Chaque mois, des tonnes de comics VF sont proposés aux lecteurs. L’offre est tellement large qu’il est impossible, à moins d’avoir le budget d’un ministre, de tout acheter. C’est pourquoi je vous dresse, mois après mois, une liste des comics qui ont attiré mon attention, que j’ai pu lire ou découvrir. En partant d’une sélection de départ assez étendue, j’en laisserai de côté au fur et à mesure pour arriver à ma sélection de comics du mois. Je n’ai qu’une seule contrainte, donnée par mon diabolique rédacteur en chef : la liste définitive de mes achats ne doit pas dépasser 66,60 €. J’ai toutefois la possibilité de réutiliser l’argent non dépensé de mois en mois, comme une petite cagnotte. Il me reste ce mois-ci 2,66 €. Ma liste est divisée en trois groupes : les comics que je rejette, ceux que je conseille mais que je n’achète pas et ceux que je mets dans mon escarcelle.

NOUVEAUTE : L’inflation arrivant et certains éditeurs pouvant proposer jusqu’à 3 OMNIBUS par mois, je peux désormais choisir durant toute l’année deux omnibus au maximum sans toucher à ma cagnotte (disons que ce sont deux cadeaux de la part de notre rédacteur en chef cruel mais parfois juste) ! Et j’en ai déjà utilisé un en janvier. Il ne me reste donc plus qu’une seule possibilité jusqu’à décembre pour m’offrir un Omnibus.

Avant-propos :  Bien évidemment, il est impossible de lire toute la production comics du mois. Pour les œuvres que je ne connais pas ou que je n’ai pas lues, je me ferai une opinion sur les premières pages ou les premiers numéros. De plus, je laisse de côté tous les titres qui ne sont pas des one-shots ou des débuts de série. En effet, le principe de cette chronique est avant tout d’attirer l’attention des lecteurs sur telle ou telle sortie. Il n’y a donc pas d’intérêt à vouloir mettre dans ma liste un tome 5 ou 6, en dehors bien évidemment de l’arrivée d’une éventuelle équipe créative ou d’un changement de direction. Je vous donnerai toutefois en début d’article un petit récapitulatif des séries à suivre.
Après deux mois très chargés, mars sera-t-il plus indulgent pour ma bourse ? Réponse dans quelques lignes.
En parlant de bourses, il existe un homme sur terre qui ne connaît jamais d’ennuis avec les siennes, en tout cas c’est ce que de nombreuses mamans (ou grand-mamans, bonne fête à elles) nous précisent, il s’agit d’Alain Roussel qui vous présente toutes les sorties VF du mois de mars 2023.

Je vous conseille donc, dans les séries à suivre :

- The Nice House on the Lake T2.  Après une première lecture mitigée, reste à savoir si James Tynion IV arrive à simplifier son récit.

- Nightwing Infinite T3 : La meilleure série DC depuis longtemps ! Jetez-vous dessus !

Ma sélection du mois de mars 2023:

  • Secret Invasion-Bienvenue chez les Skrulls, Panini Comics, 18 €
  • Captain America-Le New Deal, Panini Comics, 19 €
  • Iron Man Epic Collection-Stark Wars, Panini Comics, 30 €
  • Marjorie Finnegan, Criminelle Temporelle, Black River, 19,90 €
  • Marvel Knights par Joe Quesada Omnibus, Panini Comics, 70 €
  • Moon Knight- Au bout du rouleau, Panini Comics, 35 €
  • Spider-Man 2099-Exode, Panini Comics, 22 €
  • BRZRKR, Delcourt, 16,95 €
  • Batman One Bad Day-Le Sphinx, Urban Comics, 15 €
  • Monkey Meat-Première fournée, Panini Comics, 24 €
  • Clear, Delcourt, 16,50 €
  • Colder, Komics Initiative, 45 €
  • XXXZombies, Vestron, 17,95 €

349,30 € potentiels pour ce mois de mars ! Décidément, on tourne toujours chaque mois autour de 350 €. Mais il ne va pas rester grand-chose

Ce que j’évite :

XXXZombies

Vous commencez à me connaître, dès que je peux balancer un peu sur Rick Remender, je ne peux pas m’en empêcher. Scénariste souvent vulgaire, ses provocations sont légion dans une grande quantité de ses productions, alors que lorsqu’il le souhaite, il peut donner des choses un peu plus subtiles. Mais bon, comme le public demande du gore, du caca et du vomi, c’est parfait pour lui. Il réalise avec XXXZombies un comics que je n’aurais même pas pu imaginer, le genre de choses qui est l’antithèse de tout ce que je veux voir dans ma bibliothèque : une farce mêlant à la fois zombies et … films pornos… Parce que c’est trop drôle de voir des pénis zombies exploser à l’intérieur d’actrices X. Pourtant j’ai lu les deux premiers épisodes. Encore une fois, si le concept de départ est prometteur/racoleur/triste (barrez les mentions inutiles suivant votre goût), Remender, comme souvent, ne va pas plus loin. Il a une idée mais ne sait pas la mettre en place, ni même en forme, avec des personnages caricaturaux et une intrigue basique pas originale pour deux sous. En plus, il s’est associé avec Tony Moore pour scénariser ça. Moore ne dessine pas, il laisse la place à un dessinateur que j’aime particulièrement bien, Kieron Dwyer, qui livre de fait une prestation vraiment intéressante. Dommage que ce soit sur ce genre de bouquins.

Xxxombies, Vestron

Spider-Man 2099- Exode

Parfois, il faut laisser les vieilles bonnes idées au placard. Notamment l’univers 2099. Mais bon, si Marvel peut se faire un peu d’argent sur le dos des nostalgiques, pourquoi pas. Là nous avons une histoire totalement inintéressante. Et très mal fichue. Globalement, l’intrigue tient sur 2 épisodes, le Alpha et le Omega, et les 5 numéros intercalés entre eux nous présentent de nouveaux héros 2099, comme les Avengers ou Black Widow. Le problème, c’est que ces nouveaux personnages n’ont quasiment rien à voir avec l’intrigue principale, qui concerne Norman Osborn et un cadavre de Céleste. Vous avez envie, vous, de voir la version 2099 du Winter Soldier ? Moi non. Steve Orlando m’a souvent ennuyé en plus, même si les différents dessinateurs qui se succèdent (et que je ne connaissais pas), sont dans l’ensemble plutôt bons. Aucun intérêt.

Spider-Man Exodus, Panini Comics

Monkey Meat

Alors là, c’est une grande première. L’auteur de Monkey Meat, Juni Ba, semble jouir d’une très bonne réputation sur les réseaux sociaux, et on sent lorsque l’on ouvre le bouquin que cela va être quelque chose de spécial et de différent. Et je ne suis pas contre, loin de là ! J’aime même particulièrement les comics bizarres. Sauf que là, je n’ai absolument rien compris sur les 20 premières pages. Et lorsque je dis que je n’ai rien compris, c’est vraiment que je n’arrive pas une seule seconde à déchiffrer les dessins. Je ne reconnais pas les personnages, je ne reconnais pas l’action, je ne comprends pas ce qui se passe. Ma seule bouée étaient les dialogues. Je n’ai jamais été aussi hermétique à des graphismes de toute ma vie. Je ne peux même pas dire si c’est bien ou pas tellement je ne déchiffre rien. Donc non, là pour le coup, je passe.

Monkey Meat, Panini Comics

Marvel Knights par Joe Quesada

Bon, globalement, il s’agit du run de Quesada sur Daredevil avec les deux premiers arcs, celui signé Kevin Smith et celui sur Echo, dessiné par Mack et Quesada. Avec la mini-série Daredevil Father, où si scénaristiquement, Quesada s’en sort de manière naïve mais sympathique, il reproduit des dessins à la Frank Miller qui ne marchent pas. De fait, je ne sais pas si c’est réellement intéressant. Je laisse donc.

Marvel Knights par Joe Quesada, Panini Comics

Clear

Franchement, Scott Snyder, je n’y arrive plus. Avec Clear, il nous propose une sorte de récit policier futuriste, où les personnes voient désormais la vie à travers un filtre neuronal. On suit un détective qui choisit de regarder le monde sans aucun filtre et qui va enquêter sur le suicide de son ex-femme. Ca fait penser un peu à Strange Days (le film), mais avec un aspect assez aseptisé et plutôt superficiel. C’est bien dessiné, Francis Manapul assure. C’est largement lisible. Mais je me suis ennuyé au bout de dix pages. L’impression d’avoir déjà lu, déjà vu ça et en beaucoup mieux.

Clear, Delcourt

Captain America : Le New Deal

La bande dessinée Captain America qui m’a vraiment laissé de marbre. John Ney Rieber m’avait impressionné avec son travail Vertigo et je m’attendais à lire quelque chose d’assez nouveau sur le personnage. Et quelle déception à l’époque. Il faut dire que les attentats du 11 septembre ont changé la donne et influencé la manière d’écrire de l’auteur. C’est premier degré à fond, on s’ennuie ferme et on ne voit pas grand-chose d’intéressant. Donc ce n’est pas le plus conseillé. Même si John Cassaday livre de bonnes planches.

 

Captain America New Deal, Panini Comics

Marjorie Finnegan

Il y a deux Garth Ennis. Celui qui peut proposer des histoires solides, parfois provocantes, mais avec de grands moments d’émotion. Je pense notamment à Preacher, Hitman ou récemment à A Walk Through Hell. Et puis il y a le Garth Ennis en roue libre, celui qui ne construit son récit que sur des blagues déjà vues et qui produit des comics qui ne sont pas très intéressants (comment ça The Boys ? Ben oui…). Pourtant je voulais y croire. Surtout que j’aime beaucoup l’artiste Goran Sudzuka. Et là, on est vraiment sur du Ennis en roue libre, qui fait des blagues et des situations déjà vues des milliers de fois. J’ai lâché l’affaire au bout de deux numéros, n’étant pas convaincu. Ce qui me gêne, c’est que c’est la maison d’édition Black River qui produit cette série et qu’il faut aussi la soutenir. Donc si vous êtes un fan d’Ennis version blagues, ce récit est fait pour vous. Mais pas pour moi.

Marjorie FInnegan, Criminelle Temporelle, Black River

Bon, nous voici, après ce premier écrémage, avec un budget réduit à 159,95 €. On a fait tomber plus de la moitié des sorties de ce mois. Mais on a encore un peu de sélection à faire.

Ce qui mérite d’être acheté et lu mais que je ne prends pas pour des raisons de budget (du moins réussi au plus réussi).

Colder

Là aussi je suis gêné car Colder est publié par nos amis de Komics Initiative, de véritables passionnés qui aiment les comics et produisent toujours des récits de grande qualité. Le souci avec cette intégrale Colder, une série horrifique de Paul Tobin et Juan Ferreyra, c’est que l’intrigue m’a laissé totalement en dehors du bouquin. C’est globalement une histoire horrifique (comme la couverture le laisse présager) mais beaucoup moins trash que ce que cela promet. Le scénario est bon, les dessins sont très bien, sauf que l’histoire ne me passionne pas. Encore une fois une histoire de goût personnel.

Colder Omnibus, Komics Initiative

Iron Man - Armor Wars

Ah, le retour du Iron Man des années 90 avec David Michelinie et Bob Layton. Autant vous dire que c’est réussi, mais que cela date quand même un peu. Il faut dire que ce run se situe carrément avant l’arrivée de John Byrne et de John Romita Jr qui vont dynamiter le personnage. Alors il y a encore de très bonnes choses, le scénario qui s’étale sur des dizaines de numéros est hyper plaisant, pas décompressé et les dessins fleurent bon la période années 80. En plus, c’est une très bonne idée d’avoir des volumes EPIC COLLECTION en VF, car cela reste pour moi l’un des seuls trucs que Marvel publie et qui fait sens. Et c’est moins cher ! Donc si vous êtes nostalgiques ou si vous voulez voir comment à l’époque un scénariste pouvait faire bouger les lignes en s’inscrivant dans la durée, ce volume est fait pour vous.

Iron Man la guerre des armures, Panini Comics

Batman - One Bad Day : Le Sphinx

Je suis en froid avec Tom King depuis un moment. Son Adam Strange, son Batman/Catwoman ne faisaient ressortir que les défauts de cet auteur que j’ai pourtant énormément apprécié sur Vision, Omega Men ou encore Mister Miracle. Et force est de reconnaître que ce Sphinx est plutôt agréable. Mitch Gerads est toujours aussi bon, il sort parfois de son gaufrier à neuf cases et même si King tombe parfois encore dans ses travers (des dialogues off panel qui sont difficile à comprendre, on ne sait pas qui parle), c’est plutôt pas mal. Bon, ce n’est pas non plus d’une grande originalité et cela ne fonctionne pas sur le concept (une mauvaise journée peut tout changer) puisque le personnage principal ne subit pas un évènement traumatique spécifique qui le fait tomber du mauvais côté. Mais ça fait une histoire sympathique.

Batman One Bad Day, Le Sphinx, Urban Comics

Batman One Bad Day : Le Sphinx, Urban Comics

Secret Invasion : Bienvenue chez les Skrulls

Cette histoire a failli être dans la sélection du mois, mais je n’avais pas assez d’argent. J’ai beaucoup hésité avec le bouquin que vous verrez juste en dessous. Et j’ai donc décidé de mettre les deux dans cette catégorie. Cette mini-série est réussie. Elle nous raconte l’histoire d’une famille Skrull qui a infiltré la Terre sous la forme d’humains depuis des années. Véritables agents dormants, la famille va toutefois subir quelques pressions lorsqu’il va falloir se révéler au grand jour. Robbie Thompson construit une aventure assez sympathique, pleine de rebondissements et qui arrive à procurer de l’émotion. De plus, les dessins sont signés Niko Henrichon et c’est toujours un très agréable moment de lecture. Sans aucun doute le meilleur récit inédit du mois chez Panini.

Secret Invasion, Bienvenue chez les Skrulls, Panini Comics

BRZRKR

Alors oui, j’aurais pu le mettre dans la liste du mois. Mais comme il était à égalité avec les Skrulls, j’ai préféré le laisser ici. Parce que BRZRKR va fonctionner, c’est une évidence. Inspiré d’une histoire imaginée par Keanu Reeves, BRZRKR nous raconte l’histoire d’un guerrier immortel et souvent pris de crises de rage qui travaille pour le gouvernement des Etats-Unis. Son seul objectif : en apprendre plus sur lui et pouvoir enfin avoir la possibilité de mourir. J’avais détesté le premier épisode, qui étalait sur des dizaines de pages des scènes de combat sanglantes et sans grand intérêt. Même si les dessins de Ron Garney sont excellents, je me demandais ce que venait faire Matt Kindt dans cette histoire. Et pourtant, le récit s’améliore au fil des numéros. Alors oui, on n’échappe pas à la sempiternelle scène de bagarre avec moults jets de sang et décapitations à chaque numéro, mais les artistes arrivent à nous donner un peu d’émotion avec la relation entre BRZRKR et sa « psy ». Son passé semble aussi fonctionner. Donc c’est loin d’être aussi vide que ce que j’aurais pu penser. À voir vers quoi le récit tend à la longue, mais c’est une bonne lecture. Et vraiment les dessins de Garney sont de purs bijoux.

BRZRKR, Delcourt

BRZRKR, Delcourt

Il ne nous reste ce mois-ci qu’un seul comic-book, pour un budget de 35 €.

Ma sélection du mois

Moon Knight : Au bout du rouleau

Réédition des histoires de Warren Ellis et Jeff Lemire, cette série Moon Knight est clairement ce qu’il s’est fait de plus original sur le personnage. Ellis, comme à son habitude, change totalement le concept et est secondé par un Declan Shalvey des grands jours. Il faut dire qu’après l’abominable run de David Finch, ca fait du bien de retomber sur un récit construit, imaginatif et qui ne prend pas les lecteurs pour des vaches à lait. On aura donc ici la mise en avant du Moon Knight détective ainsi que son lien avec Konshu, qui sort Marc Spector de sa schizophrénie. Brian Wood prendra la suite avec Greg Smallwood, donc autant dire qu’on est gâtés niveau dessins. Pour en savoir plus sur l’histoire de Moon Knight ! Un récit très conseillé !

Moon Knight Au Bout du rouleau, Panini Comics

Bon, le mois de mars aura été beaucoup moins intéressant que les précédents, mais cela nous a au moins permis de faire des économies. Et c’est très bien. J’aurai 34,26 € de réserve pour le mois prochain.

Envie d'en discuter ?
Rendez-vous sur Discord
Suivez-nous pour ne rien rater :
DelcourtPanini ComicsUrban ComicsVestron
La Seizième Maison

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Dans cette chronique