2023. Scénario : Rodolfo Santullò et dessin : Jok.

Envie d'en discuter ?
Rendez-vous sur Discord
Suivez-nous pour ne rien rater :
DelcourtLes futurs de Liu Cixin
La Seizième Maison

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter