Suite à une énième relance des titres DC, Urban Comics nous propose, avec cet énorme album, de découvrir les deux séries principales consacrées à Superman. Et force est de reconnaître que si les deux titres sont tout à fait lisibles, ils connaissent de gros défauts assez différents.

Dawn of Superman propose dans un seul volume le premier arc de la série Superman, le premier arc de la série Action Comics ainsi qu’un annual et deux épisodes annexes du crossover Knight Terrors. Ces trois séries étant très distinctes, nous allons les aborder une à une un peu plus bas, mais l’impression globale reste quand même celle de récits assez mineurs, avec énormément de défauts et des parties graphiques pas toujours très soignées.

Superman est donc de retour après une longue absence et il lui faut renouer avec non seulement les fondamentaux de sa mission de super-héros, mais aussi ceux de son nouveau statut de chef de famille. Et elle est plutôt nombreuse. Alors que la série Superman dresse plutôt le portrait de l’univers dans lequel va évoluer notre héros, Action Comics s’intéresse plus à cette nouvelle famille. Un bon point d’entrée pour des lecteurs occasionnels ? Pas si sûr !

Lois Lane ? Eh non ! (Image : © DC Comics)

Superman est la série qui s’en tire le mieux. Il faut dire que le nouveau scénariste, Joshua Williamson, a déjà eu l’habitude d’œuvrer sur des séries au long cours (Flash) et a souvent proposé des idées intéressantes et/ou bien exécutées. Il passe donc de nombreuses planches à nous décrire le nouveau statu quo de Metropolis et les différents changements inhérents à cette relance. Lex Luthor est en prison et cherche à faire amende honorable auprès de son pire ennemi, Lois Lane est rédactrice en chef du Daily Bugle et Superman se retrouve avec de nouvelles responsabilités entrepreneuriales ! Les cinq premiers épisodes de la série nous proposent aussi de nouveaux vilains issus du passé de Luthor tout en réactualisant Le Parasite, personnage qui apparaît souvent lors des différentes relances des titres consacrés à l’homme d’acier depuis une trentaine d’années. Et la lecture est assez agréable. L’histoire ne casse pas trois pattes à un canard, on sait immédiatement qu’on est dans un comics de base et que cela ne révolutionnera rien mais on note la volonté du scénariste de proposer des choses nouvelles, notamment concernant le passé de Lex Luthor. Les efforts sont présents. En revanche, niveau dessins, c’est un peu la catastrophe. Jamal Campbell semble être très apprécié (et de fait, on lui offre une série importante) mais clairement, son style ne convient pas vraiment au personnage. Les expressions sont toutes exagérées, les postures caricaturales : ça ne marche pas ! On sent les dessins très vides, effectués via ordinateur et les problèmes de narration graphique sont très présents. On a du mal à identifier les personnages, qui fait quoi et l’action est très confuse, ce qui est un comble quand les détails sont réduits au minimum. La partie graphique est réellement le point faible de cette série.

Qui peut me nommer tous les personnages de cette photo ? (Image : © DC Comics)

On va très rapidement passer sur les deux épisodes de Knight Terrors, qui n’ont aucun intérêt si ce n’est de nous proposer une histoire basique et dont les dessins sont très moyens pour nous intéresser à la deuxième série Action Comics. Et c’est une grosse déception. Philip Kennedy Johnson reprend sa série après son histoire sur le Warlord et on se retrouve en gros avec six ou sept membres de la famille Superman que le narrateur ne nous identifie absolument pas. On ne sait pas qui est qui, on ne comprend pas les interactions entre les gens et de fait, ce n’est absolument pas un point d’entrée intéressant pour les nouveaux lecteurs qui vont être de fait totalement perdus. Le Superman chinois ? Vraiment ? En plus, même si les dessins de Rafa Sandoval sauvent la mise, le dessinateur n’est pas le plus performant lorsqu’il s’agit de caractériser physiquement les personnages. Difficile de différencier Connor de Jon Kent par exemple. Et cela rajoute à la confusion. Comme l’écriture de Johnson est souvent anti-climatique, on se retrouve avec un récit un peu plat, où des scènes (trop longues) d’exposition se succèdent à des scènes d’action sans grand intérêt. La famille combat donc Metallo et clairement, ce n’est pas très intéressant car on ne retrouve pas la notion de famille qui est censée être au centre de la bande dessinée.

(Image : © DC Comics)

Globalement, ce volume de Dawn of Superman, s’il a quelques qualités, n’arrive toutefois pas à faire décoller les deux séries. À voir si les auteurs vont se recentrer un peu avec le temps. Après, ce n’est pas catastrophique, nous avons juste des histoires basiques et qui n’ont pas un grand intérêt. À suivre avec le tome 2 prévu pour le 26 avril 2024.

Dawn of Superman Tome 1DC infinite
De Joshua Williamson et Jamal Campbell
Cartonné – 352 pages – 35,00€
Acheter sur : AmazonFNACCulturaBubble

Superman est de retour à Metropolis et peut reprendre le cours de sa vie sous son identité de Clark Kent. Mais voilà que Lex Luthor, son ennemi juré, pourtant en prison, décide de lui céder toutes ses parts de LexCorp et de renommer sa société SuperCorp.

Contient : Superman (DC, 2023) #1-5, Superman Annual (DC, 2023) #1, Action Comics (DC, 1938) #1051-1056 + Knight Terrors: Superman(DC, 2023) #1 -2

Suivez-nous pour ne rien rater :

Urban Comics

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter