Chaque mois, des dizaines de comics VF sont proposés dans les librairies. L’offre est large : tellement large qu’il est impossible, à moins de posséder le compte en banque de Tony Stark, de tout acheter. Ma solution : une liste mensuelle la plus exhaustive possible des comics qui ont attiré mon attention et que j’ai déjà lus ou vais lire. Éventuellement découvrir ceux que je ne connais pas mais qui m’ont fait de l’œil sur des previews.

Le principe est simple : je sélectionne et je rejette au fur et à mesure pour ne garder que le meilleur. Je n’ai qu’une seule contrainte, donnée par mon maléfique rédacteur en chef : la liste définitive de mes achats ne doit pas dépasser 66,60 €. J’ai toutefois la possibilité de réutiliser l’argent non dépensé de mois en mois, comme une petite cagnotte. Il me reste ce mois-ci 9,16 €. Ma liste est composée de trois groupes : les comics que je rejette (et où je peux être très très très méchant), ceux que je conseille mais que je n’achète pas (pour raisons de budget) et ma sélection finale du mois.

NOUVEAUTÉ : L’inflation arrivant et certains éditeurs pouvant proposer jusqu’à TROIS OMNIBUS par mois, je peux désormais choisir durant toute l’année deux omnibus au maximum sans toucher à ma cagnotte ! Problème : j’ai déjà tout utilisé ! Donc pas d’Omnibus nouveau en 2023 sauf dans le cadre de ma tirelire ! Et ce mois-ci, c’est un peu dommage !

Avant-propos : La production est telle que je ne peux pas me permettre d’être totalement exhaustif. Pour les œuvres que je ne connais pas ou que je n’ai pas lues, je me ferai une opinion sur les premières pages ou les premiers numéros. Et s’ils ne sont pas disponibles, ce sera uniquement sur les auteurs. De plus, je laisse de côté tous les titres qui ne sont pas des one-shots ou des débuts de série. Il n’y a pas d’intérêt de vouloir mettre dans ma liste un tome 5 ou 6 puisque vous êtes déjà censés vous avoir fait votre avis avec les numéros précédents. Je vous donnerai quand même, en début d’article, un petit récapitulatif des séries à suivre. Si vous voulez trouver la sortie de tous les comics du mois d’août, il faudra vous rendre du côté d’Alain Roussel. Tout le monde en parle mais je suis certain que peu d’entre vous savent à quoi Alain ressemble ! Eh bien je vais vous donner une réponse aujourd’hui : c’est Alain qui a fait la doublure "abdominaux" de Ryan Gosling dans Barbie le Film. À moins que ce ne soit la doublure talons de Margot Robbie, j’ai un doute.

Je vous conseille donc, dans les séries à suivre :

Superman Chronicles T3 : Superman par John Byrne, c’est bien. Avec en plus les épisodes de Jerry Ordway et Marv Wolfman, c’est encore mieux. Et quand c’est dans une superbe collection qui reprend tous les épisodes chronologiquement, vous avez véritablement le format immanquable de cette année.

Retrouvez-le sur Amazon, FNACCultura et Bubble.

Friday T2 : Suite et fin de la série fantastique d’Ed Brubaker et Marcos Martin. Et cela fonctionne vraiment très bien. Bonne caractérisation, histoire solide, si vous n’avez pas le premier tome, jetez-vous sur les deux .

Retrouvez-le sur AmazonFNACCultura et Bubble.

Ma sélection du mois d’août 2023:

  • Daredevil Father, Panini Comics 22 €
  • Spider-Man : Family Business, Panini Comics, 16 €
  • Thunderbolts Omnibus, Panini comics, 90 €
  • Namor : Rivages Conquis, Panini Comics, 18 €
  • Wonder Woman Historia : The Amazons, Urban Comics, 24 €
  • Batman One Bad Day Catwoman, Urban Comics, 15 €
  • Blue Beetle Infinite, Urban Comics, 17 €
  • Poison Ivy Infinite, Urban Comics 19 €
  • Mother of Madness, Panini Comics, 24 €
  • Predator T1, Panini Comics, 20,99 €
  • Crisis on Infinite Earths, Urban Comics 9,90 €

257,89 €. Qui a dit qu’il ne se passait rien en août ?

Ce que j’évite  :

Mother of Madness

Attendez, un livre écrit par Emilia Clarke, celle qui jouait Daenerys de Game of Thrones et une Skrull dans la méga-série Secret Invasion ! Forcément, ça va être bien, comme tous ces acteurs qui se sont lancés dans les comics. Oui, c’est ironique. Bon, Emilia Clarke est aidée par Marguerite Bennett qui m’a rarement impressionné. Et clairement, ce comic book ne raconte rien ! Tout du moins sur ses trente premières pages. Je dois vous avouer que je ne suis pas allé plus loin. L’idée de départ est plutôt originale, celle d’une mère de famille célibataire qui devient finalement super-héros avec des pouvoirs qui varient au fil de ses humeurs. Mais le traitement est juste abominable. C’est rempli de dialogues soi-disant humoristiques et de situations où notre héroïne est confrontée de manière assez superficielle à ses problèmes de jeune femme. Et des pages et des pages de dialogues tout à fait insipides. Et c’est loin d’être cohérent. En dehors de dessins plutôt pas mauvais de Leila Leiz, il n’y a pas grand-chose à sauver.

Mother of Madness, Panini Comics

Blue Beetle Infinite

Bon, clairement il fallait un comic book qui puisse surfer sur la sortie du film Blue Beetle. Et du coup, on a cette mini-série qui - comment dire ? - n’est ni mauvaise, ni bonne. Juste insignifiante en fait. Josh Trujillo et Adrian Gutierrez livrent une prestation sympathique, sur un personnage qui, depuis Ted Kord, n’est jamais arrivé à éveiller le moindre intérêt chez moi. Donc vraiment, pas intéressé du tout.

Blue Beetle, Urban Comics

Spider-Man : Family Business

Franchement, cette mini-série avait été vendue comme quelque chose qui allait tout changer ! On avait Mark Waid et James Robinson dessus. Et clairement c’est une déception absolue. Les deux auteurs, qui sont loin d’être des manchots, nous proposent une histoire où apparaît un personnage peut-être important (tellement qu’on n’a jamais dû le revoir depuis) pour l’histoire de Spidey sur fond de guerre des gangs, mais ça ne marche pas. On s’ennuie, et clairement, ce ne sont pas les dessins de Gabrielle Dell’Otto, très statiques et sans mouvement, qui vont aider. C’est très joli mais niveau storytelling, y’a nettement mieux à faire. Passez votre chemin.

Family Business, Panini Comics

Daredevil Father :

J’ai hésité à le mettre dans le pool des séries moyennes, parce que même si les dessins sont vraiment très bizarres, avec un Joe Quesada qui tente d’imiter Frank Miller (mais le Miller de maintenant, totalement déglingué et disproportionné), l’histoire a toutefois quelque chose d’assez original, en essayant de s’intéresser à un personnage de la mythologie de Daredevil qu’on n’avait encore jamais vu jusque-là (le chauffeur du camion). Mais bon, clairement, ça ne tient pas sur la longueur même si je pense qu’on ne pourra pas enlever à Quesada une réelle volonté de bien faire. Mais bon, c’est un peu cher au vu de la pagination.

Daredevil Father, Panini Comics

On se sépare déjà de quatre comics et il nous reste 196,89 €.

Ce qui mérite d’être acheté et lu mais que je ne prends pas pour des raisons de budget (du moins réussi au plus réussi).

Namor : Rivages conquis

Christopher Cantwell souffle le chaud et le froid, avec des récits parfois intéressants mais aussi ennuyeux, ou tout du moins qui ne racontent pas grand-chose. Et de fait, ce Namor rentre dans la catégorie de ces mini-séries qui sont agréables (une sorte de Old Man Namor) mais qui auraient pu être réalisés en un seul one-shot plutôt que cinq épisodes. L’histoire se passe dans un futur postapocalyptique où toutes les terres émergées ont été rasées et où seuls survivent les Atlantes et quelques réfugiés humains. Namor va se lancer, avec un Luke Cage lui aussi vieillissant, sur les traces de Jim Hammond, alias le première Torche Humaine et vont donc nous faire découvrir tout cet univers Marvel ravagé. Rien qu’on n’ait déjà vu des dizaines de fois. On s’ennuie assez rapidement mais le livre possède le mérite d’être dessiné par Pascual Ferry, dessinateur trop rare qui livre de très jolies planches. C’est réellement l’atout de cette histoire.

Retrouvez-le sur AmazonFNACCultura et Bubble.

Namor : rivages conquis, Panini Comics

Predator

Je vais pouvoir dire quasiment la même chose de ce nouveau titre Predator de chez Marvel. Ed Brisson est au scénario, donc on peut s’attendre à quelque chose d’assez bourrin et effectivement, le titre est très orienté action. Il renverse toutefois les rôles avec cette fois-ci une humaine qui pourchasse les Predator qui ont tué sa famille. Rien de bien original non plus, il ne se passe pas grand-chose mais c’est agréable à suivre. Comme pour le titre précédent, ce sont surtout les dessins qui sont le point fort du volume. Il n’y a pas à discuter, Kev Walker est tout à fait à l’aise et son style fait des merveilles.

Retrouvez-le sur AmazonFNACCultura et Bubble.

Predator T1, Panini Comics

Batman One Bad Day Catwoman

Suite de cette série de titres tout à fait mensongers, qui étaient à priori censés nous raconter comment les méchants de l’univers de Batman sont devenus ce qu’ils sont à cause d’un évènement particulier, mais qui est plus une série de one-shots aléatoires racontant tout et n’importe quoi. Mais avec ce numéro Catwoman, la scénariste G. Wilson Willow le raconte plutôt bien. On fait appel au passé de Selina Kyle et l’histoire est plutôt sympathique. Pour une fois on y retrouve un peu de profondeur. Et surtout, on retrouve Jamie McKelvie aux dessins. J’avais perdu ce dessinateur de vue depuis ses Young Avengers et je le retrouve ici dans un style quand même assez différent de ce qu’il propose généralement. Il a gommé ses habitudes et est devenu beaucoup plus lisse. Cela enlève donc un peu d’originalité mais sur le personnage de Catwoman, c’est tout simplement magnifique. En revanche, dès qu’il doit dessiner Batman, c’est nettement moins réussi. Cela reste toutefois un très bon livre.

Retrouvez-le sur AmazonFNACCultura et Bubble.

Batman One Bad Day : Catwoman, Urban Comics

Thunderbolts Omnibus

Évidemment, l’incontournable de ce mois d’août, c’est l’omnibus Thunderbolts, qui reprend tout le run de Kurt Busiek. Et c’est vraiment un très bon comic book. Thunderbolts est un comic book à l’ancienne et cela se voit surtout dans les dessins de Mark Bagley, très années 2000. Je n’ai jamais été un fan absolu de Bagley, mais sa narration est impeccable et cela se lit très bien. Quelques designs ont toutefois un peu vieilli. Ce qui fait la réussite de cette série, c’est aussi la caractérisation impeccable, en continuité et en profondeur, de ces personnages, qui vont de fait connaître une évolution forcée de leurs ambitions. Comme quoi il est possible de produire de bonnes histoires au sein d’un univers partagé en respectant sa continuité.  Si vous aimez les comics, ce titre est fait pour vous. En revanche, il faudra dépenser 90 €, que je n’ai absolument pas !

Retrouvez-le sur AmazonFNACCulturaBubble et dans une édition spéciale sur le site de Panini.

Omnibus Thunderbolts, Panini Comics

Après cette deuxième sélection, il nous reste 52,90 € ! Parfait ! Voici donc…

Ma sélection du mois

Poison Ivy, tome 1 : Cycle vertueux (DC Infinite)

Je n’ai lu que les trois premiers épisodes, mais j’ai été véritablement conquis par les débuts de cette série. Je n’ai rien suivi des dernières aventures de cette méchante, donc je ne sais pas ce qui s’est passé avant, ce qui m’a un peu gêné au départ. Mais la scénariste G. Wilson Willow arrive à bien nous faire entrer dans l’histoire de cette méchante dont le but n’est rien d’autre que l’extermination de l’humanité ! Et ça fonctionne. On est dans un véritable récit d’horreur psychologique et pour le moment, la scénariste n’atténue pas la méchanceté du personnage, son extrémisme et sa volonté de redonner ses droits à la terre. Tout en la confrontant à sa nature désormais très humaine. C’est vraiment très réussi. Et nous avons en plus les dessins extraordinaires de Marcio Takara. Je ne connaissais pas trop cet artiste mais force est de reconnaitre que c’est vraiment très bon, avec un mélange fantastique/réaliste superbement réussi. Les planches sont magnifiques. Une excellente surprise.

Retrouvez-le sur AmazonFNACCultura et Bubble.

Poison Ivy, Urban Comics

Wonder Woman Historia : the Amazons

Kelly Sue DeConnick est une autrice qui ne m’a jamais réellement impressionné. Surtout sur des personnages mainstream. Je l’avais perdu de vue depuis un bon moment, mais la retrouver sur un projet d’envergure, à savoir raconter l’histoire des amazones d’un point de vue assez nouveau tout en respectant ce qui a été fait avant, m’intriguait beaucoup. Ce qui m’intéressait aussi, c’était le casting des artistes associés : Phil Jimenez, Gene Ha et Nicola Scott. Chacun dessinant l’un des trois numéros de cette histoire. Et si la qualité des dessins va quand même en décroissant, Wonder Woman Historia est une vraie réussite. Disons-le clairement, le premier tome de cette série est tout simplement magnifique.

Phil Jimenez se penche sur un personnage qu’il a déjà traité de nombreuses fois et qu’il apprécie particulièrement et il propose des dessins d’exception, qui font réellement partie de ce que j’ai pu voir de mieux depuis ces dernières années. Le design des dieux est particulièrement impressionnant et toutes les planches sont de véritables œuvres d’art. Et comme l’histoire est plutôt réussie, le premier tiers de l’histoire envoie The Amazons vers un niveau stratosphérique. Niveau qui va baisser petit à petit mais rester assez élevé avec l’arrivée de Gene Ha et Nicola Scott. Pour ceux qui craignent un brûlot un peu lourdingue, je vous rassure, ce n’est pas le cas. Le point de vue est certes orienté mais est tout à fait intéressant. Jetez-vous dessus.

Retrouvez-le sur AmazonFNACCultura et Bubble.

Wonder Woman Historia, Urban Comics

Crisis on Infinite Earths

Alors OK, c’est un petit format. Mais clairement, tout Crisis on Infinite Earths + History of DC universe + d’autres choses pour seulement 9,90 € ? C’est tout simplement une aubaine ! Si vous ne l’avez jamais lu, vous avez devant vous, à un prix totalement ridicule, un pan entier de l’histoire de DC et l’une des plus importantes mini-séries de l’histoire des comics. En plus, l’histoire est compréhensible même avec une connaissance minimale des personnages de DC. Franchement, ne pas l’acheter serait un crime !

Retrouvez-le sur AmazonFNACCultura et Bubble.

Crisis on Infinite Earths, Urban Comics

Finalement, le mois d’août est plutôt agréable, avec des titres sans trop de prétention mais avec des points forts. Et j’ai 22,86 € dans ma cagnotte le mois prochain.

Envie d'en discuter ?
Rendez-vous sur Discord
Suivez-nous pour ne rien rater :
Panini ComicsUrban Comics
La Seizième Maison

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Dans cette chronique