Parmi les nombreux objets et documents auxquels nous apportons énormément d’importance, il y a ceux destinés à une branche de métier très spécifique : le journalisme. Un corps de métier primordial, encore aujourd’hui à l’ère des influenceurs. Faiseurs de pluie et de beau temps, que ça soit pour un critique cinéma, musical, culinaire, sportif et j’en passe, leur avis compte pour une partie du public avant de justifier un achat, le visionnage d’une œuvre ou bien l’écoute d’un album.
C’est donc tout naturellement que les studios de cinéma ou éditeurs de comics les chérissent, notamment par des objets dédiés exclusivement à cette profession comme des "Press Kit" qui, dans le milieu du jeux-vidéo par exemple, sont souvent agrémentés de cadeaux uniques et que nous ne retrouvons pas à la vente au grand public. Vous retrouverez d’ailleurs, très certainement ce genre de pièce dans les mois à venir dans votre chronique Trésors de collectionneurs.

Aujourd’hui, il s’agit donc d’un document destiné uniquement aux journalistes, un dossier presse prévu pour accompagné le visionnage de Superman III à l’époque. Avant de savoir de quoi il s’agit et de quoi regorge le fascicule, rapide retrospective sur le troisième film de Christopher Reeve dans le rôle de l’homme d’acier. 

Superman III

Sortie en salle le 17 juin 1983 aux États-Unis puis 2 mois après chez nous, le 10 août, il est réalisé par Richard Lester, déjà derrière la version tant controversée de Superman II, lui qui avait repris le flambeau en cours de tournage à la place du regretté Richard Donner. 

Le film ne rencontrera pas un succès critique exponentiel, nous pouvons même dire que son accueil fut globalement négatif. Cependant le film est rentable, remportant la bagatelle de plus de 80 millions de dollars au box-office pour 39 millions de budget ce qui permettra à la saga de connaître un 4ème film, dont nous connaissons tous les dégâts. 

Que contient ce dossier presse ?  

Grâce à ce fascicule le journaliste pouvait bénéficier de toutes les informations nécessaires pour la rédaction de son article. D’autant plus utile, voire primordial, à l’ère où internet n’existait pas et où puiser sur Google était impossible. C’est donc un excellent matériel de travail, pour eux, puisqu’il comporte à l’intérieur : le synopsis, les notes de production, les précédentes réalisations de Richard Lester, la filmographie de Christopher Reeve et des autres acteurs, les scénaristes, les producteurs, l’histoire de la transition entre la bande dessinée et le cinéma pour Clark Kent et la fiche technique du film. 

Où trouver ce document ? 

Nous avions pu mettre la main sur ce document par le biais d’un site que nous vous avions présenté précédemment dans le guide du collectionneur. Il s’agit du site Mauvais-Genres

J’ai pu croiser quelques exemplaires de ce dernier au cours de ces dernières années, ce qui fait que nous connaissons son prix et il est loin d’être excessif, puisque vous pouvez mettre la main dessus en déboursant seulement une vingtaine d’euros. 

Nous vous recommandons fortement de vous pencher sur ce genre de trésor rempli d’histoire et d’intérêt. À travers les décennies, la presse a pu bénéficier de pas mal de documents extraordinaires, riches de leur rareté et de la quête que cela suggère pour les dégoter.

Si vous souhaitez bâtir vous aussi votre propre collection, ou tout simplement la compléter, nous vous invitons à aller jeter un œil à notre Guide du collectionneur.

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter