Apparu en 1939 dans le numéro 27 de Detective Comics le célèbre Batman n'a cessé de laisser son empreinte dans la pop culture. Mais savez-tout ce qu'il y a à savoir sur le Chevalier Noir et son alter ego, Bruce Wayne ? Découvrez quelques unes de anecdotes qui ont participé à la création de sa légende.

Batman était à l'origine blond avec un costume rouge

Dans les dessins préparatoires de Bob Kane, le créateur de Batman, le héros alors appelé "Birdman" porte un costume rouge, un loup noir et des cheveux blonds. Non content du résultat, Kane décide de lui changer sa cape pour une version noire et rigide rappelant des ailes de chauve-souris inspirées des travaux de Léonard de Vinci sur son volante. "Bat-Man" est né. L'Homme Chauve-Souris était donc bien loin de la version Dark Knight que nous lui connaissons aujourd'hui. Son design plus sombre est amené plus tard par le co-créateur du personnage, Bill Finger.

Batman est inspiré de Zorro

Vous ne l'avez peut-être pas remarqué, mais Batman et Zorro partagent beaucoup de caractéristiques. Et pour cause : le premier est inspiré du second. Les deux héros ont tous les deux une double identité comprenant donc le héros et un jeune homme riche et en vue. De plus, les deux arborent un costume noir flanqué d'un masque pour cacher leur identité et planifient leurs actions héroïques dans un repère secret. Et n'oublions pas leurs fidèles majordomes, Alfred pour Batman et Bernardo pour Zorro. Ses créateurs se sont également inspirés de Sherlock Holmes et le célèbre vampire Dracula.

A noter que lorsque que les parents du jeune Bruce sont assassinés, la famille Wayne s'était accordée une soirée cinéma pour aller voir... Zorro.

Le nom de Bruce Wayne vient de deux figures historiques

Pour ce qui est du véritable nom de notre héros, à savoir Bruce Wayne, sa création est le fruit de la combinaison des noms de deux personnages historiques. Son prénom vient d'un roi écossais du XIVème siècle, Robert the Bruce, qui régna de 1306 jusqu'à sa mort en 1329 et qui fait figure de héros national pour avoir tenu tête à l'Angleterre pendant la guerre d'indépendance de l'Écosse. Quant à son nom de famille, il le tient de l'officier de l'armée américaine coloniale pendant la Révolution américaine, puis homme d'État, Anthony Wayne, surnommé "Mad Anthony" (Anthony le fou) à cause de sa personnalité explosive. Wayne était connu pour sa bravoure et ses qualités de stratège et remporta de nombreuses batailles contre les britanniques.

Nous retrouvons donc ici, en plus des noms, des éléments déterminants de la personnalité de Batman dont son côté stratège, sa persévérance, sa combativité et sa bravoure.

Batman n'a pas toujours eu pour règle de ne pas tuer

Aussi brutal soit-il, Batman a pour règle de ne pas tuer ses adversaires. Ce qui pour certains semble découler d'un code moral parfaitement logique et pour d'autres de sa volonté de laisser une chance à ses ennemis de ressurgir un jour, lui donnant une raison d'exister. Mais il faut savoir que le Chevalier Noir n'a pas toujours été aussi clément avec des adversaires.

En effet, entre les années 30 et 50, Batman n'hésite pas à utiliser des méthodes bien plus radicales pour se débarrasser des criminels. On l'aura, par exemple, vu en jeter dans une cuve d'acide ou du haut d'un toit, en empaler contre une épée plantée dans une porte ou même en pendre un depuis le Batplane. Il clame d'ailleurs dans le Batman numéro 1 "Bien que je déteste prendre des vies humaines, j'ai bien peur que cette fois ce soit nécessaire !".

Batman utilisait des armes à feu

Si Batman est bien connu pour son éventail de gadgets, son équipement ne s'y limitait pas à ses débuts dans la mesure où il utilisait également des armes à feu. Toutefois, Bob Kane finit par y mettre un terme, considérant que cela n'est pas compatible avec Batman et son traumatisme d'avoir vu, enfant, ses parents être tués par balle.

Le nom Gotham City a été trouvé dans l'annuaire

Le scénariste Bill Finger voulait initialement nommer la ville de Batman "Civic City", "Capital City" ou "Coast City". C'est lors d'un voyage à New York qu'il consulte l'annuaire, tombe sur le nom "Gotham Jewelers" ("Les bijoutiers de Gotham") et décide donc d'appeler la ville fictive "Gotham City".

Pour l'anecdote, "Gotham" est un des surnoms donnés à la ville de New York, rendu populaire au XIXème siècle en référence au village de Gotham, en Angleterre, réputé pour être habité par des fous. Un terrain de jeu parfait pour la galerie de vilains de Batman.

Le Joker est basé sur un personnage de Victor Hugo

Lorsque Jerry Robinson a dessiné le Joker pour la première fois, il s'est inspiré du personnage de Gwynplaine, le personnage principale de "L'Homme qui rit" de Victor Hugo, joué par l'acteur Conrad Veidt dans l'adaptation cinématographique de 1928. Gwynplaine est défiguré suite à une opération afin de donner l'impression d'un sourire perpétuel, logique que l'on retrouve plus ou moins avec le Joker d'Heath Ledger dans le film The Dark Knight.

Une rumeur a été lancée sur l'homosexualité de Batman et Robin pour nuire à l'industrie du comics

Depuis les années 50 courent de nombreuses rumeurs concernant l'éventuelle homosexualité de Batman et Robin et le problème que peut représenter leur différence d'âge. Et bien figurez-vous que la première a été lancée par un psychologue souhaitant nuire à l'industrie du comic book. En l'occurrence, il s'agit du Dr Fredric Wertham, auteur du livre "Seduction of the Innocent" de 1954. Il affirmait à l'époque avoir suivi de nombreux patients sexuellement inadaptés (selon les standards de l'époque) et que beaucoup partageaient une passion commune pour les comics. Certains auraient même exprimé, d'après lui, une certaine attirance pour Batman en personne. Mais la chauve-souris n'était pas sa seule cible dans la mesure où pour lui, la force et l'indépendance de Wonder Woman étaient des preuves irréfutables que l'amazone est lesbienne. Pour résumer, il a maintes fois tenté de montrer le lien entre les bandes-dessinées et la violence, l'homosexualité ou tout ce qui qui pouvait heurter la sensibilité des bien-pensants de l'époque, mais sans jamais réussi à appuyer ses propos d'éléments scientifiques. Toutefois son statut de médecin a suffit à ce que beaucoup le prennent au sérieux à l'époque.

L'Asile d'Arkham est basé sur un véritable asile psychiatrique

L'asile psychiatrique d'Arkham est apparu dans le Batman numéro 258 d'octobre 1974. Pour la création de l'institution dans lequel la plupart des ennemis de Batman ont fait plus d'un séjour, ses créateurs, Dennis O'Neil et Irv Novick se sont inspirés de l'asile psychiatrique situé dans la ville d'Arkham, Massachusetts, présente dans de nombreuses nouvelles de l'auteur H.P. Lovecraft. De son côté, Lovecraft s'était inspiré du Danvers State Hospital, un asile qui se situait également dans le Massachusetts.

Et pour la blague : l'acteur Mark Hamill (le célèbre Luke Skywalker de Star Wars) a prêté sa voix pendant des années au Joker, un des plus célèbres pensionnaires de l'Asile d'Arkham. Mais aviez-vous remarqué que le nom de l'asile se cache dans celui de l'acteur ? Mark Hamill

Andy Warhol a réalisé un film Batman

En 1964, l'artiste pop art Andy Warhol a produit et réalisé un film sur Batman en noir et blanc intitulé "Batman Dracula". Le projet ayant été fait sans l'accord de DC Comics, il s'est retrouvé obligé de mettre fin à sa diffusion alors qu'il était projeté au cours d'une exposition des travaux de Warhol. Véritable fan du personnage, l'artiste voyait en son film un véritable hommage rendu au héros. A noter que l'acteur principal, Jack Smith, jouait à la fois Batman et son ennemi, le Comte Dracula.

La mort de Jason Todd (Robin) a été votée par les lecteurs

Difficile d'imaginer Batman sans Robin. Et pourtant, il est arrivé que le public se lasse du fidèle sidekick du Chevalier Noir. Conscients de l'impopularité de Jason Todd, le Robin de l'époque considéré comme grossier et violent, l'auteur Jim Starlin et l'éditeur Dennis O'Neil proposent en 1988 quelque chose d'assez inédit dans l'industrie du comics : marquer le coup en permettant aux lecteurs de voter pour décider du sort d'un personnage. Une annonce au dos du Batman numéro 427 (décembre 1988), second numéros de l'arc en quatre parties Un deuil dans la famille (A Death in the Family), donnait donc deux numéros de téléphone à appeler. Le premier permettant à Todd de vivre, le second le conduisant à une mort certaine. DC Comics prépara donc deux versions du numéro 428, la seconde sera la seule diffusée, scellant le sort de Jason Todd, mort des mains du Joker.

Bruce Wayne a un QI supérieur à celui d'Einstein

Albert Einstein est connu de tous notamment pour son intelligence en partie expliquée par son QI élevé. En effet, son Quotient Intellectuel se situait entre 160 et 180. De son côté, si Batman est considéré comme le meilleur détective au monde, c'est en grande partie grâce à ses capacités de déduction, entre autre facultés intellectuelles aiguisées. Et les auteurs ont justifié tout cela avec un joli score de 192 points de QI, rien que ça.

Batman peut être étudié à l'université

L'Université de Victoria au Canada propose un cours intitulé "La Science de Batman" (The Science of Batman). Basé en partie sur le livre Becoming Batman - The Possibility of a Superhero du Dr Paul Zehr, ce cours vous permet d'étudier la vie de Batman, ou plus précisément comment une personne lambda peut devenir Batman en creusant des disciplines comme les neurosciences, la physiologie musculaire et le conditionnement humain.
Une autre partie du cours amène les élèves à réaliser un film mettant en relation l'univers de Batman et une discipline scientifique au choix, comme par exemple la biochimie et le gaz de l'Épouvantail.

Évidemment, en plus de 80 ans d'existence, Batman et son univers ont accumulé bien d'autres anecdotes. Lesquelles vous ont le plus marqué ?

BatmanDC Comics

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter