Trente-cinq ans après le révolutionnaire Prince of Persia, premier du nom, et une dizaine d'année après le dernier opus de la licence, le jeu vidéo Prince of Persia : The Lost Crown d'Ubisoft débarque sur nos consoles pour nous offrir un excellent moment de jeu.

Développée par le studio de Montpellier, cette nouvelle monture de la célèbre licence – qui reste dans les esprits malgré le fait qu'elle se fasse assez discrète – nous offre un nouveau Metroidvania dans lequel les fans du genre devraient trouver leur compte.

Machine à voyager dans le temps

Prince of Persia : The Lost Crown fonctionne comme une machine à voyager dans le temps à plus d'un titre. Pour commencer, le temps est une composante importante – même s'il n'est pas pour autant l'élément central – de l'histoire du jeu dans laquelle passé, présent et futur s'entremêlent, créant une certaine confusion dans l'esprit de notre héros, le guerrier Sargon – membre des sept immortels, un groupe de puissants combattants au service du royaume de Perse – qui, il faut le reconnaître, ne mettra finalement pas longtemps à s'adapter aux particularités du Mont Qaf, la zone dans laquelle se déroule l'aventure.

Mais c'est également pour le joueur que le voyage dans le temps opère. Si le genre Metroidvania a eu de dignes représentants au fil des années, ce n'est pas forcément le type de jeu le plus représenté alors que les productions vidéoludiques de ces deux dernières décennies ont davantage été tournées vers la 3D et les déplacements omnidirectionnels. Le joueur se retrouve donc à nouveau plongé dans un système de déplacement en deux dimensions agrémenté de décors quant à eux modélisés en 3D (on parlera alors de 2.5D) ce qui peut être légèrement déroutant l'affaire de quelques secondes pour les non-initiés. Une sorte de retour aux sources pour certains qui se complète par la logique même de jeu qui allie exploration, mécanismes et autres énigmes.

D'ailleurs, les grands classiques sont effectivement présents : extérieurs divers, sous-sols glauques, palais... toutes les zones habituelles du genre sont présentes, permettant de faire quelque peu varier les plaisirs dans les déplacements et actions à mener.

Gameplay simple, mais efficace

Pour ce qui est du gameplay, Prince of Persia: The Lost Crown ne révolutionne rien, ce qui en soit peut s'avérer être ici une qualité. Les commandes sont simples et les quelques combinaisons de touches sont bien pensées, évitant les erreurs, qu'il s'agisse des phases de combat ou d'exploration (pour ne pas dire d'acrobaties).

Il faut reconnaître que le jeu est plutôt fluide – à quelques petits couacs près dont on ne lui tiendra pas rigueur – et prenant. Dès les premières secondes, après une légère phase narrative, le joueur est plongé dans l'action, le temps de prendre les commandes en mains et de découvrir le style de jeu. Pour ce qui est de l'exploration, la découverte de la carte – qui se complètera à grand renfort d'interactions avec un PNJ – nécessitera de faire de nombreux allers-retours entre des zones nouvelles et d'autres déjà explorées. Et si cela peut sembler rébarbatif au prime abord, il faut reconnaître que les level designers ont fait un excellent travail tant les les va-et-vient peuvent être effectués assez rapidement (sous réserve parfois d'une certaine dextérité de toute façon inévitable pour évoluer dans le jeu).

Ainsi, des arbres Wak-Wak vont vous servir de checkpoints et points de respawn tout en vous permettant de refaire le plein d'énergie et de modifier votre équipement. Et si un ennemi vous donne du fil à retordre, le rejoindre à nouveau n'est généralement pas difficile et long. Quelques points de téléportation sont également disséminés sur la carte, mais gagneraient à être peut-être un peu plus nombreux. À noter que le jeu propose deux expériences, l'une étant classique et la seconde apportant une certaine aide au joueur avec des précisions supplémentaires sur la carte pour faciliter la recherche. Et si vous craignez d'oublier quelque chose comme un mécanisme que vous ne pourrez activer que plus tard, le jeu vous permet de faire une capture d'écran qui se retrouvera sur la carte afin de vous rappeler où et pourquoi vous devez vous rendre une fois certaines capacités acquises.

Un des précieux arbres Wak-Wak.

Quant aux combats, leur difficulté augmente bien évidemment à mesure que vous progressez dans le jeu sans pour autant vous donner envie de rage quit la partie. Quoi que. Certains boss, généralement bien amenés tant dans l'histoire que dans votre progression dans le décor, vous donnerons bien évidemment du mal. Mais, qualité ou défaut du jeu, arrive un moment où leurs mouvements deviennent prévisibles, vous donnant donc les clés de la victoire. Certains en revanche ne représenteront parfois pas une grande menace, du moins si vous avez choisi la difficulté de base du jeu lors du lancement de la partie.

Notez également qu'en plus du tutoriel du début et des explications données à chaque acquisition d'une nouvelle capacité, le joueur a accès à des entraînements. De quoi maîtriser l'art d'envoyer en l'air vos adversaires ou de parer comme un épéiste hors pair.

Bienvenue en Perse

Pour ce qui est de la partie graphique, il est indéniable que le jeu est beau. Que ce soit lors des phases de jeu en 2.5D donc, ou les parties narratives qui reprennent une animation pouvant rappeler les anime ou des séries comme Arcane. Quant à la gestuelle des personnages, elle est résolument moderne, faisant écho au style que nous venons d'évoquer.

Toutefois, il faut reconnaître que l'on pourrait espérer davantage en fonction du support. Si le jeu semble parfaitement taillé pour une console comme la Nintendo Switch, on regrettera le manque d'un petit je-ne-sais-quoi qui donnerait l'impression d'exploiter la console (en l'occurrence la Playstation 5 pour ce test). Mais rappelons-le : The Lost Crown est prenant et on finit par en oublier ce détail (qui pour certains n'en saura peut-être pas un).

Côté ambiance, la musique du jeu finira de vous envelopper dans l'univers de Sargon et de sa quête (voire de ses quêtes, de nombreuses missions secondaires vous étant attribuées par des PNJ). Parfaitement calibrée et équilibrée, elle mêle l'action et la magie tout en saupoudrant le tout de notes qui vous enverrons directement en Perse. Et si vous souhaitez pousser l'expérience encore plus loin, Ubisoft a eu l'excellente idée d'ajouter le Farsi (la langue parlée en Perse) dans les langues disponibles pour les dialogues.

En définitive, Prince of Persia: The Lost Crown offre une expérience de jeu qui, à défaut d'être inoubliable, fera passer un excellent moment aux joueurs. Les quelques défauts sont aisément gommés par un gameplay efficace et une ambiance prenante, le tout au service d'une histoire qui se tient sur la durée et une difficulté suffisamment équilibrée pour maintenir la tension et l'attention du joueur sans tomber dans la facilité ou, au contraire, une difficulté trop élevée. De quoi lui donner sans l'ombre d'une hésitation un bien mérité 16/20.

Suivez-nous pour ne rien rater :

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter