Triste coïncidence, tandis que l’on découvre la renaissance du Batman de Tim Burton dans le film The Flash, nous apprenons le décès de celui qui a réalisé les deux films suivants, Batman Forever et Batman & Robin, Joel Schumacher.

Un grand réalisateur – littéralement, il mesurait 1,91 cm – et une énorme carrière, très loin de se limiter aux tétons sur l’armure du Chevalier Noir. Il aura notamment contribué au décollage des carrière de Kiefer Sutherland (Génération Perdue/The Lost Boys en 1997), Matthew McConaughey (Le droit de tuer ? en 1996) et de Colin Farrell (Phone Game  en 2002 et Veronica Guerin en 2003). On lui doit également quelques films cultes comme par exemple L’Expérience Interdite (1990).

Malheureusement, la communauté geek se souviendra certainement de lui comme étant celui qui aura mis à mal le travail de Tim Burton en tentant de s’approprier l’univers de la chauve-souris, le rendant plus pop, tout public et, soyons honnête, de très mauvais goût. Le réalisateur s’était d’ailleurs excusé à ce propos il y a de ça 3 ans.

Mais il faut également reconnaître qu’il a tenté d’aller encore plus loin que Burton en portant à l’écran un nombre assez conséquent de personnages (Batman, Robin, Double Face et l’Homme-Mystère dans Batman Forever, puis Batgirl, Mister Freeze, Poison Ivy et Bane dans Batman & Robin), ce qui sur le papier aurait pu être un des plus beaux cadeaux faits aux bat-fans.

A noter que le réalisateur était très impliqué dans la lutte pour la communauté LGBTQ+ dont il faisait lui-même partie.

Joel Schumacher est décédé hier, semble-t-il paisiblement, à l’âge de 80 ans à New York après s’être battu contre le cancer.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
.