Red Blue est le nouveau manga de sport d’Atsushi Namikiri, publié par le magazine de prépublication Bic Comic de la maison Shogakukan au Japon et publié en France par Mangetsu. Le titre nous plonge dans le milieu du MMA japonais, à travers les yeux de trois lycéens.

Note : le titre Red Blue renvoie aux deux coins d'un ring (ou d'un octogone dans le cas du MMA professionnel) dans lesquels se place les deux compétiteurs. On retrouve ces couleurs sur les tenues et les gants des combattants dans les compétitions amateurs (et olympiques).

Un trio attachant

Red Blue est un manga particulier. Le titre aurait pu suivre la structure classique du shonen manga en milieu sportif, mais par des choix de narration bienvenus, la série arrive à subvertir les codes du genre et à proposer un récit original et de qualité.

L'introduction d'Aoba Suzuki dans le ring. Le récit se déroule en quelque sorte sous forme de flashback (RED BLUE © 2022 Atsushi NAMIKIRI / SHOGAKUKAN)

Dans Red Blue, nous suivons le parcours d’Aoba Suzuki, un lycéen un peu renfermé et solitaire que tout le monde ignore. Tout le monde sauf Iwase, un pratiquant de MMA qui a fait d’Aoba son souffre-douleur. Lors d’un “entraînement” où le combattant junior utilise ses techniques sur Aoba, ce dernier est “sauvé” par Kenshin, la star locale du MMA et accessoirement du lycée. Iwase est terrassé en un coup et Kenshin décide de prendre Aoba sous son aile.

Tout semble très classique jusqu’ici, sauf qu’Aoba déteste Kenshin et sa mentalité positive et assez condescendante depuis qu'ils se sont rencontrés en primaire. Après avoir essayé de frapper son sauveur, Aoba se retrouve KO et n’a désormais qu’un objectif : s'entraîner et montrer à Kenshin qu’il n’est pas “creux”. Pour cela, il va retourner voir Iwase, qui se révèle être un personnage bien plus complexe et attachant qu’au premier abord. Les deux vont devenir amis et s'entraîner pour donner une leçon à Kenshin.

Voilà pour le pitch fort atypique de Red Blue. Bien que dense, l’histoire se suit sans temps mort et l'humour d’Atsushi Namikiri fait mouche à chaque fois. Le récit alterne entre du comique de situation et des passages très touchants, en particulier dans le développement de la relation entre Aoba et Iwase. L’ex-“harceleur” devenant l’un des personnages les plus intéressants du trio de protagonistes. Sa personnalité et son environnement familial sont un peu plus explorés dans la seconde moitié du tome 2 et on y découvre un personnage loin d'être caricatural.

Le dessin n’a d’ailleurs rien à envier aux ténors du genre comme MMA (chez Pika) ou Ippo (chez Kurokawa) et parvient même à se hisser au-dessus de ses aînés grâce à son trait moderne. La mise en page n'est pas en reste et est dynamique, à la fois dans les séquences de combats et dans les moments plus posées. Les personnages sont très expressifs, même lorsqu’Atsushi Namikiri utilise un style plus cartoon pour mettre en place ses gags.

L'arrivée des combattants du club Sharks (RED BLUE © 2022 Atsushi NAMIKIRI / SHOGAKUKAN)

Tout cela permet au récit de disposer de plusieurs portes d'entrées pour le lecteur et permet à Red Blue d'avancer un propos universel, qui ne limite pas son intérêt aux seuls fans de MMA et de sports de combat.

Le nouveau manga de sport à suivre...

Avec The Alpine Climber, Mangetsu marque un grand coup dans l’univers des mangas de sport, dominé jusqu’ici en France par des éditeurs comme Kana, Kurokawa et Pika.

L’éditeur a eu la bonne idée – comme nous en avions discuté avec Sullivan Rouaud (le directeur de collection), lors de notre interview sur la création et les collections de Mangetsu – de sortir les deux premiers tomes de Red Blue en même temps. La lecture des deux volumes s'enchaîne très aisément, grâce à une histoire prenante et des personnages travaillés.

En plus de cela, l’auteur arrive à gérer de manière très équilibrée les trois angles du manga de sport : entraînements, combats et vie de tous les jours. Les shonen sportifs délaissent souvent ce dernier point, mais ici, la vie de nos protagonistes est essentielle au développement de l’intrigue, y compris pour les personnages secondaires, comme le coach Tokiwa, un propriétaire de salle alcoolique, mais très attachant.

Ces deux tomes de Red Blue sont donc une véritable déclaration d'intention de la part de Atsushi Namikiri et le cliffhanger concluant le second tome devrait faire frémir les fans de mangas sportifs.

Le premier entraînement d'Aoba avec le coach Tokiwa (RED BLUE © 2022 Atsushi NAMIKIRI / SHOGAKUKAN)

... Et hautement recommandable pour les amateurs du genre

Depuis son annonce l’année dernière, votre serviteur attendait avec impatience la sortie de Red Blue. Et force est de constater que le titre est à la hauteur des attentes placées en lui.
En concentrant son intrigue sur un trio improbable et en proposant une variation originale sur les codes du shonen et du manga de sport, Red Blue se pose comme le titre à découvrir à l’approche de cet été 2024.

Red Blue tomes 1 & 2 d'Atsushi Namikiri, disponible aux éditions Mangetsu, 7,95€, 192 pages.

Envie d'en discuter ?
Rendez-vous sur Discord
Suivez-nous pour ne rien rater :
La Seizième Maison

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter