À l’occasion de l’arrivée de la saison 2 de Titans sur Netflix, revenons sur les origines « comics » de cette équipe de jeunes et indomptables héros.

Si DC n’a pas inventé le trope du compagnon faire-valoir, la création de Robin en 1940 va inaugurer une tradition qui sera très liée à l’éditeur aux deux lettres, celle du jeune assistant costumé. Certes, les autres éditeurs suivront le mouvement, mais seul DC aura réussi au fil des décennies à le rendre intéressant. Après Robin, ce sera au tour de Sandy (Adventure Comics #69, décembre 1941) et de Speedy (More Fun Comics #73, novembre 1941) d’accompagner respectivement Sandman et Green Arrow. Avec le renouveau des super-héros à partir de 1956, on voit également apparaître Kid Flash (The Flash #110, décembre 1959) et Aqualad (Adventure Comics #269, février 1960). Leurs aventures restent cependant bien sage et caricaturales, se contentant de donner la réplique à leurs aînés ou de servir de victime potentielle au vilain du mois.

Les cinq Teen Titans originels dans un dessin commémoratif tiré de Teen Titans vol.3 #100 par José-Luis Garcia-Lopez (DC Comics).

En 1964, le responsable éditorial George Kashdan et le scénariste Bob Haney (qui vient de filer un coup de main à la création d’une autre équipe, la Doom Patrol) décident de faire se réunir plusieurs d’entre eux dans le numéro 54 de Brave and the Bold (juin 1964). C’est ainsi que Robin, Kid Flash et Aqualad se liguent pour combattre Mr. Twister, sous le crayon de Bruno Premiani. Pas encore de Teen Titans à ce moment-là, mais ça viendra très vite puisque le petit groupe fait une nouvelle apparition dans Brave and the Bold #59 (juin 1965), toujours par Haney et Premiani. Ils y gagnent donc un nom, mais aussi un nouveau membre en la personne de Wonder Girl, inspirée de Wonder Woman. Sauf qu’il n’y a jamais eu de personnage de ce nom auparavant.

Si une Wonder Girl est bien apparue dans les pages de Wonder Woman, il s’agissait d’une chimère, imaginant une version jeune de Diana Prince. Scénariste et éditeur semblent s’être basés sur un vague souvenir, sans se soucier d’une quelconque continuité. Ce quiproquo va faire de Wonder Girl un personnage dont il faudra inventer les origines au fur et à mesure, donnant naissance à des problèmes sans fin de continuité. Le destin de Wonder Girl/Troia/Donna Troy sera d’ailleurs un pan important de l’histoire des Titans, même si nous ne l’évoquerons ici que par la bande tant il faudrait un article complet pour démêler l’écheveau de son existence.

Couverture de The Brave and the Bold #54 par Bruno Premiani (DC Comics).

La nouvelle équipe fait une troisième apparition dans le numéro 59 de Showcase (novembre 1965), mais à partir de là, le sage Premiani laisse le crayon au plus flamboyant Nick Cardy, qui va ainsi illustrer la série régulière qui est lancée dans la foulée. Teen Titans #1 parait en janvier 1966. L’idée est alors de ne pas se laisser distancer par la concurrence de plus en plus pressante de Marvel. Les nouveaux héros de Stan Lee, Jack Kirby et Steve Ditko séduisent un pan plus large de la jeunesse qui se reconnait en eux. Haney et Cardy tentent ainsi de représenter une jeunesse un peu plus contestataire (quitte à être parfois caricatural), la plupart des intrigues se focalisant sur des jeunes gens en opposition avec des adultes. On croisera également d’autres jeunes héros comme Beast Boy (TT #6, novembre 1966) qui si il ne fait qu’un court passage jouera un rôle plus important par la suite. Speedy, fera aussi quelques apparitions (TT #4, juillet 1966, TT # 11, septembre 1967) avant d’intégrer le groupe dans Teen Titans #19 (janvier 1969), poussant Aqualad vers la sortie.

Avec Nick Cardy, les Teen Titans deviennent plus pop et funky qu’avec Premiani. Couverture de Showcase #59 (DC Comics).

George Kashdan est finalement débarqué de son poste, au profit de Dick Giordano, venu de Charlton. Giordano apprécie peu les dialogues stéréotypés d’Haney et préfère faire appel à de plus jeunes auteurs. Ça tombe bien, il y a deux jeunes scénaristes qui trainent leurs guêtres chez DC depuis un moment. Marv Wolfman et Len Wein n’attendent qu’une chose : qu’on leur donne leur chance. Leur première histoire (TT #18, novembre 1968) voit l’apparition d’un jeune super-héros soviétique en pleine Guerre Froide, Starfire, tandis que leur seconde histoire voit l’apparition du premier super-héros noir de DC, Jericho. Sauf que l’histoire est retoquée par Carmine Infantino, le rédacteur en chef de DC. Neal Adams est appelé à la rescousse pour redessiner l’épisode (TT #20, mars 1969) avec un simple justicier masqué caucasien, inaugurant un tryptique sur une invasion alien où les Titans croisent Hawk et Dove, un duo créé par Steve Ditko l’année d’avant dans Showcase. Suite à cette mésaventure, Wolfman et Wein seront un temps persona non grata chez DC, mais Wolfman aura eu le temps d’établir les premières origines de Donna Troy dans une courte histoire qui sera publiée dans Teen Titans #22 (juillet 1969) où la jeune femme en profite pour changer de costume.

Designé par Nick Cardy, le nouveau costume de Wonder Girl sera appelé à une belle pérennité. Couverture de Teen Titans #23 par Nick Cardy (DC Comics).

Les costumes – ainsi que les pouvoirs – seront pourtant abandonnés dans une courte salve d’épisodes, pilotés par le scénariste Robert Kanigher et qui commence à partir du numéro 25 (janvier 1970). Dans ce numéro, les Titans échouent à empêcher la mort d’un prix Nobel de la paix. Confrontés aux reproches de la Justice League, les jeunes héros décident d’abandonner leurs identités secrètes pour travailler comme civils pour la paix, sous la houlette de Mr. Jupiter. À cette occasion, Robin quitte le groupe et laisse la place à Hawk, Dove et à deux nouveaux personnages, la médium Lilith et l’afro-américain (cette fois, c’était la bonne) Mal Duncan, qui ne possédait alors aucun pouvoir. DC essaie à l’époque de surfer sur la vague « flower power » et réutilise une idée mise en place un an et demi plus tôt dans Wonder Woman.

Couverture de Teen Titans #26 par Nick Cardy (DC Comics).

Le retour aux costumes, ainsi que le départ de Hawk et Dove, se feront avec l’arrivée du scénariste Steve Skeates dans Teen Titans #28 ( juillet 1970), un jeune scénariste que Giordano a ramené de Charlton, mais qui ne survivra pas au départ de ce dernier. Le nouveau responsable éditorial, Murray Boltinoff, s’empresse en effet de réinstaller Bob Haney dans ses fonctions, tandis que George Tuska succède à Nick Cardy pour la partie graphique et que Robin réintègre l’équipe (TT #33, mai 1971). Ce sera insuffisant pour enrayer la chute des ventes et la fin du titre avec le numéro 43 (janvier 1973).

À suivre : Les nouveaux jeunes Titans

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
.