Malgré d’excellentes critiques (dont la nôtre), c’est une fantabuleuse déception pour Birds of Prey (et la fantabuleuse histoire d’Harley Quinn) qui a effectué un démarrage dans les salles obscures en dessous des prévisions. Avec 79 millions de dollars rapportés lors de son premier weekend – dont 33 millions aux États-Unis et 46 millions dans le reste du monde –, le film de Cathy Yan peut tout de même se vanter d’avoir pratiquement déjà remboursé son budget, toutefois, cela reste bien en dessous des espérances de Warner Bros.

Les raisons de ce léger flop ? Pour certains, c’est la campagne de promo qui en est la cause, vendant un film différent de celui projeté en salle, et ciblant un public adolescent alors que le film est interdit aux moins de 17 ans aux USA. Pour d’autres, plus rares mais bien trop bruyants, il s’agit d’une réaction allergique archaïque de la mise en avant d’un travail réalisé par des femmes et ne ciblant pas exclusivement les hommes.

Quoi qu’il en soit pour Warner, la faute est dans le titre du film qui ne met pas assez en avant Harley. Du coup, Birds of Prey (and the Fantabulous Emancipation of One Harley Quinn) devient plus simplement Harley Quinn: Birds of Prey. Du moins pour les salles de cinéma américaines, pour le reste du monde c’est sans doute un peu tard, Warner peut s’en mordre les doigts dans toutes les langues.

Cela suffira-t-il a inverser la tendance ? Le bouche à oreille aidera-t-il un film injustement boudé par le public habituel des blockbusters tirés de comic books ?

En attendant, nous vous invitons à faire votre propre avis, Birds of Prey (et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn) étant actuellement au cinéma.

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Calendrier Cinéma