Entre les duos O’Neil/Adams et Englehart/Rogers, les années 70 auront donc servi à transfigurer Batman. Le héros pataud et bon enfant s’est transformé en Caped Crusader, plus athlétique, mais aussi plus grave à mesure qu’il se confronte aux réalités sociales. La violence, la pauvreté, les inégalités que l’on voit dans les rues de la réalité se sont superposées dans celles de Gotham City.

UNE TOUCHE DE MARVEL

Ça n’empêche pas Batman d’avoir des difficultés à vendre. Batman Family s’arrête au numéro 20 pour pouvoir sauver Detective Comics. Le magazine vétéran voit sa pagination augmentée et accueille désormais le sommaire de la revue défunte avec Batgirl, Robin, Demon ou Human Target. Après 15 ans de bons et loyaux services, Julius Schwartz quitte la barre éditoriale et la laisse à un jeune Paul Levitz, promis à un brillant avenir puisqu’il sera par la suite vice-président, puis président et directeur de publication de DC Comics.

Depuis 1977, National Periodical bénéficie également d’un nouvel apport de créativité depuis que Jim Shooter est devenu le rédacteur en chef de Marvel. Ces décisions et ses méthodes sont peu goûtées par certains cadres qui préfèrent partir pour le concurrent direct. Len Wein, Gerry Conway, Marv Wolfman ou Roy Thomas vont intégrer le pool de scénaristes et présider à la destinée de Batman à la fin des années 70 et le début des années 80. Même un certain John Byrne (tout auréolé de son passage sur Uncanny X-Men) passera faire un petit coucou en dessinant le premier épisode de la première mini-série consacrée au chevalier de Gotham, Untold Legend of Batman, où Len Wein revient sur les origines. Le même Len Wein qui, en janvier 1979, a créé, avec John Calnan, Lucius Fox, ami proche de la famille Wayne et qui va gérer l’entreprise Wayne. Graphiquement, de nouveaux crayons apparaissent comme José-Luis Garcia Lopez (qui signe d’ailleurs un cross-over avec Hulk, toujours avec Len Wein), ou bien encore Don Newton. En 1980, Dennis O’Neil signe une courte histoire de Noël dans où un jeune Frank Miller s’essaie à dessiner le Chevalier Noir.

Extrait de DC Special Series #21 par O’Neil, Miller et Mitchell (DC Comics). Une première incursion de Frank Miller chez Batman.

En mars 1981, on fête le cinq centième numéro de Detective Comics avec toute la fine fleur des détectives de DC. Pour l’occasion, Walter Gibson, l’auteur du Shadow, signe une courte nouvelle, illustrée par Tom Yeates. Dans la foulée, Paul Levitz cède sa place de responsable éditorial à Dick Giordano qui ne fera que chauffer la place une grosse année avant de laisser la main à Len Wein, qu’il aura superviser quelques mois. C’est l’époque où les intrigues entre Batman et Detective Comics (généralement écrites par Gerry Conway et Doug Moench) s’entrecroisent en permanence, manœuvre habile qui obligent les lecteurs à acheter les deux magazines pour avoir les aventures complètes.

Couverture de Detective Comics #500 par Kubert, Giordano,Simonson, Infantino, Yeates & Garcia-Lopez (DC Comics).

En 1983, avec le numéro 200, Brave and the Bold, le magazine de team-up, se termine pour mieux annoncer Batman and the Outsiders, par Mike Barr et Jim Aparo. Déçu que la Justice League of America ne puisse pas l’aider à libérer son ami Lucius Fox, retenu en Markovie, Batman claque la porte du satellite et recrute une équipe qui n’obéira qu’à lui seul. En parallèle, le personnage de Jason Todd apparaît dans Batman #357 de mars 1983, avant de revêtir le costume rouge, jaune et vert de Robin dans Batman #366. Batman se retrouve donc avec deux Robin. La manœuvre s’éclaircit l’année suivante. Désirant continuer l’émancipation de Dick Grayson, les auteurs de New Teen Titans, Marv Wolfman et George Pérez, décident de lui donner une nouvelle identité avec le costume de Nightwing. Grayson devient ainsi un héros à part entière et plus le sous-fifre de Batman. Les Outsiders aussi en auront marre de subir l’autorité excessive du héros et se sépareront de lui en 1986.

Couverture de Batman #368 par Ed Hannigan et Dick Giordano (DC Comics). Après plusieurs numéros de tergiversations, Jason Todd devient le deuxième Robin.

À cette époque se situe également Crisis on Infinite Earths, la saga monumentale de Wolfman et Pérez, destinée à faire le grand ménage au sein des terres parallèles qui pullulaient dans l’univers DC. Le Batman de Terre-2 a assez peu été utilisé par les scénaristes au point de l’envoyer ad patres plusieurs années auparavant. Il laissera cependant une fille qu’il a eu avec Catwoman, Helena Wayne, qui deviendra l’héroïne Huntress. Avec Crisis, plus de Terre-2 et donc plus d’Huntress, mais le concept ne restera pas sans suite.

Couverture de DC Super Stars #17 par Joe Staton et Bob Layton. Huntress, la fille de Batman sur Terre-2 (DC Comics).

Après Crisis on Infinite Earths, DC Comics opère un large remodelage de son catalogue et Batman fait bien sûr parti du lot.

À suivre : Miller, Moore, Morrison

.