La tempête Ça étant passée, les dégâts sont lourds de sens : l’adaptation de Stephen King est le film d’horreur le plus rentable au monde. De quoi mettre l’horreur à l’honneur pour cette neuvième chronique avec le retour des doyennes du genre : Jamie Lee Curtis et Linda Hamilton ; de celui, moins anticipé, de la série Scream et de son masque culte ; d’Amityville, d’anthologies d’horreurs par les papes du milieu et le départ de cette planète de l’attachant Harry Dean Stanton.

Halloween : le retour de Jamie Lee Curtis

Nous sommes à un an de la sortie du nouveau chapitre des exactions du tueur Michael Myers et les news fusent déjà. Le long-métrage de David Gordon Green (Délire Express) et Danny Mcbride est produit par ni plus ni moins que l’architecte John Carpenter qui lui-même lâcha le tueur au masque sur Haddonfield en 1978. C’est avec grande joie que nous avons également appris l’implication de Jamie Lee Curtis qui reprendra son rôle culte de Laurie Strode, éternelle victime, conquérante et sœur de l’increvable psychopathe – du moins, selon le second film de la franchise et c’est important de le préciser car ce nouvel Halloween pourrait ignorer purement et simplement tous les autres films sortis jusque là (pour le mieux, songera-t-on.)

Le personnage de Laurie Strode réapparaît dans le sympathique Halloween H-20 et le plus discutable Halloween Résurrection où elle périt dès les premières minutes du métrage. Quel destin pour Laurie et Michael ? Rendez-vous dans un an pour avoir la réponse. Rappelons que Jamie Lee Curtis a récemment participé à la série parodique Scream Queens, qui rendait hommage à la vague des slashers, que l’on considère avoir été popularisés par le premier Halloween de Carpenter.

Scream : le retour du Ghostface

Si la seconde saison de la série dérivée du classique de Wes Craven n’avait pas su convaincre aussi bien que la première, Netflix va revenir aux classiques ( une tendance en ce moment, décidément.) En effet, via Bloody Disgusting, nous avons appris que le (les?) tueur de la troisième saison renfilerait le masque emblématique, délaissé au profit d’une version plus soft dans les deux premières. Une troisième saison, par ailleurs, complètement indépendante du reste de la série – et c’est tant mieux, tant certains personnages avaient commencé à tendre vers l’auto-parodie. Au casting, on retrouvera des jeunes acteurs et actrices éminemment piochés chez 13 Reasons Why, Power Rangers ou encore la sus-nommée Scream Queens. Nous avons encore tout le temps de nous demander quel est notre film d’horreur préféré, car aucune date n’a encore été confirmée quant à sa diffusion.

Sarah Connor is back

La saga Terminator ou l’éternel recommencement.

Alors que Jamie Lee Curtis revient à la saga qui a fait son succès, l’attachante Linda Hamilton a annoncé son retour dans la sienne : Terminator 6 verra donc Sarah Connor se dresser de nouveau face aux machines venues du futur. Nul besoin de préciser que Arnold Schwarzennegger (qui vient de fêter ses 70 ans) sera lui aussi de la partie, de même que James Cameron qui est — enfin — bien décidé à reprendre les choses en main. En effet, la saga Terminator prend la rouille depuis presque 15 ans et à l’heure où la ressortie du second épisode en 3D titille la nostalgie des fans qui ne s’en sont jamais remis, on souffre encore des trois tentatives de suites ratées qu’en ont offert Hollywood. A l’instar d’Halloween donc, Cameron promet un effacement pur et simple des timelines mises en place depuis Terminator 3 : Rise of the Machines, dans laquelle Sarah Connor était tout simplement morte. Parmi les plus honorables survivances de la saga, on se rappelle la série avortée trop tôt The Sarah Connor’s Chronicles où la mère de John Connor, sauveur de l’humanité, était atteinte d’une maladie incurable. Cette dernière était jouée par Lena Headey (actrice née dans une ville du nom… d’Hamilton), célèbre pour son rôle de Cersei Lannister dans la série Game of Thrones — série qui lança la carrière de l’actrice Emilia Clarke qui, elle-même, incarna une jeune Sarah Connor dans Terminator Genesys.

Si les boucles temporelles ne vous ont pas ruiné l’esprit, ces anecdotes l’auront peut-être fait.

Amityville s’éveille

Quand un français est engagé sur un projet de reboot d’épouvante, on sait que ça a une chance sur deux de sentir le roussi, même si le français en question n’est autre que Franck Khalfoun, comparse d’Alexandre Aja (remake de La Colline a des Yeux) à qui l’on doit l’excellent remake de Maniac. Il y a trois ans, cet excellent faiseur s’est attelé à une nouvelle version du mythique Amityville – sous titré The Awakening. Mais, pour une sombre histoire de commerce et d’ayant droits incompréhensibles, le film n’est jamais sorti. Tout espoir étant permis, Blumhouse et Dimension Films viennent de confirmer que le film sera disponible à la demande sur le réseau Google Play dès le 21 octobre prochain. Un piètre lot de consolation pour un projet ayant stagné depuis si longtemps et qui pourrait pourtant profiter du succès que remporte sa maison de production depuis Split et Get Out – s’ils avaient daigné mettre l’argent nécessaire à le vendre.

Verdict pour dans un mois, donc. Au casting de cette nouvelle hantise, on retrouve Bella Thorne, Jennifer Jason Leigh et Cameron Monaghan (qui s’est depuis taillé une réputation de futur Joker dans la série Gotham.)

Voici le trailer du film:

News From The Crypt #9 : Halloween, Terminator Amityville…

La tempête Ça étant passée, les dégâts sont lourds de sens : l'adaptation de Stephen King est le film d'horreur le plus rentable au monde. De quoi mettre l'horreur à l'honneur pour cette neuvième chronique avec le retour des doyennes du genre : Jamie Lee Curtis et Linda Hamilton ; de celui, moins an

Anthologie : et de une…

Les anthologies, tout le monde aime ça.

Le succès de Black Mirror et, dans un autre genre, d’American Horror Story, a relancé un vrai élan de créativité chez les scénaristes désireux de nous faire frissonner. C’est le cas, entre autres, de Greg Nicotero, spécialiste des effets spéciaux et producteur à l’œuvre sur The Walking Dead ( dont la saison 8 débutera au mois d’octobre). En effet, ce dernier vient de confirmer qu’AMC lui a confié les rennes de Shock Theater, une anthologie d’horreur que l’intéressé a présenté à Entertainement Weekly comme un mélange d’épouvante des 50’s et de Shaun of The Dead. Des références pas immondes dont on espère vraiment beaucoup.

Peu d’infos ont filtré sur la conception de ce programme mais au vu de l’agenda chargé du bonhomme, il est fort probable qu’il faudra attendre le début de diffusion de Walking Dead pour en entendre parler plus en détails.

Et de deux.

Mick Garris, que l’on connaît surtout pour avoir plusieurs fois adapté l’œuvre de Stephen King à la télé (Le Fléau, Shining ou encore Sac d’Os) vient de confirmer qu’il serait le showrunner d’une anthologie d’épouvante nommée Nightmare Cinema et qui regroupera des réalisateurs tels que Joe Dante (Gremlins) et David Slade (30 Jours de Nuit). Annoncé comme un hommage au cinéma de genre et de quartier, ce film à sketches implique également le charismatique Mickey Rourke qui constituera le fil rouge de l’histoire, à la manière d’un gardien de la crypte pour les Contes du même nom. Prévu pour le 26 octobre prochain, Nightmare Cinema devrait avant tout être diffusé dans les festivals avant une éventuelle confirmation de sortie à plus grande échelle.

Adieu, Harry Dean Stanton

Le comédien Harry Dean Stanton, grand chéri des cinéphiles, s’est éteint le 15 septembre dernier à l’âge de 91 ans. Véritable gueule et attachant protagoniste, cet éternel second couteau entretenait un vrai rapport avec le cinéma de genre, tournant à deux reprises pour John Carpenter ( New York 1997 et Christine) et également David Lynch (Twin Peaks, Sailor & Lula, Inland Empire.) C’est toutefois pour son rôle de Brett, l’un des sept passagers du Nostromo dans Alien (Ridley Scott) qu’il entre dans la légende. A son palmarès figurent aussi des rôles dans Le Parrain 2 (Francis Ford Coppola, qu’il retrouvera sur Coup de Cœur), La Ligne Verte (Frank Darabont), Avengers (Joss Whedon), La Mort en Direct (Bertrand Tavernier), La Dernière Tentation du Christ ( Martin Scorsese) et Paris, Texas (Wim Wenders) qui obtiendra la Palme d’Or au festival de Cannes en 1984.

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Calendrier Cinéma