Qui aurait pu penser, il y a quelques mois encore, qu’un film consacré au Joker aurait eu le Lion d’Or et un succès plus grand encore que bien d’autres films tirés de comic books, qui plus est, par le réalisateur de Very Bad Trip ? Après tout, la folie et l’inattendu est sans doute ce qui caractérise sans doute le mieux le Joker.

Après seulement son second weekend d’exploitation en salles, le film de Todd Phillips a engrangé plus de 543,9 millions de dollars au box-office mondial. Un succès absolument dingue, qui lui permettra très bientôt de rattraper Justice League et Man of Steel, sans même avoir pu profiter d’une sortie en Chine – un film sur un homme qui cristallise la folie d’une société et qui mène une rébellion contre le système, qui aurait pu penser que le gouvernement chinois ne serait pas fan ?

Il est intéressant de noter que si le modèle Marvel Studios – dont chaque film engrange le milliard de dollars ou presque – est souvent critiqué (Scorsese déclare que ce sont plus des parcs d’attractions que réellement du cinéma), DC a su proposer des modèles plus ou moins éloignés tout en rencontrant également le succès. Si on passe le catastrophique Justice League, les trois derniers films à succès DC sont trois films complètement différents : Wonder Woman, Aquaman et Joker. Birds of Prey s’annonce encore très différent, et James Gunn et Matt Reeves sont bien partis pour réaliser des films dans la lignée du reste de leur filmographie. Warner, responsables de Suicide Squad et Justice League dont les réalisateurs n’ont pu avoir le contrôle du montage final, se démarque paradoxalement en laissant plus de liberté à ses réalisatrices et réalisateurs, produisant des films très différents les uns des autres.

Quel sera l’avenir des films de super-héros ? Plus proche du modèle Marvel, ou diversifié à la manière récente de DC ? Verra-t-on d’autres films de comic-books que certains aiment appeler d’auteur, à la manière de Joker ?

Joker, actuellement au cinéma.

À lire aussi

.