Comme chaque semaine, Superpouvoir.com fait le point sur l’industrie des comic-books face au COVID-19.

DC Comics revient dans les bacs

La grosse information de la semaine, c'est bien sûr l'annonce de DC Comics de reprendre la diffusion de ces comic-books papier, une diffusion stoppée par l'arrêt du distributeur monopolistique Diamond.

Après avoir organisé un sondage auprès des librairies spécialisées du pays, il est apparu à DC Comics que la plupart des boutiques étaient à même de recevoir et de vendre de nouveaux produits. L'éditeur a donc annoncé qu'à partir du mardi 28 avril, de nouveaux fascicules pourront être livré aux magasins qui le souhaitent. Ce sera d'abord au compte-goutte avec un nombre limité de titres. Pour la première semaine, DC Comics annonce la sortie de Daphne Byrne #4, The Dreaming #20, Batman Giant #4 et des nouvelles impressions de Batman #89 (prologue à l'évènement Joker War et qui contient la première apparition de Punchline) et de  Nightwing #70 (lui aussi à prélude à Joker War). Suivront dans les semaines suivantes Batman & the Outsiders #12, Flash #753, The Green Lantern Season Two #3 (série qui est redevenue une maxi série en 12 épisodes entre-temps),  House of Whispers #20, Joker/Harley: Criminal Sanity #4Harley Quinn #72, Justice League #44, etc. Un redémarrage en douceur donc qui a l'avantage de mettre en valeur des séries plus confidentielles (les séries des collections Sandman Universe et Hill House).

Couverture alternative de Daphne Byrne #4 par Gene Ha (DC Comics).

Ce retour aux affaires se fera au travers de deux nouvelles structures de diffusion, Lunar Distributions et UCS Comic Distributors. Lunar s'occupera d'approvisionner la partie ouest des États-Unis et du Canada, tandis qu'UCS s'occupera du coté est. Ils distribueront uniquement des comics, et pas de jouets ou de statues. DC ne peut pas garantir des livraisons en dehors des USA, mais invite à se rapprocher de nouveaux diffuseurs, afin de coordonner les livraisons entre les deux pôles, l'éditeur avance la sortie des nouveaux comics (#NewComicBookDay) du mercredi au mardi.

Il n'aura pas fallu longtemps aux spécialistes américains pour débusquer qui se cachaient derrière ses deux nouveaux acteurs : Discount Comic Book Service (pour Lunar) et Midtown Comics (pour UCS). Il s'agit de deux géants du marché direct, spécialisé dans la vente par correspondance. Midtown Comics, notamment, a géré les abonnements de DC Comics pendant des années et continue à le faire pour Marvel. En d'autres terme, DC a tout simplement  demandé (en investissant au passage ?) à de gros clients de Diamond (environ 10 % du marché direct à eux deux) de palier à l'absence de celui-ci.

Des réactions mitigées

Les réactions des libraires à ce retour sont plutôt mitigées. Ryan Higgins, de la boutique Comics Conspiracy en Californie, loue notamment le caractère léger des premières livraisons qui vont permettre aux propriétaires de magasins de travailler avec un personnel réduit ou même de chez eux. "Vendre cinq exemplaires de Daphne Byrne ne sauvera pas l'industrie, mais c'est nécessaire pour garder les clients mobilisés envers les comic-books et leurs magasins de proximité". L'influent Joe Field, de Flying Colors Comics, est lui plus circonspect : "Je me demande si des employés de DC, de Warner Bros ou d'AT&T seront de retour dans leurs bureaux fin avril au moment où ils espèrent que les détaillants seront dans leurs magasins en train de gérer les nouveaux produits ? (...) Est-ce que les films de la Warner seront à l'affiche le 28 avril ? Bien entendu, non. Pourquoi attendre plus des détaillants que ce que la compagnie attend de sa branche cinéma ?" Outre ces inquiétudes sanitaires, certains propriétaires de magasins s'inquiètent de voir leurs concurrents prendre ainsi l'ascendant sur le marché. D'autres regrettent l'absence d'une véritable locomotive comme le très attendu Batman #92, prévu début avril, qui permettrait de relancer la machine à cash.

Couverture alternative de Batman #92 par Stanley "Artgerm" Lau (DC Comics).

Le toujours très vocal Brian Hibbs (de Comix Experience) s'est fait l'écho de ces inquiétudes dans une longue diatribe sur Facebook. Outre les raisons évoquées plus haut, il regrette le court laps de temps pour se retourner (pour pouvoir être livré le 28 avril, les ouvertures de compte et les commandes auprès des nouveaux distributeurs qui doivent être bouclées pour le 21 avril) et estime qu'en l'état actuel des choses, la marge bénéficiaire qu'il en récoltera ne vaudra pas la charge de travail que ça lui procurera. Il n'hésite pas, en tout cas, à tenir Jim Lee, directeur de la publication de DC Comics, pour comptable des conséquences à venir. Celui-ci (entre deux dessins aux enchères) a pu partiellement répondre à ces critiques dans le podcast de Kevin Smith et Marc Bernardin, Fatman Beyond. "C'est comme si le marché avait été à la diète pendant un mois. On ne peut pas lui donner trop de nourriture consistante d'un seul  coup". Il poursuit : "La grande idée est de n'avoir que quelques titres afin de pouvoir tester nos nouveaux partenaires distributeurs. Nous mettons en attente les gros titres comme Batman #92 dont 230 000 exemplaires ont été précommandés. Tout comme pour Death Metal [l'événement de Scott Snyder], nous attendrons que plus de magasins soient ouverts et que le plus grand nombre puisse poser les yeux dessus. Jusque-là, nous voulons aider les boutiques qui sont ouvertes et qui ont trouvés des moyens de travailler en leur donnant des produits à vendre".

Toute la question,  dans les semaines à venir, sera également de savoir si, pour DC, il s'agit d'une solution temporaire ou bien d'une façon de se soustraire au monopole de Diamond.

Diamond espère une remise en marche mi-mai

De son côté,  le distributeur Diamond, dans un communiqué,  a pris acte du mouvement de l'éditeur aux deux lettres et assure qu'il continuera à diffuser les produits DC dans le futur. Plus tôt dans la semaine, l'entreprise avait fait savoir qu'elle tablait sur un retour à l'exploitation entre la mi- et la fin mai  selon ses projections internes. Une estimation qui dépendra bien évidemment de l'évolution de la situation.

(Diamond Comics Distributor)

Entre temps, l'entreprise a dû mettre une partie de ses employés en congés forcés à partir du 13 avril dernier. Elle doit même subir le départ d'un de ces principaux cadres. Dan Manser, directeur du marketing depuis 2017, quitte l'entreprise pour rejoindre un fabricant de produits médicaux. En voilà un qui a compris où il y aura du boulot lors de la prochaine crise sanitaire.

Diamond n'est pas le seul à devoir congédié son personnel. Marvel Comics devra également le faire à partir du 26 avril, dans le cadre de la politique économique de Disney. Rappelons que les conditions de chômage technique ne sont pas les mêmes aux États-Unis qu'en France. Si les employés gardent le bénéfice de leur assurance maladie que leurs employeurs continuent de payer, ils ne sont pas certains de recevoir un revenu pendant cette période.

Deux écoles d'éditeurs

Il faut dire que Marvel a mis plus de titres en pause que prévus. Outre les titres liés aux sorties cinéma (comme Black Widow et Taskmaster) et les lancements de séries, ce sont des séries en lien avec les X-Men (qui seraient de toute façon en avance) ou bien  Deadpool de Kelly Thompson et Gerardo Sandoval qui auraient été mis en suspens. On peut y ajouter également Conan the Barbarian, Savage Avengers, Black Cat et des séries dérivées de la saga Empyre.

Couverture d'Empire #1 par Jim Cheung (Marvel Comics).

En revanche, d'autres éditeurs ont pris le parti d'être volontaire dans la crise. Le petit éditeur Aftershock (Animosity, Shipwreck) a ainsi annoncé continuer à travailler d'arrache-pied et même à lancer de nouveaux projets qu'ils annonceront prochainement. Chez Bad Idea, on a confirmé qu'on avait aussi augmenté le rythme de production, en même temps qu'on mettait en place un portail pour pouvoir réserver le premier numéro d'ENIAC #1, qui n'a toujours pas de nouvelle date de sortie. Si DC Comics a mis quelques projets en pause, l'éditeur a tout de même trouver des solutions pour rapatrier des artistes sur des chantiers annexes. Ainsi sera lancé prochainement une nouvelle série Batman Black and White, une anthologie de courts récits en noir et blanc. Il s'agira d'un titre en avant-première numérique, ce qui avait plutôt réussi à Batman The Adventures Continue.

Justice League of Artists

Jim Lee, Rob Liefeld, Ivan Reis, Arthur Adams, Bryan Hitch : lls n'étaient qu'une poignée la semaine dernière, mais de très nombreux autres artistes les ont rejoint pour récolter des fonds au bénéfice des libraires. Du 15 au 20 avril, en utilisant l'hashtag #Creators4Comics sur Twitter, une centaine d'artistes ont organisés des enchères dont les bénéfices iront à la Book Industry Charitable Foundation (Binc). Parmi les leaders, on peut citer Kami Garcia, Brian Michael Bendis, Gwenda Bond, Sam Humphries et Phil Jimenez. Les auteurs ont ainsi mis aux enchères des pages de scripts, des dessins originaux ou des prix plus extravagants comme une place dans une BD érotique de Chip Zdarsky. Les heureux gagnants devront offrir le montant de l'enchère au Binc et produire le reçu auprès de l'auteur pour recevoir sa récompense.

On a pu assister à de vrais gestes de solidarité.  Ainsi, Jeff Lemire a mis aux enchères une illustration de sa série Sweet Tooth. Le célèbre scénariste de Lost et de Watchmen, Damon Lindeloff, a alors pris sur lui de doubler la plus grosse enchère. Qu'à cela ne tienne, Robert Kirkman (Walking Dead) a proposé directement 10 000 $ et laissera le dessin au second meilleur enchérisseur. Voilà donc un dessin qui rapportera minimum 20 000 $.

https://twitter.com/JeffLemire/status/1250400370163097601?s=19

Donny Cates, le scénariste de Thor, a également été particulièrement généreux puisqu'il a réglé la note de deux boutiques spécialisées de sa ville, Austin Books & Comics et Dragon's Lair Comics. Les commandes des clients ont ainsi été payées. Les heureux lecteurs n'ont plus qu'à retirer leurs fascicules. En échange, Donny Cates aimerait que les clients utilisent l'argent qu'ils auraient normalement dépensé pour leur commande à acheter d'autres produits de leurs boutiques : nouveaux titres, recueils, jouets... Une façon plutôt originale d'aider ces boutiques. Cates a d'ailleurs enjoint ses amis artistes à faire de même. Kevin Smith l'a imité avec son propre comic-shop, Jay and Silent Bob's Secret Stash.

L'organisation de cotation des comic-books, la Certified Garanty Company (CGC), a également fait un don de 10 000 dollars.

Des aides qui seront les bienvenues puisque les deux principaux fonds gouvernementaux d'aides aux petites entreprises sont déjà à sec. Le Payroll Protection Plan (plan de protection des salariés)et les Economic Injury Disaster Loans (les prêts en cas de catastrophes économiques) ont déjà dépensés leurs budgets respectifs de 350 et 17 milliards de dollars.

Comic Con annulée

Comme nous vous l'avons déjà annoncé,  la grand-messe estivale du comic-books, le Comic-Con, a été annulée, tout comme sa petite sœur, la WonderCon d'Anaheim, qui avait déjà été repoussée début mars. Si le Comic-Con ne se déroulera pas cette année,  en revanche, il y aura bien une remise des Eisner Awards (les Oscars des comics), même si on en connaît pas encore les modalités.

Autre annulation, celle du Book Con, un équivalent geek du Salon du Livre qui se déroule à New York . Son lieu traditionnel,  le centre de convention Jacob Javits, est actuellement un hôpital de campagne dans la lutte contre le COVID-19.

"I am Captain America", une illustration de Joe Quesada et Richard Isanove en hommage au personnel soignant (Marvel Comics).

A suivre: Jusqu'où ira DC Comics ?

debug: t=23 / nbp=24
BatmanCoronavirusDC ComicsDonny CatesJim Lee

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter