Dans True Believer: The Rise and Fall of Stan Lee, publié en février dernier, le journaliste Abraham Riesman revient sur la vie de Stan Lee et tente de dépeindre l’homme qu’il était réellement en dehors de la scène médiatique. Habitué à écrire sur l’industrie des comics, Riesman a en autre traité dans ses chroniques de l’artiste Steve Ditko ou encore de la gamme de comics Ultimate. Si True Believer a été accueilli favorablement par la critique, il n’en est pas de même pour Roy Thomas, ancien scénariste et éditeur chez Marvel Comics, qui a exprimé son point de vue dans une chronique pour The Hollywood Reporter.

Jack Kirby, la véritable source des idées ?

Tout comme la critique, Roy Thomas s’accorde sur le fait que le livre présente dans son ensemble de très bonnes qualités notamment son travail de recherche et son style d’écriture. Cependant, tous ces efforts passent selon lui à la trappe à cause de la manière dont Riesman atténue le travail de création de Stan Lee en l’attribuant à l’artiste Jack Kirby. Même s’il est parfois difficile de déterminer lequel des deux avait les souvenirs les plus fiables, Thomas explique que c’est bien Lee qui est à l’origine de la plupart des idées et dénonce un manque d’objectivité de la part de Riesman qui fait pencher la balance en faveur de Kirby.

Un des points essentiels qu’utilise Roy Thomas pour montrer cela est la rumeur dont traite Abraham Riesman autour du script du premier numéro des Quatre Fantastiques. Selon cette dernière, Stan Lee aurait écrit ce script après la parution du numéro pour s’en attribuer les mérites alors que l’idée originale viendrait de Jack Kirby. Pour Thomas, outre le manque de preuves tangibles pour confirmer cette rumeur, le script ne va pas non plus dans ce sens. En effet, le fait que certaines des idées inscrites dessus ont été modifiées ou n’ont pas été retenues dans l’histoire finale n’est pas logique si on part du principe que Lee voulait s’attribuer les mérites.

Thomas évoque également l’absence de mention dans True Believer du script du huitième numéro des Quatre Fantastiques. Ce dernier étant un script complet écrit par Stan Lee montre en effet que les idées scénaristiques provenaient bel et bien de ce dernier.

La Méthode Marvel

Dans son livre, Riesman diminue également la contribution apportée par Stan Lee en expliquant que les artistes travaillant pour Marvel étaient sous-payés par rapport au travail de mise en scène qu’ils avaient à fournir. Thomas revient alors sur le contexte de l’époque et notamment la méthode Marvel. Cette dernière consiste à laisser l’artiste s’occuper de la mise en scène de l’histoire. Si Thomas ne nie pas le fait que de rares artistes comme Jack Kirby ou Steve Ditko ont fini par ne plus recevoir de scripts et à s’occuper eux-mêmes des histoires, il explique qu’il y a une incompréhension de la part de Riesman à ce sujet.

À partir de 1965, mettre en scène l’histoire faisait en effet partie des qualifications demandées par Marvel chez un artiste et ils étaient donc libres d’accepter cette condition ou d’aller travailler ailleurs. Si cette organisation a été mise en place c’est avant tout pour favoriser les artistes. En effet, à part Stan Lee, il y avait très peu de scénaristes chez Marvel durant cette période. Avec cette méthode, il n’y avait donc pas besoin d’attendre un script complet de sa part pour que les artistes aient quelque chose à dessiner. Cela leur évitait par conséquent des périodes sans travail, ni rémunérations. Roy Thomas explique ainsi qu’en général, pour une histoire de vingt pages, le script faisait à peine deux ou trois pages. Cependant, l’idée de base provenait pour lui bien du scénariste.

Ainsi, True Believer: The Rise and Fall of Stan Lee aurait de quoi être une biographie de Stan Lee tout à fait correct pour Roy Thomas. Cependant, l’ancien scénariste et éditeur estime que le fait qu’Abraham Riesman cherche à faire croire que la meilleure création de Stan Lee était sa personnalité publique, rend le livre indigne des retours favorables qu’il reçoit.

True Believer: The Rise and Fall of Stan Lee est disponible uniquement en anglais (US) chez Crown Publishing depuis le 16 février 2021

Sources : Hollywood Reporter, Comicbook, USA Today

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter