Sa petite entreprise ne connaît pas la crise. Cela fait quinze ans que Fred Wetta publie des comics-books en France, la passion chevillée au corps. Avec Vestron, voilà deux ans qu'il propose le meilleur des adaptations comics des grandes licences du cinéma ou de la télévision (Aliens, Predator, Terminator, Evil Dead, Transformers...) . Et ce n'est pas les confinements ou les retraits de licences qui vont l'arrêter. Fred nous parle avec enthousiasme de son métier, de ses amours, de ses emmerdes et de ses projets.

Fred Wetta devant une partie de sa production (merci à madame Wetta pour la photo)

Superpouvoir : Bonjour, Fred. Peux-tu te présenter pour nos lecteurs qui ne te connaîtrais pas ? Quel est ton parcours ? Comment en es-tu arrivé à publier des comic-books ?

Fred Wetta : Mon parcours est assez long et alambiqué, alors je vais me concentrer sur la partie 'comic-books'... J'ai commencé en 2004 avec une première incarnation de Wetta qui a duré 5 ans. J'ai édité quelques albums Aliens, Batman et Superman, Les Tortues Ninjas. C'était marrant, mais chaotique... Un mélange de méchante envie de faire et d'inexpérience. J'ai arrêté à la naissance de mes filles avec la volonté de passer à autre chose. Pourtant, tête de pioche que je suis, j'ai repris à zéro en 2014, sous le même nom (ok, je manque d'imagination à ce niveau...), mais en centrant la ligne éditoriale sur le fantastique. Je suis un passionné de films fantastiques/horreur/S.F., donc quand je pense 'comics' je me tourne vers ce que je connais. J'ai commencé par reprendre les licences Aliens et Predator, et j'ai aussi intégré RoboCop et Terminator au catalogue. Depuis la naissance des albums RAW et Hardcore en 2016, Wetta est uniquement dédié aux albums cartonnés, grand format, en petits tirages, et depuis 2019 il tourne en parallèle de Vestron.

Joker/The Mask (Wetta, 2007)

Comment définirais-tu Vestron ? Quelle sont tes ambitions avec cette structure ?

Vestron est mon second label. Il est immédiatement devenu le plus important et le plus connu des deux. Sûr que 90% des lecteurs de Vestron n'ont même jamais entendu parler du premier... Il a commencé par publier des titres hérités de Wetta (Aliens, Predator, Terminator, RoboCop) et a continué avec les siens (KISS, Evil Dead...) et, depuis, les licences Hasbro (Transformers, G.I. Joe, M.A.S.K., ROM...) et Godzilla sont venues étoffer son catalogue pour les années à venir. Y en a d'autres... mais on ne le dit pas encore !
Vestron publie uniquement des paperbacks, des albums à couverture souples et UNIQUEMENT des paperbacks. Il n'existe d'ailleurs qu'un seul format, qu'on conserve pour tous les albums par souci d'harmonisation. Ils sont un peu plus petits que le format U.S., parce qu'on est en Europe et que les formats de papier sont différents (si tu te posais la question de la taille, maintenant tu sais). Donc en gros, Vestron adapte la formule du TPB U.S. au process européen. J'en ai juste profité pour me rapprocher du rapport longueur/largeur des comics 'silver age' que je trouve plus agréables, moins élancé que les contemporains. Un caprice perso. Vestron a fait de ce format souple sa marque de fabrique. Tu sais, j'ai connu les comics par la v.o., avec des floppies et du TPB Soft, et –c'est con, mais c'est comme ça – pour moi les comics se lisent en soft (surtout les séries). Je suis content de pouvoir publier des hardcovers chez Wetta, mais je les réserve désormais uniquement à des titres vraiment spéciaux qui ont une véritable raison d'exister en HC du fait de leur caractère exceptionnel (comme La Pastorale, comic book scénarisé par Stephen King lui-même ou G.I. Joe : Cross Purposes, l'un des permiers comics dessiné par Todd McFarlane).
Du reste, en même pas deux ans d'existence et malgré plusieurs mois d'arrêt pour cause de confinements, le label Vestron affiche déjà 45 albums au compteur. Pour un éditeur 100% indépendant et auto-financé, je peux me dire que c'est pas mal et en profiter pour remercier le public génial qui suit le label et les libraires qui le soutiennent !

La Pastorale, RAW edition (Wetta, 2019)

Les droits des franchises Aliens, Predator et Prometheus sont passés récemment de Dark Horse à Marvel. Vestron avait jusqu'ici les droits français. Comment ce transfert impacte-t-il ton travail ?

En ce qui concerne mon travail sur ces licences, il le stoppe, tout simplement. D'un point de vue perso, ça fait chier. J'adore sincèrement et profondément ces bestioles, et elles sont intrinsèquement liées à l'histoire de Vestron et Wetta. C'est presque un lien intime ! Mais on a passé de bons moments ensemble, il est temps d'aller voir ailleurs... Plus sérieusement, Disney a fait savoir quelques semaines après l'acquisition de la Fox à Dark Horse (et donc à moi-même) que leur ne serait pas renouvelé fin 2020 et qu'ils voulaient rapatrier les actifs, opérer en interne, ce qui veut dire refiler le bébé à sa propre maison d'édition, Marvel... qui a un contrat d'exclusivité avec Panini pour la France. Dans ce laps de temps, j'ai pu publier presque tout ce que je tenais à publier chez Vestron (sans les confinements, j'aurais vraiment pu aller au bout de mes envies, mais bon...). Vestron a réussi à éveiller l'intérêt d'un public étranger au rayon comics et a connu de gros succès avec Aliens, Predator et Prometheus... mais gros à SON niveau. Ces mêmes chiffres ramenés à l'échelle de Panini ne seraient pas forcément considérés comme des succès... Visiblement, Marvel fait le boulot créatif pour que ça marche et Disney pousse pour exploiter un max ces franchises, donc ça peut le faire pour Panini sur ces titres. En tant que fan, ça me désolerait qu'ils lâchent en cours de route parce qu'ils ont mal géré la ligne.

Aliens: Cendres (Vestron)

 

Avec l'épidémie de COVID-19 et les confinements successifs, l'édition traverse une période difficile. Qu'est-ce ca implique pour une petite structure comme la tienne ?

Mars, avril 2020 ont forcément été merdiques. Aucune sortie, que des retours et des reports annoncés. Heureusement la reprise a été super. VRAIMENT super ! On a retrouvé un public et des libraires full force et on a bossé comme des fracassés pour confirmer le succès rencontré par Vestron la première année. Et puis octobre est arrivé... mais cette fois les choses étaient différentes. On a pu maintenir les sorties, on a même connu deux sold-outs durant cette période et on a fini l'année en faisant un carton avec six albums, dont RoboCop vs. Terminator (l'un des projets les plus longs à monter de ma carrière...). Vestron a pu terminer toutes ses séries Aliens / Predator / Prometheus commencées et on a surtout ramené Transformers en France. C'est sûr, les monstres de la Fox vont nous manquer... mais vu le succès du premier album Transformers, on est moins tristes.
Moralement, 2020 était une horreur, et 2021 n'a pas franchement mieux commencé. Ras le sac d'être enfermé, sérieux. Par contre, pour Vestron, ça a été une année géniale. Et encore une fois, merci aux lecteurs et aux libraires, que ce soit pour le succès qu'ils accordent à nos books ou pour les échanges super sympas qu'on a sur Facebook et le site. Y a de l'amour et ça fait du bien !

Robocop vs. Terminator (Vestron, 2020)

Comment vois-tu l'avenir ? Que nous prépare Vestron pour les mois et les années à venir ?

Je le sens bien, sans excès d'optimisme. Vestron s'améliore chaque jour, on pense atteindre la perfection sous peu... Sérieux, je suis vraiment heureux des ces bientôt deux ans avec Vestron et de l'accueil qui lui a été fait.
Tu veux connaître la suite du programme ?
La prochaine grosse sortie est Revolution, un album qui réinvente et mélange au sein d'un univers commun M.A.S.K., Transformers, G.I. Joe, ROM, les Micronauts et Action Man. C'est un récit complet, mais Revolution est aussi le début de plusieurs séries (des albums M.A.S.K. et Rom sortiront à la suite) et le point de départ d'une saga qui s'étendra sur plusieurs albums. Je suis un fan absolu de M.A.S.K. Et je suis assez vieux pour avoir lu du Rom dans Strange (un Strange d'occasion, je ne suis pas si vieux que ça !), donc je suis content. Et les Visionaries seront de la partie par la suite (encore un nom qui ne parle qu'aux plus de 35 ans... mais ce sera l'occasion de faire découvrir aux plus jeunes de quoi il s'agit).
Godzilla arrivera cet été, avec des comics influencés par la version japonaise, imaginative et complètement folle. On garde celui dessiné par James Stokoe (Aliens : Perdition) pour la fin de l'année. On dit que c'est un vrai bijou. On confirme ! Terminator reviendra pour plusieurs albums, dont le fameux crossover avec les Transformers. Cobra Kai aura droit à son book aussi (je l'ai décidé après avoir vu la série sur Netflix. C'est rare que j'accroche à ce point sur une série. Elle m'a scotché, et pourtant je ne suis pas un fou de Karaté Kid). Les Tortues Ninja passeront faire un tour chez Vestron avant la fin de l'année. WTF ?! Mais, si, c'est vrai. On est surtout à fond sur Transformers. C'est un univers riche, passionnant. Il paraît hermétique de prime abord. C'est pour ça qu'on a bien distingué les différentes séries avec des codes couleur différents, rouge pour la principale, bleu pour la parallèle et gris pour les dérivés. Mais une fois qu'on y a mis les pieds, ça ne nous lâche plus. Je conseille aux lecteurs occasionnels de viser la série grise, consacrée surtout aux one-shots et aux crossovers : c'est là qu'on trouvera le génial Transformers/Retour vers le futur (oui, avec Marty McFly, 'Doc' Brown et une Delorean qui voyage dans le temps...) et Transformers : Hearts of Steel qui transpose les personnages à l'époque des machines à vapeur. Transformers/G.I. Joe: 1939 par Jae Lee vaut aussi le détour.

Transformers, tome 2 (Vestron, 2021)

Question rituelle du site : si tu avais un super-pouvoir, quel serait-il ?

Me dédoubler à volonté. Comme ça je pourrais faire un troisième label. Puis un quatrième...

Merci, Fred.

Vous pouvez retrouver les productions de Fred Wetta dans vos boutiques préférées, mais aussi sur leurs sites internet respectifs : Wetta et Vestron

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter