Black Panther, la critique
Rampage : The Rock, gorille géant et loup volant dans le nouveau trailer
Venom : la première bande-annonce
Deadpool 2 : rencontre avec Cable dans un nouveau trailer
Star Wars : les créateurs de Game of Thrones chargés d’écrire une nouvelle série de films

Il n’aura pas eu le temps de nous manquer. Chucky, la célèbre poupée tueuse, pourrait faire son retour dans une série télévisée.

Rien n’arrête Charles Lee Ray, ce terrible tueur en série dont l’esprit machiavélique s’incruste depuis trente ans dans le corps de la poupée Chucky.

Après un septième film sorti directement en VOD et DVD l’an dernier (voir le TOP / FLOP des films d’épouvante / horreur de 2017), voilà que Don Mancini, le créateur du monstre, a annoncé via Bloody Disgusting que Chucky pourrait venir faire traîner ses mythiques doigts d’honneur sur la petite lucarne.

En effet, Mancini travaillerait à un script « très sombre et terrifiant » selon ses dires, avec le producteur David Kirschner afin de porter les exactions du poupon roux à un autre level de story-telling qui ferait partie intégrante de la saga – pas de reboot, donc. Quant à Brad Dourig, mythique interprète de la poupée de sang, il serait bien évidemment de retour pour prêter sa voix au monstre qu’il accompagne depuis trois décennies.

Quelques jours avant cette surprenante annonce, le même Mancini déclarait vouloir envoyer la poupée au cœur d’une intrigue se déroulant pendant la Seconde Guerre Mondiale. Un choix on ne peut plus saugrenu, qui enverrait carrément Chucky au pays des nazis et donc, à travers le temps. Est-ce que cette piste sera conservée pour la série TV ? Difficile à dire, d’autant qu’un délire de voyage dans le temps par une poupée tueuse reste assez peu compatible avec un script décrit comme sombre et terrifiant – ce qui avait déjà été promis pour les deux derniers films qui avaient tout de paresseux. Quid de la fin en queue de poisson du septième épisode et des événements qui s’y déroulent ?

De plus, depuis Jeu d’Enfant, le premier film de la saga, la poupée peine à terrifier pour de vrai (d’où un virage à 180 degrés dans le comique dès le quatrième épisode), car sa nature ne fait plus aucun doute et c’est avant tout grâce à un vrai capital sympathie, un statut d’icône de l’horreur et un sens inné de a punchline que Chucky semble continuer à survivre envers et contre tous depuis toutes ces années.

Avec l’annonce récente d’une série Critters, est-ce que le monde de la télé serait le nouveau vivier d’expérimentation pour redorer les blasons des monstres issus des eighties ? Réponse dans peu de temps.