Chaque mois, des tonnes de comics VF sont proposés aux lecteurs. L’offre est tellement large qu’il est impossible, à mois d’avoir le budget d’un ministre, de tout acheter. C’est pourquoi je vous dresse, mois après mois, une liste des comics qui ont attiré mon attention, que j’ai pu lire ou découvrir. En partant d’une sélection de départ assez étendue, j’en laisserai de côté au fur et à mesure pour arriver à ma sélection de comics du mois. Je n’ai qu’une seule contrainte, donnée par mon diabolique rédacteur en chef : la liste définitive de mes achats ne doit pas dépasser 66,60 €. J’ai toutefois la possibilité de réutiliser l’argent non dépensé de mois en mois, comme une petite cagnotte. Il me reste ce mois-ci 34,26 €. Ma liste est divisée en trois groupes : les comics que je rejette, ceux que je conseille mais que je n’achète pas et ceux que je mets dans mon escarcelle.

NOUVEAUTÉ : L’inflation arrivant et certains éditeurs pouvant proposer jusqu’à 3 OMNIBUS par mois, je peux désormais choisir durant toute l’année deux omnibus au maximum sans toucher à ma cagnotte (disons que ce sont deux cadeaux de la part de notre rédacteur en chef cruel mais parfois juste) ! Et j’en ai déjà utilisé un en janvier. Il ne me reste donc plus qu’une seule possibilité jusqu’à décembre pour m’offrir un Omnibus. Et ca risque de tomber ce mois-ci !

Avant-propos : Bien évidemment, il est impossible de lire toute la production comics du mois, Pour les œuvres que je ne connais pas ou que je n’ai pas lues, je me ferai une opinion sur les premières pages ou les premiers numéros. De plus, je laisse de côté tous les titres qui ne sont pas des one-shots ou des débuts de série. En effet, le principe de cette chronique est avant tout d’attirer l’attention des lecteurs sur telle ou telle sortie. Il n’y a donc pas d’intérêt de vouloir mettre dans ma liste un tome 5 ou 6, en dehors bien évidemment de l’arrivée d’une éventuelle équipe créative ou d’un changement de direction. Je vous donnerai toutefois en début d’article un petit récapitulatif des séries à suivre.
Et après la disette du mois dernier, avril se révèle, peut-être, beaucoup plus inquiétant pour ma bourse.
C’est l’homme qui a battu Nico Duverneuil dans un concours de vidage de verres de pastis pur. Le Linda Lovelace de la Suze ! Son foie se régénère plus que celui de Wolverine : c’est Alain Roussel qui vous présente toutes les sorties VF du mois d’avril 2023.

Je vous conseille donc, dans les séries à suivre :

- Grandville mon amour. Suite des aventures de l’inspecteur LeBrock par Bryan Talbot, l’un des meilleurs artistes de ces dernières années. Anthropomorphie et cyberpunk portés à leur pinacle. Passez vos vacances à Grandville !

- Superman Chronicles 1987 (2). Parce qu’un tel format, avec un tel personnage et des inédits ne peut pas être ignoré !  Voir la chronique un peu plus bas !

Ma sélection du mois d’avril 2023:

  • Jane Foster & The Mighty Thor, Panini Comics, 18 €
  • Little Monsters, Urban Comics, 10 €
  • Batman One Bad Day : Double Face, Urban Comics, 15 €
  • Public Domain, Urban Comics, 10 €
  • Moon Knight Intégrale 1980-1981, Panini Comics, 35 €
  • Fantastic Four, les nouveaux fantastiques, Panini Comics, 30 €
  • Miracleman Omnibus, Panini Comics, 70 €
  • Justice Society of America Chronicles, Urban Comics, 35 €
  • Les nouveaux mutants intégrale 1987, Panini Comics, 32 €
  • Superman Chronicles 1987(1), Urban Comics, 35 €
  • The Crow II, Vestron, 17,95 €
  • Seven Sons, Huginn et Muninn, 26,95 €
  • Fine Print, Panini Comics, 22 €

356,90 € pour ce mois d’avril ! Cela confirme que chaque mois, je vous propose autour de 350 € de comics quoi qu’il arrive.

Mais avant tout ça, voilà mon omnibus !

Miracleman Omnibus

Je ne vois pas comment on pourrait passer à côté de ces histoires, qui font partie de ce qu’Alan Moore a réalisé de mieux sur le concept de super-héros et du surhomme. Alors oui, c’est du Alan Moore. Mais du Alan Moore vintage, l’auteur qui n’était pas encore totalement reconnu et qui n’avait pas peur d’oser. Tout d’abord épaulé par Alan Davis aux dessins, le récit prend une ampleur totalement différente avec l’arrivée de John Totleben et sa 3e partie, qui représente ce qu’il y a de mieux en comics de superhéros. Là aussi c’est une affirmation péremptoire. Qui ne souffre d’aucune contestation. Donc si vous avez des réserves sur votre compte en banque, si vous avez vraiment envie de lire une histoire de dingue, foncez ! Un chef d’œuvre !

Miracleman Omnibus, Panini Comics

Ce que j’évite :

Fine Print

Bon, si vous connaissez Sunstone de Stefan Sepjic, je pense que vous aurez compris de quoi ça parle. Globalement de sexe. J’avais plutôt apprécié Sepjic sur Harleen, que je trouvais assez sympa. Et clairement, l’auteur est un excellent dessinateur. Mais bon, l’histoire est assez décousue, on a parfois du mal à reconnaître les personnages et forcément, on se voit imposer des scènes de sexe partout. Après, c’est un peu mieux, en tout cas moins pire que ce que j’imaginais, il y a beaucoup (trop ?) de scènes d’exposition et cela ne raconte pas grand-chose. Je laisse donc tomber !

Fine Print, Panini Comics

Jane Foster and The Mighty Thor

En toute honnêteté, j’ai trouvé les dessins de Michael Dowling plutôt intéressants, voire carrément réussis. Mais il ne faut pas se leurrer : depuis le revamp de Jane Foster par Jason Aaron il y a quelques années et sa mort, Marvel ne sait plus quoi faire avec le personnage. La voilà qui revient en valkyrie, ça ne marche pas. La revoilà à nouveau en Thor. Pour une histoire pas terrible. Ce n’est pas que c’est mauvais mais le scénariste Torunn Gronbekk n’arrive pas à faire décoller cette intrigue, qui se lit machinalement et sans grand intérêt.

Jane Foster the Mighty Thor, Panini Comics

Batman One Bad Day : Double Face

Bon, le premier volume n’était pas trop mal. Dans cette série qui veut nous présenter les vilains sous un nouveau jour et après l’homme mystère, voici donc le tour de Double Face. Par Mariko Tamaki et Javier Fernandez. Ce qui semble compliqué, c’est que tout a déjà été fait ou dit sur le personnage, il suffit de voir l’anthologie proposée par Urban il y a quelques années. Et pourtant, Mariko Tamaki propose de découvrir le père d’Harvey Dent, que je n’avais encore jamais vu. Lien entre père et fils ? Pas vraiment. Si le début peut sembler original, le récit devient par la suite très très convenu, avec un retournement de situation que l’on voit venir de très loin. Tout le monde connaît le mauvais jour de Double Face. Aucune surprise ici donc. Tamaki se prend les pieds dans le tapis et n'arrive pas à faire de ce récit quelque chose qui mérite de fait le prix proposé ici (15 € pour 60 pages). C’est dommage car les dessins de Javier Fernandez sont à tomber par terre !

Batman One Bad Day, Double Face, Urban COmics

Fantastic four : les nouveaux fantastiques

C’est dommage, car adapter la collection EPIC en VF est certainement la meilleure idée de Panini depuis très longtemps. En revanche, je ne comprends pas le choix ici. Enfin si… Tout miser sur la nostalgie avec l’arc où les Quatre Fantastiques sont remplacés par Spider-Man, Wolverine, Hulk et Ghost Rider. Avec des dessins d’Arthur Adams. Sauf que, sur la quinzaine d’épisodes proposés ici, cela n’en concerne que 4 ! Et en plus, il faut que je vous avoue que cette histoire est loin d’être la meilleure. Vous aurez donc la fin du run de Walter Simonson et le début de la paire De Falco/Ryan. Mais vous n’aurez pas vraiment la suite. De fait, si vous ne l’achetez que pour du Adams, vous allez être déçus. Mais il faut soutenir cette collection !

Les nouveaux fantastiques, Panini Comics

The Crow II

Bon, à la base un scénario écrit par James O’Barr pour le deuxième film The Crow et jamais utilisé, le voici mis en image par John Wagner et Alex Maleev. Deux bons auteurs à priori. Sauf que voilà, c’est certainement l’un des premiers travaux du dessinateur et si certaines planches sont juste à tomber, le tout manque de cohérence graphique. Le style de Maleev est fluctuant et ne bénéficie pas de la publication en noir et blanc, ce qui est étonnant. Quant à l’histoire, elle est vraiment classique. Trop classique pour que j’aille au-delà du premier numéro. Je laisse donc tomber, n’étant pas non plus un grand fan du personnage. Mais conseillé certainement pour les plus fidèles admirateurs de The Crow.

The Crow II, Dead Time, Vestron

 

Le budget passe donc désormais à 183,95 €. Mais on va faire encore mieux !

Ce qui mérite d’être acheté et lu mais que je ne prends pas pour des raisons de budget (du moins réussi au plus réussi).

Little Monsters

Franchement, plus le temps passe, plus je trouve que je n’ai pas aimé ce titre. Dont j’avais donné un avis mitigé. Pourtant il s’agit de l’équipe de Descender (Jeff Lemire et Dustin Nguyen). Mais l’intrigue me semble trop copiée sur Sa Majesté des Mouches pour que j’y retrouve un intérêt. La version vampire de ce récit passe à côté, en dépit de dessins très intéressants.

Little Monsters T1, Urban Comics

Les Nouveaux Mutants intégrale 1987

On continue la série et l’on se dirige doucement vers la fin du run de Chris Claremont. Et l’on est dans la période Fall of The Mutants qui n’est pas la meilleure du titre. En effet, on cherche un dessinateur régulier après Butch Guice. Claremont ne sait pas trop où il va, et le récit est quand-même très décousu. De plus, l’annual, même s’il est dessiné par Alan Davis, est loin d’être le plus extraordinaire. C’est peut-être la moins bonne intégrale de toute la série.

Nouveaux Mutants intégrale 1987, Panini Comics

Public Domain

Comme je l’avais déjà dit dans une précédente review, Public Domain, écrit et dessiné par Chip Zdarsky, est un récit très intéressant, nous livrant l’histoire d’une famille qui se déchire sous fond de droits de personnages de comics. Cela nous donne une lecture plutôt fine, plus centrée vers les personnages que vers les créations, même si les tacles de Zdarsky à l’industrie sont légion. Et les dessins fonctionnent assez bien.

Public Domain Tome 1, Urban Comics

Seven Sons

Mon avis ne se fonde que sur le premier numéro. J’attends de lire le volume dans la semaine qui vient pour vous proposer une critique complète. Les scénaristes me sont totalement inconnus. Mais aux dessins, c’est du Jae Lee, ce qui ne se refuse jamais. Le dessinateur est en plus en forme, utilisant toujours ses traits précis et ses cadrages éclatés pour nous plonger dans une ambiance frénétique d’idéologie religieuse. Car oui, il s’agit tout simplement du retour de Jesus qui nous est dévoilé dans cette minisérie. Et contrairement à Second Coming, la série ratée de Mark Russell, on sent ici une réelle volonté non pas de choquer mais de dénoncer le fanatisme et toutes les dérives des organismes religieux pour revenir vers de l’humain. Cela passe mieux, mais comme tous ces récits mystérieux, il est difficile de dire si cela vaut le coup ou pas sans avoir lu la fin. À suivre donc dans une prochaine critique mais pour le moment, le 1er épisode est assez réussi.

Seven Sons, Huginn & Muninn

Superman Chronicles 1987 (1)

Franchement, je saluais la très bonne idée de Panini de créer la série des EPIC COLLECTIONS, mais Urban n’est pas en reste avec ses CHRONICLES, qu’elle commence à décliner sur de nombreux personnages. Après Batman, voici donc une sorte d’intégrale chronologique de Superman. Avec des tonnes d’épisodes inédits (enfin, pas dans ce volume). Et l’on commence avec la période post-Crisis, celle de John Byrne, Marv Wolfman et Jerry Ordway. En toute sincérité, ce n’est pas ma période préférée sur l’homme d’acier (j’aurais nettement préféré un Superman Chronicles sur la période Loeb/Kelly/Casey) mais c’est de toute façon un passage obligé pour tout fan de comics qui se respecte.

Superman Chronicles, Urban Comics

Il me reste 70 € et avec le reliquat de ma tirelire, ça passe sans problème ! Voilà donc ma sélection du mois.

Ma sélection du mois

 JSA Chronicles

Alors là c’est quand-même sacrément osé ! Parce que le format propose cette fois-ci une série des années 2000, donc plus récente que les Superman ou Batman. Et quelle série ! Même si ce premier tome est plutôt constitué de one shots introductifs aux personnages, il faut rappeler que la Justice Society of America, en tout cas cette version, a été la meilleure série DC Comics de la décennie 2000. Point barre. Avec des histoires extraordinaires, des personnages intéressants et bien définis ainsi que des dessins absolument incroyables. Je n’ai pas assez de mots pour vous dire à quel point il faut absolument vous jeter sur ce volume. James Robinson est au niveau de ce qu’il a pu sortir sur Starman et David Goyer est rapidement remplacé par Geoff Johns. Quand on voit que le tome 2 sortira aussi bientôt, c’est tout simplement du bonheur ! RUEZ VOUS DESSSUS !

JSA Chronicles, Urban Comics

Moon Knight l’intégrale 1980-1981

Cette intégrale est aussi un véritable bonheur pour les lecteurs. C’est avec cette redéfinition du personnage que Doug Moench et Bill Sienkiewicz ont tout orchestré. Sans cette série, le personnage serait certainement tombé aux oubliettes. Et c’est du tout bon. Déjà, du Bill Sienkiewicz qui signe tous les épisodes, cela ne se refuse pas. Pour ceux qui ne connaîtraient ce dessinateur ultime que par son travail récent, il faut préciser que c’est dans ce titre qu’il évolue graduellement. Tout d’abord très inspiré par Neal Adams, vous allez pouvoir admirer au fil des pages comment Sienkiewicz effectue sa mue artistique, pour en arriver à ce que l’on a pu voir sur New Mutants. Mais n'oublions pas non plus les scenarii très efficaces de Doug Moench, qui ne vont feront pas refermer le bouquin avant d’avoir terminé l’histoire. Encore un grand moment de comics qui nous est offert ici !

Moon Knight intégrale, 1980-1981, Panini Comics

Ce mois d’avril est le bonheur des collectionneurs et des amoureux de comics, avec de nombreux EPIS, CHRONICLES ou INTEGRALES de grande qualité ! On verra le mois prochain si c’est toujours dans les vieux pots que l’on fait les meilleures soupes !

Envie d'en discuter ?
Rendez-vous sur Discord
Suivez-nous pour ne rien rater :
Panini ComicsUrban ComicsVestron
La Seizième Maison

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Dans cette chronique