Le 28 Avril, les lecteurs de comics apprennent le décès de Neal Adams. Une énième légende du secteur nous quitte. Les raccourcis sont nombreux lorsqu’il s’agit de parler d’un artiste disparu. Et les attentions sont nombreuses, le respect grand. Et si nous sommes tous touchés par la disparition de l’artiste, pour son apport, on pourrait également en profiter pour revenir sur certains faits d’armes. Qu’est-ce qui fait de Neal Adams la légende qu’elle est ?

Neal Adams, le jeune prodige

Avant même de toucher aux comics, Neal Adams était un génie qui faisait parler de lui. On est en 1959, Neal Adams a 18 ans et il multiplie les expériences dans tous les secteurs de l’illustration. Il touche à la publicité, l’animation, tout ce qui requiert à un moment ou un autre de dessiner. Il adapte ses styles, dont son préféré celui du "gros nez" qu’on pourrait associer grossièrement au cartoon.

neal adams fly joe simon

Malgré son jeune âge, il n’avait pas froid aux yeux. Il voulait dessiner des comics. Le travail était réputé difficile, et à cette époque, les éditeurs étaient extrêmement frileux. Le secteur était sous le joug du Comics Code Authority, le fameux comité de censure ayant mis dehors de nombreux artistes. Neal Adams postule chez DC Comics en vain. Il trouve malgré tout du travail chez Archie Comics. Là bas, il parviendra tout de même à impressionner le co-créateur de Captain America, Joe Simon, en proposant quelques planches de The Fly.

Par la suite, Neal Adams réussira à se faire une place chez DC en 1967, puis chez Marvel, en 1969.

Une légende en influençant une autre

Parmi les artistes rentrés dans l’industrie de l’époque, Neal Adams a été le plus populaire. Le comics était figé dans une méthode et un style datés, la faute à la censure. Les artistes n’avaient pas connu de nouvelle génération depuis près de 10 ans.

batman joker neal adams

L’arrivée de Neal Adams donna un coup de pied dans la fourmilière. Il a eu un impact encore visible dans la comparaison entre le style extrêmement dynamique d’Adams et le style général des comics des années 60/70. Il jouera constamment dans la démesure, dans ses plans avec des plongées et contre-plongées, comme dans sa mise en page avec des cases souvent en diagonales.

Neal Adams a changé les codes. Il a modernisé les comics et inspiré toute une nouvelle vague d’artistes. Certains marchèrent dans ses pas comme Mike Grell. D’autres s’en sont détachés comme Bill Sienkiewicz. Eux, et bien d’autres, reconnaissent chez Neal Adams une forme de paternité, l’origine d’une passion qu’ils ont transformé en vocation.

Un homme de caractère et de passion

Neal Adams a été un passionné tout au long de sa vie. Une passion qui se remarque dans son travail. Un travail acharné qu’il n’a jamais abandonné malgré son âge, et qui s’accompagne d’un contact avec ses fans et lecteurs via des dessins ou ventes en live.

Sa passion ne masque pas l’homme de caractère. Lorsqu’il s’agissait de travailler avec un scénariste, Neal Adams était fier de dire qu’il ne travaillait, généralement, qu’avec les personnes avec qui il souhaitait travailler. Un luxe dans l’industrie. S’il savait s’adapter et travailler selon la méthode DC ou la méthode Marvel, il pouvait également avoir un avis très tranché sur certains scénaristes. Neal Adams ne gardait pas sa langue dans sa poche et pouvait se montrer très critique si le résultat ne lui convenait pas.

neal adams green lantern

Ce caractère a été décisif dans l’œuvre qui caractérise en grande partie sa carrière chez DC : Green Lantern / Green Arrow. La série était destinée à être annulée. Désespérément, DC Comics confie les derniers numéros au duo Dennis O’Neil et Neal Adams avec une liberté totale. Dans Shop Talk, Neal Adams confie à Will Eisner qu’il avait de nombreuses divergences avec Dennis O’Neil. De ces petits conflits vont naître ceux entre Green Lantern et Green Arrow. Neal Adams et O’Neil venait d’ériger le modèle du "relevant comics".

Le relevant comics est un comics s’intéressant aux problèmes de société, où la fiction se fait réflexion des failles de notre système. On pourrait se dire que Marvel avait déjà appliqué cette idée dans la création de ses personnes. Cependant, la faille était personnelle et ne proposait qu'une vision d'un problème souvent rejeté au second plan. Le relevant comics ne se contente pas de dépeindre un profil, mais il confronte deux points de vues sur un même sujet. Avec le relevant comics, Adams marque un tournant dans le comics, le menant dans la direction d'un comics plus sombre, plus sérieux. Est-il si étonnant de retrouver Mike Grell continuer sur la même voie de son modèle lors de son run sur Green Arrow ?

Ainsi, une légende nous quitte. Neal Adams ne saurait être résumé par ses œuvres populaires. Alors relisons ses créations les plus célèbres, son Batman, son Green Lantern / Green Arrow, mais aussi ses DC Comics Presents, ses World’s Finest. Ses X-men avec Roy Thomas. Et ses créations indépendantes les plus obscures comme Ms Mystic et Zero Patrol.

BatmanDC ComicsMarvel Comics

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Dans cette chronique