Comme dirait l’autre, « ça va trancher, chérie ».

Alors que les projets de reboots et de remakes de films d’horreur sont annoncés un peu partout sur la toile, voilà que l’un de ses plus fiers représentants s’apprête à se refaire une petite coupe bien nette.

Classique de l’horreur figurant parmi les grands films contestataires des années 70, Texas Chainsaw Massacre (Massacre à la Tronçonneuse) est resté dans les mémoires des cinéphiles grâce à une pelletée de suites, de reboots, de préquels de reboot (si)  et autres itérations en trois dimensions au fil des ans.

Alors que le bide des origines consacrées à son « monstre » emblématique, Leatherface (réalisé par le tandem français Julien Maury et Alexandre Bustillo) est encore dans les mémoires (ou pas), Legendary Pictures ne semble pas prêt à renoncer à la licence lâchée sur le monde par le regretté Tobe Hooper (décédé en 2017).

En effet, c’est via ScreenRant que nous apprenons que le producteur Fede Alvarez (déjà coupable du discutable remake de Evil Dead en 2013) serait actuellement à l’oeuvre à la production d’un nouvel opus du célèbre slasher white thrash via sa compagnie Bad Hombre, pour le compte de Legendary – qui a probablement besoin de renflouer ses tiroirs caisses après les deux gros flops successifs de l’année que sont Detective Pikachu et Godzilla : King of Monsters.

Inconnu au bataillon, le scénariste Chris Thomas Delvin aura la lourde responsabilité de reproduire la recette miracle du Halloween (2018) de David Gordon Green, qui était parvenu à prouver avec un budget somme toute modeste (et l’implication à peine symbolique de John Carpenter)  que les figures du slasher ont encore un public dévoué et intéressé, au point de lancer la production de deux suites. Ainsi, les nouvelles exactions de Leatherface et sa famille de cintrés pourraient avoir lieu juste après les événements du film original, délaissant les diverses suites et origin stories boiteuses proposées depuis plus de trois décennies.

Rappelons qu’en 2003, le réalisateur Marcus Niespel était parvenu à proposer un honnête remake, qui a probablement servi à conserver l’horreur intacte dans la mémoire collective.

Sorti initialement en 1974, Massacre à la Tronçonneuse racontait comment une bande de jeunes en goguette dans une région désolée du Texas se faisait enlever et massacrer par une famille d’anciens abatteurs de bétail devenus cannibales suite à la récession économique. Bras armé de la famille, le plus jeune fils, surnommé Leatherface, a pour habitude de se couvrir le visage avec la peau de ses victimes et de les chasser avec une tronçonneuse.

Tourné dans un style documentaire et dépourvu de scènes gores (contrairement à ce que prétend la légende) le film est une parabole très nette du traumatisme de la guerre du Vietnam.

Le choix de cette équipe de production vous parait-il discutable ? Avez-vous envie de revoir Leatherface sur grand écran ?

Leatherface, ou l’allégorie du « final cut »

 

.