Steve Rogers (Chris Evans) dans Avengers: Endgame

Seconde semaine en salles pour Avengers: Endgame qui a déjà dépassé les deux milliards de dollars de recettes. Un succès indiscutable voire inéluctable diront certains. Pourtant certains éléments du film des frères Russo divisent les fans, créant des débats sans fin sur les réseaux sociaux.

Attention si vous n’avez pas encore vu Avengers: Endgame, cet article recense à peu près tout ce que vous ne devriez pas savoir. Toutefois, si votre grande passion dans la vie est de lire de bon gros spoilers, vous allez être submergés de bonheur.

Dans une première partie, nous avions évoqué les villes vidées de ses habitants, le sacrifice de Black Widow (Scarlett Johansson) et les toiles de Spider-Man (Tom Holland) qui s’accrochent au vide. Aujourd’hui, on s’attaque à du lourd. Le sujet qui monopolise une grande partie des débats : le voyage dans le temps et ses nouvelles règles contre-intuitives made in MCU.

Pourquoi Janet van Dyne a-t-elle autant vieilli dans le monde quantique ?

Janet van Dyne (Michelle Pfeiffer) et Hank Pym (Michael Douglas) dans Ant-Man et la Guêpe

Scott Lang (Paul Rudd) explique que le temps dans le monde quantique se déroule autrement. La preuve, il y a passé cinq ans, mais pour lui, ça n’a duré que cinq heures. Le temps n’a donc pas du tout la même influence dans le Quantum Realm, et il semble que l’on peut s’en servir pour voyager à l’époque que l’on souhaite.

Ok. Parlons de Janet van Dyne (Michelle Pfeiffer). Dans Ant-Man et la Guêpe, elle est enfin secourue par Hank Pym (Michael Douglas) après trente ans passés dans le monde quantique. Nos héros la découvrirons pourtant plus âgée de trente ans, soit autant que Hank. Pourquoi n’a-t-elle pas alors vieilli de seulement trente heures ?

La complexité de ce monde quantique étant un peu la nouvelle boîte à excuses de l’univers Marvel, et il y a peu de chances que l’on nous l’explique clairement un jour. Toutefois, durant toutes ces années, Janet a absorbé une grande quantité d’énergie de ce monde quantique. Peut-être cela l’a-t-il marquée ?

Qu’elles sont les règles du voyage dans le temps version MCU ?

Avengers: Endgame

Hommage à ces onze ans de MCU, le voyage dans le temps est une excellente opportunité pour en revisiter les grands moments. Cependant, quand on a autant de films interconnectés et que l’on veut s’amuser un peu avec la ligne temporelle, c’est très vite le bordel. (Et on ne parlera pas des fans hardcore qui surveillent la cohérence de chaque détails.)

C’est donc Bruce Banner (Mark Ruffalo) qui énonce la grande règle du film : on ne peut changer le passé. Ce que vous ferez dans le passé sera votre futur. Quand vous tenterez de le modifier, vous créerez une nouvelle réalité. C’est clair, simple, et ça permet de toujours retomber sur ses pattes. Les Avengers comprennent vite qu’en ramenant les Pierres au bon moment, ils supprimeront ces timelines alternatives. D’ailleurs, l’Ancien le confirmera.

Malgré tout, cela n’empêchera pas la confusion créée par certaines scènes par la suite, source de nombreux débats.

À quoi sert le GPS de Tony ?

Tony Stark (Robert Downey Jr) dans Avengers: Endgame

Tony Stark (Robert Downey Jr) et son fameux GPS dans Avengers: Endgame

Bruce Banner et Tony Stark (Robert Downey Jr) sont extrêmement intelligents. Mais une différence les démarque : Tony est aussi un grand ingénieur. Ainsi, les premiers essais de voyage dans le temps ont été très compliqués – surtout pour Scott Lang. Tony a résolu le problème en créant une sorte de GPS qui permet de voyager dans le temps sans s’égarer. Surtout, il permet de toujours revenir à sa réalité d’origine.

Pour cela, il a également amélioré la machine permettant d’accéder au tunnel quantique d’Hank Pym. La machine est visiblement nécessaire pour le départ et le retour dans le présent de la réalité d’origine. Du moins, pas tout le monde, comme nous allons le voir tout de suite.

Pourquoi Captain America est-il vieux à la fin d’Avengers: Endgame ?

Le vieux Steve Rogers (Chris Evans) à la fin d'Avengers: Endgame

Le vieux Steve Rogers (Chris Evans) à la fin d’Avengers: Endgame.

Sans aucun doute une des scènes les plus marquantes d’Avengers: Endgame. À la fin du film des frères Russo, Captain America (Chris Evans) se charge de rapporter Mjolnir et toutes les Pierres à la bonne époque pour détruire les réalités alternatives créées par leurs disparitions (et tenir la promesse faite par Banner à l’Ancien). Autour de la machine, Professeur Hulk, Faucon (Anthony Mackie) et Bucky (Sebastian Stan). Alors qu’il aurait dû réapparaître quelques secondes plus tard, rien ne se produit. En fait, Steve attend un peu plus loin, assis sur un banc. Il est beaucoup plus vieux et pour cause : il est retourné en 1944 rejoindre Peggy Carter (Hayley Atwell) avec qui il a passé le restant de sa vie.

Steve a eu sa fin heureuse, c’est une belle histoire. Mais évidemment, ça soulève plusieurs questions et il s’agit sans aucun doute de l’élément de l’intrigue le plus débattu. Même les scénaristes et les réalisateurs du film ne sont pas d’accord. Certains pensent que Steve ayant ramené la Pierre, n’a pas créé de nouvelle réalité, et donc vit dans le passé de la réalité principale. Ce qui explique pourquoi il a attendu sur un banc à la fin plutôt que réapparaître sur le plate-forme de la machine. Pourtant, Endgame nous demande d’oublier les règles de Retour vers le Futur. Changer un élément du passé crée une nouvelle réalité. Remonter le temps pour rejoindre l’amour de sa vie dans les années 40 et vivre avec durant 70 ans, c’est changer le passé.

Mais du coup, comment est-il apparu sur ce banc ? La seule explication est que ce n’est pas la réalité principale. C’est toujours la réalité alternative dans laquelle Steve a vécu avec Peggy. Dans cette réalité aussi les Avengers ont visiblement voyagé dans le temps pour combattre Thanos.

Notez que certains pensent qu’au lieu d’apparaître sur la machine, il est réapparu sur le banc, sans combinaison. Mais dans ce cas, la machine ne sert à rien puisque l’on peut s’en passer pour revenir. C’est donc hautement improbable.

Pourquoi le bouclier de Captain America est-il aussi neuf ?

Une autre énigme concerne le bouclier qu’apporte le vieux Steve et offre à Faucon. Il est comme neuf. Il ne peut quand même pas avoir volé le bouclier dans le passé qui servira à Captain America des années plus tard, alors qu’il est unique. Ici, deux solutions sont possibles. Ou cela confirme qu’il s’agit d’une réalité alternative, dans laquelle il a pu avoir un second bouclier qu’il a gardé avec lui. Ou bien, Steve connaissant le Wakanda, il y est allé se faire faire un nouveau bouclier en vibranium. Peut-être même très récemment, vu l’aspect neuf du bouclier.

En tous les cas, comme disent les frères Russo, il y a sûrement pas mal d’histoires à raconter sur tout ce qu’a vécu Steve Rogers durant toutes ces années. Difficile de croire qu’il soit resté dans son coin. Captain America aura toujours été en dehors de son époque. Quand il vivait dans le passé, il a été propulsé dans le futur, et quand il retourne du passé, il vient du futur.

Où est Loki ?

Ah, Loki (Tom Hiddleston). Depuis le premier film consacré à Thor, il est mort aussi souvent que Kenny de South Park et ressuscité tout autant. C’est bien simple, on ne sait jamais si le demi-frère de Thor est bien mort. Excepté dans Infinity War des mains de Thanos, quand le Titan fou précise que cette fois, il n’y aura pas de retour. Pourtant, alors que nos héros font un retour en 2012 à New York, un imprévu nommé Hulk permet à Loki de s’emparer du Tesseract et de s’enfuir. Évidemment, un nouveau voyage dans les années 70 permet de récupérer cette Pierre de l’Espace (Cube Cosmique) au sein même du SHIELD.

N’oubliez pas, chaque changement dans le passé crée une nouvelle réalité. Comme dit plus tôt, Captain America se chargera à la fin d’Endgame de ramener les Pierres à leur époque pour faire disparaître ces nouvelles réalités. Sauf que la Pierre prise par Loki ne sera jamais ramenée, vu que c’est Loki lui-même qui l’a prise. Ainsi donc, Loki est bel et vivant dans une autre réalité. Ce qui tombe super bien, une série sur Disney+ qui lui est consacrée étant prévue pour la fin de l’année.

Voilà pour cette seconde partie. Encore une fois, vous ne serez peut-être pas d’accord avec nous. N’hésitez à nous dire si vous pensez que nous nous plantons ou pas. Ces nouvelles règles créées pour le film sont clairement contre-intuitives, et nous sommes poussés à vouloir confronter les conséquences du passé avec le présent. Mais les réalisateurs plutôt malins. Un passé qu’on ne peut changer, et la création de réalités parallèles : ils ont permis d’éviter au maximum les incohérences. Mieux, ils ont ouvert la porte au multivers. Et la seconde bande-annonce de Spider-Man: Far From Home nous le prouve encore. La phase 4 ne sera pas que cosmique.

La prochaine fois, nous parlerons encore de super-soldat, de marteau, d’éclairs et de Captain Marvel, toujours à l’heure.

Avengers: Endgame, au cinéma depuis le 24 avril 2019.

À lire aussi

.