Dark Nights Metal : Batman Who Laughs

DC continue de dévoiler la bande son de l’event Dark Nights: Metal dirigée et composée par Tyler Bates. Après Brann Dailor de Mastodon et Chino Moreno de Deftones, c’est au tour d’Alexis Krauss et de Jason Aalon Butler de prêter leur voix aux deux nouveaux morceaux.

Toujours menée par le compositeur Tyler Bates, la Bande Originale de Dark Nights: Metal dévoile deux nouvelles collaborations pour deux nouveaux titres. On regrettera tout de même le manque d’inspiration et de prises de risque. Pour une fois que le compositeur-guitariste de ne travaille pas pour une grosse production hollywoodienne ou sur un album, sans toute cette pression, c’était précisément l’occasion de se lâcher et essayer des choses. Au lieu de ça, nous voilà avec des morceaux qui seraient sûrement restés à l’état de démo chez les différents artistes invités, ou au mieux auraient trouvés leur place sur la B-side d’un single.

Mais ne boudons pas notre plaisir, ce n’est pas tous les jours qu’un comic book se voit offrir une bande son avec des musiciens prestigieux.

War Cry, avec Alexis Krauss

Troisième morceau intitulé War Cry, référence à une réplique Wonder Woman dans le comic book, d’où la présence de la chanteuse Alexis Krauss, du groupe power-pop Sleigh Bells. Comme les précédents morceaux, nous restons dans un registre très classique et formaté, manquant grandement d’inspiration. Mené par une basse saturée sur un rythme basique rock, nous sommes pas très loin des riffs de Marilyn Manson – dont Tyler Bates est le guitariste, rappelons-le. Mais si la voix de la chanteuse permet au morceau de se démarquer des titres précédents, elle n’a pas le frêle brin d’originalité qu’apportaient les voix de Brann Dailor ou Chino Moreno.

Video Thumbnail

 

Fact Check, avec Jason Aalon Butler

Au tour de Jason Aalon Butler, chanteur de Letlive et Fever 333. Cette fois, c’est dynamique, rentre-dedans, mais loin d’être frais, à moins que vous n’ayez jamais entendu de musique composée dans les années 90. Amateurs de Rage Against the Machine, l’écoute de ce quatrième morceau devrait vous rendre plus nostalgique encore que les Prophets of Rage.

Video Thumbnail