Le film Joker de Todd Phillips sortant en octobre, DC Comics multiplie les projets autour du prince clown du crime. Nous vous avons déjà parlé du Joker/Harley : Criminal Sanity de Kami Garcia et du Joker: Year of the Villains de John Carpenter. Intéressons-nous maintenant au Joker: Killer Smile de Jeff Lemire et Andrea Sorrentino.

Joker: Killer Smile sera une mini-série en trois numéros qui paraîtra dans la collection DC Black Label à partir d’octobre prochain. Lemire et Sorrentino travaillent ensemble depuis longtemps, que ce soit sur Green Arrow, Old Man Logan ou Gideon Falls. C’est Sorrentino qui a voulu se lancer dans l’exploration de la psyché folle de l’ennemi de Batman.

Chacun le sait : le Joker est un psychopathe et nombreux sont les médecins qui ont tenté de le guérir, à commencer par celle qui deviendra Harley Quinn. Elle est la preuve que se pencher sur le cas du Joker est toujours dangereux. Il est l’exemple même de la célèbre citation « Si tu regardes longtemps dans l’abîme, l’abîme regarde aussi en toi« . Pourtant, dans Killer Smile, le docteur Ben Arnell, un psychiatre idéaliste, va tenter sa chance, mais la folie du Joker va très vite menacer sa famille.

Cet air de déjà vu de l’intrigue ne fait pas peur à Jeff Lemire.  » C’est un cliché que nous avons vu dans d’autres histoires de Joker, avec Harley comme exemple le plus évident, mais nous voulions prendre ce poncif et en faire quelque chose de tout à fait inattendu. », explique-t-il.

Le Joker de Lemire et Sorrentino sera ainsi plus terre-à-terre, plus ancré dans la réalité, loin du clown comique qu’il peut être. « Ce qui m’a attiré, c’est l’idée d’un Joker plus réaliste, ce qui est déjà un concept terrifiant à lui tout seul. (…) Je voulais raconter une histoire intime sur la folie du Joker, qui peut dévaster une famille ou une relation normale autant qu’elle peut dévaster la société dans son ensemble. C’est cette idée qui m’a vraiment attiré: ce sentiment de terreur qui découlerait de laisser quelque chose comme le Joker entrer au sein de votre famille. En tant que père de famille, ce genre de chaos et de ténèbres qui infecterait mon espace personnel est la chose la plus effrayante à laquelle je pouvais penser. »

Pour le scénariste, c’est aussi peut-être l’occasion de porter un regard sur la société actuelle : « Je ne veux pas être trop lourd ou trop littéral sur le côté métaphore de notre histoire, mais il y a des éléments de chaos et de peur dans Killer Smile qui, selon moi, se répandent maintenant dans notre société, politiquement et socialement. »

D’ailleurs, Lemire est plutôt critique sur la façon dont le Joker peut-être perçu par certains lecteurs.
« Le Joker n’est pas intrinsèquement un héros ou même un anti-héros. C’est l’incarnation du mal, et j’ai toujours eu un problème avec les gens qui le romantisent. Killer Smile raconte à quel point le Joker est noir et combien il est dangereux de l’inviter dans votre vie. Nous voulons qu’aucune des idées que peuvent se faire les gens à propos du Joker n’atteignent la gravité de ce qu’il est vraiment. »

Joker: Killer Smile #1 (DC Comics), écrit par Jeff Lemire et Andrea Sorrentino. Couvertures de Sorrentino et Kaare Andrews. Sortie US le 30 octobre 2019.

Source : Io9

Couverture de Joker: Killer Smile #1 par Andrea Sorrentino (DC Comics)

Couverture alternative de Joker: Killer Smile par Kaare Andrews (DC Comics)

.