Parole de collectionneur c’est la chronique qui va à leur rencontre, muni d’un questionnaire unique, nous souhaitons cependant faire ressortir l’aspect sans pareil et propre à eux même dans leur manière d’appréhender les choses et de collecter leurs objets. Chacun a sa vision et c’est cela que nous voulons faire ressortir principalement. Retrouvez donc des entretiens aux échanges légers et bon enfant dans l’unique but de nous faire rêver, réfléchir à la façon de faire qui nous ressemble le plus et s’abreuver des histoires palpitantes qui ont offert cette passion sans faille pour un univers. 

1/ Pouvez-vous vous présenter pour celles et ceux qui ne vous connaissent pas ? 

Je m'appelle George Gustines et j'écris sur les comics, aussi souvent que possible, pour le New York Times. En avril, cela fera 20 ans que j'écris sur l'industrie de la bande dessinée et je suis stupéfait des changements que j'ai vu. À mes débuts, j'ai dû faire mon "coming out" en tant que nerd. De nos jours, les bandes dessinées et le matériel lié aux bandes dessinées sont partout. Quand j'ai commencé, j'avais presque tout le terrain pour moi. Aujourd'hui, parce que les bandes dessinées sont si omniprésentes, ces histoires peuvent être classées dans la catégorie des reportages sur le cinéma, la télévision ou les affaires, alors j'essaie de trouver des idées sur lesquelles écrire.

2/ Pour vous, qu’est-ce qu’un collectionneur ? Estimez-vous l’être ? 

Je pense qu'il y a différents niveaux de collectionneurs - de l'occasionnel au complet. Je pense que ma famille a le gène de la collection. J'ai quatre sœurs aînées, qui collectionnaient (de la plus âgée à la plus jeune) des boas, des cartes de baseball, des livres, des magazines Vogue et des disques. J'ai reçu le gène des bandes dessinées, qui m'a finalement conduit aux figurines et aux œuvres d'art originales.

3/ À quel âge votre passion a débuté ? 

Ma BD de référence est Justice League of America #200, dont j'ai parlé dans un article pour le Times. Avant cela, c'était la série télévisée " Super Friends ". Je dirais donc que je collectionne depuis décembre 1981, date de sortie du n° 200 de la JLA. J'avais 10 ans.

4/ Quel est l’objet dont la valeur sentimentale est la plus forte ?

Je n'ai pas de graal comme Action Comics #1, mais vous parlez de valeur sentimentale, ce qui est différent. Lors de mon premier reportage sur les comics pour le Times, j'ai interviewé Paul Levitz, qui était alors l'éditeur de DC Comics. Une fois l'affaire officielle réglée, je lui ai dit que j'étais un grand fan de la Legion. À son tour, il m'a dit à quel point il aimait le Times. Et il a terminé la réunion en signant un exemplaire de l'édition collector de "The Great Darkness Saga", que je possède toujours (20 ans plus tard).

Sur le plan artistique, j'ai des pages originales de George Perez, Amanda Conner et Nicola Scott que je chéris. J'ai également des œuvres commandées à Yanick Paquette, Sandy Jarrell et Bill Walko que j'adore. Et il y a une collection complètement égocentrique de planches originales de Stefano Landini et Dan Parent, qui représentent mes apparitions dans Daredevil et Archie, ce qui me remplit d'une joie immense. (J'aimerais posséder les pages de mes autres apparitions dans les comics).

5/ Quel objet est selon vous, le plus rare de votre collection ? 

J'ai une commission des sept membres originaux de la Justice League par Darwyn Cooke. Je l'ai commandé après avoir écrit sur "The New Frontier" (je l'ai interviewé par téléphone, ce qui est courant pour moi) et après l'avoir rencontré en personne et m'être extasié sur son travail. Il m'a remercié pour le mien et m'a dit que c'était la première fois que sa mère réalisait qu'il avait un vrai travail ! En tant que fils à maman, j'ai vraiment été touché par cette remarque.

6/ Avez-vous un Graal ? En gommant totalement le prix, c’est quoi l’objet que vous rêvez posséder ? 

Posséder la couverture ou une page de Justice League #200 serait génial mais aussi coûteux. Il s'est vendu aux enchères pour près de 78 000 dollars en 2016. Ce livre m'a amené à devenir un fan à vie de George Perez, et il y a donc de nombreuses pages de Raven dans The New Teen Titans que j'aimerais posséder. Pour n'en citer qu'une : il y a une page de son sourire dans The New Teen Titans (série Baxter) n°5 qui est restée gravée dans mon esprit depuis 1984 !

7/ Pour votre budget collection c’est :

  • Un Budget bloqué au mois
  • Au jour le jour
  • Mettre de côté de nombreux mois pour craquer d’un coup
  • No Limit

Ne le dites pas à mon mari, mais je n'ai pas vraiment de budget pour mes achats. Je ne dépense pas beaucoup d'argent pour moi en temps normal, alors quand je vais à une convention de comics ou quand je vois un artiste mettre en place un nouveau lot de pages, je jette un coup d'œil. (Mon autre vice consiste à emmener ma nièce voir Madonna lorsqu'elle est en concert, ce qui ne se produit qu'une fois tous les deux ou trois ans).

Les vraies limites sont d'ordre physique : je vis dans un appartement d'une chambre et mon mari n'est pas un fan de BD comme moi, j'ai donc un espace limité pour exposer ma collection. Cela me rendait triste de penser aux œuvres qui se trouvaient dans mon portfolio mais qui n'étaient pas vues. J'ai donc réorganisé ma modeste mancave afin d'y exposer six autres œuvres d'art. (Une étonnante commande de Yanick Paquette représentant les 16 membres de la Justice League classique est exposée en permanence). Les pages de George Perez sont actuellement exposées dans la galerie des 6 pages. Avant cela, il y avait des pages de la Ligue des Justiciers. Et encore avant, c'était les pages de Nightwing et Raven.

8/ Pour vous, une collection se vit :

  • Seul, de manière privée sans l’exposer sur les réseaux sociaux
  • À plusieurs, en la partageant sur vos réseaux et avec un groupe d’amis dans votre univers
  • De manière associative ou professionnelle par le biais d’exposition ou bien de prêt de vos objets à des événements 

Sur les réseaux sociaux, bien sûr. J'aime communiquer avec d'autres fans et montrer mes nouvelles acquisitions est un bon moyen de le faire. C'est aussi un bon moyen d'apprendre des autres. J'avais besoin d'idées sur la façon d'organiser mon espace et j'ai reçu de bons conseils de cette façon, qu'il s'agisse des bonnes feuilles de protection pour les planches originales ou de la philosophie "Vous n'êtes pas obligé de tout exposer", qui m'a beaucoup aidé à réaliser l'idée de faire tourner les pièces pour que je puisse les voir plus souvent.

J’adore les sites comme Comics Art Fans où les collectionneurs peuvent exposer leurs œuvres. J'apprécie également l'ambiance générale est de voir que les gens partagent leurs œuvres pour la joie qu'elles leur procurent, à eux et aux autres fans, et non pour se vanter. C'est l'une des choses que j'apprécie le plus dans la bande dessinée : la plupart du temps, c'est un club accueillant.

9/ Si vous ne deviez garder qu’un objet de votre collection, lequel ce serait ? 

Il est difficile de choisir une pièce de ma collection à conserver. J'ai des photos de tout, mais pouvoir toucher l'œuvre d'art ou la voir de près et constater le travail qu'elle a nécessité, c'est spécial. C'est comme choisir son enfant préféré quand on est parent. Je ne pense pas pouvoir choisir.

10/ L’avenir de votre collection :

  • Je garde ça comme un patrimoine à transmettre.
  • Je pourrai très bien tout revendre au moment voulu. 
  • Je n’y pense pas

J'ai beaucoup réfléchi à ce sujet ces derniers temps, sous deux angles.

D'abord, de temps en temps, je regarde la collection de figurines - triées par couleur, sauf pour la Ligue des Justiciers, qui se trouve au milieu - et je pense à la charge qu'elles représentent : Faire la poussière, l'avalanche occasionnelle quand elles tombent, et ce qu'elles deviendront après mon départ ? C'est tellement de choses à gérer et elles ont une valeur essentiellement sentimentale. Devrais-je être incinéré avec eux ? Je suppose que j'ai le temps de décider.

Sur un plan plus joyeux, je pense aux œuvres d'art que je possède et j'ai à moitié plaisanté avec mes amis, mes copains et mon jumeau geek Walt Curely, pour qu'ils les distribuent équitablement après ma mort. J'espère qu'ils - ou leurs enfants - prendront soin des œuvres afin qu'elles soient appréciées pendant longtemps. (Bien que ce serait formidable d'avoir un musée à qui les donner. Peut-être le musée du Comic-Con de San Diego, pour qu'elles puissent survivre à quelques générations).

Le mot de la fin de George : 

Cela va faire 20 ans que je fais des reportages sur les bandes dessinées pour le New York Times. J'ai parcouru un long chemin depuis le moment où j'ai regardé "The Super Friends" jusqu'à celui où j'ai acheté des bandes dessinées, où j'ai écrit des lettres aux éditeurs, où j'ai été publié dans des comics et où j'ai fait des reportages sur eux. J'espère le faire encore au moins 10 ans.

Merci aux participants de cette chronique Parole de collectionneur, pour ces échanges exceptionnels. Vous aimeriez voir une personnalité spécifique dans une prochaine chronique ? N’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires. 

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter