Steve Rogers (Chris Evans) dans Avengers: Endgame

Personne ne peut nier le succès d’Avengers: Endgame. Le film vient déjà de dépasser les deux milliards de dollars au box-office après son second weekend seulement. Concernant certains éléments de l’intrigue en revanche, c’est une autre histoire. Non seulement certains principes et destins des personnages font débat sur la toile, mais même les scénaristes sont en désaccord avec les réalisateurs.

Attention, cet article contient des spoilers importants d’Avengers: Endgame. Vous ne devriez probablement pas le lire, mais hey, si vous êtes là, c’est que vous comptiez le lire quand même, n’est-ce pas ?

Tournée de promo oblige, toute l’équipe du film est en tournée intense pour répondre à toutes sortes questions à longueur de journée. Même les scénaristes, habituellement discrets voire effacés, contribuent à la promotion d’Avengers: Endgame. Fandango a demandé à Christopher Markus et Stephen McFeely, si la fin du film signifie que durant tout ce temps, tandis que Captain America sauvait le monde, un autre vieux Captain America se la coulait douce en secret ?

La théorie de Christopher Markus

« C’est notre théorie. Nous ne sommes pas des experts en voyages dans le temps, mais l’Ancien a déclaré que lorsque vous supprimez une Pierre de l’Infini, cela crée une nouvelle ligne temporelle», a déclaré Markus. “Donc, Steve revenant dans le passé sans jamais intervenir, ne créerait pas de nouvelle ligne temporelle. Alors je rejette la théorie de ‘Steve est dans une réalité alternative’. Je crois qu’il y a simplement une période dans l’histoire du monde de 1948 à aujourd’hui où il y a deux Steve Rogers. Et de toute manière, durant une grande partie de cette période, un des deux est figé dans la glace. Ce n’est donc pas comme s’ils s’allaient se croiser.”

Et pourtant, Joe Russo semble contredire la déclaration du scénariste quand il donne son interprétation de la fin du film. “Le voyage dans le temps dans ce film a créé une autre réalité”, a déclaré Joe. “Steve a vécu une vie complètement différente dans ce monde. Nous ne savons pas comment sa vie s’est déroulée exactement, mais j’aime à croire qu’il aidait encore beaucoup d’autres personnes chaque fois qu’il a pu.”

Qui a raison ?

Alors qui a raison ? Les scénaristes ou les réalisateurs ? Notons que les scénaristes se contentent de citer l’Ancien (Tilda Swinton), sans tenir compte de la définition de Bruce (Mark Ruffalo) qui explique que (dans l’univers du MCU), on ne peut modifier le passé. Chaque changement crée une réalité alternative. Ce qui ne contredit pas ce qu’a dit l’Ancien. Remettre les Pierres au moment où elles ont disparu supprimerait la réalité qui s’est créée avec leur disparition. Mais leur retour ne signifie pas que toutes les modifications faites par la suite ne créeraient pas d’autres réalités.

En fait, nous sommes tellement conditionnés par règles de voyages dans le temps classiques (qui n’ont rien non plus de scientifiques, hein), qu’il nous est difficile d’envisager autrement le voyage dans le temps. C’est si contre-intuitif d’imaginer que réaliser des actions dans le passé n’aurait pas de conséquences sur le présent ou le futur. Pourtant, il s’agit de la règle exposée dans le film. On peut bien entendu dire que c’est faux, et ne tenir compte que de ce qu’a dit l’Ancien. Ou tenir compte de ce qu’ont dit l’Ancien ET Bruce. Quel choix est le plus cohérent, selon vous ?

Avengers: Endgame, au cinéma depuis le 24 avril 2019.

Le vieux Steve Rogers (Chris Evans) à la fin d'Avengers: Endgame

Le vieux Steve Rogers (Chris Evans) à la fin d’Avengers: Endgame.

À lire aussi