Souvent défenseur de petits films cultes pas suffisamment reconnus, l’éditeur vidéo l’Atelier d’Images nous permet de redécouvrir Out of Time, un honnête thriller au suspense solide sorti en 2003, avec Denzel Washington dans le rôle principal.

L’histoire suit Matthias Wittlock (Washington), chef de police d’une petite ville de Floride, en pleine instance de divorce d’avec son épouse, également sa collègue de l’unité criminelle (Eva Mendes). Pour tromper l’ennui, le représentant de l’ordre entretient une relation avec la belle Ann (Sanaa Lathan), femme d’un ex-sportif déchu devenu violent et alcoolique (Dean Cain). Un jour, la belle apprend à Matthias qu’elle est atteinte d’un cancer incurable. Pris de folie amoureuse, le policier va alors subtiliser de l’argent de contrebande de drogue contenu dans le coffre du commissariat afin de l’aider à payer un traitement expérimental en Europe. Une fois l’argent remis, Ann et son mari sont retrouvés morts dans l’incendie de leur maison, leurs deux corps complètement carbonisés. Matthias se retrouve alors pris dans un complot sordide, suspect numéro un du meurtre de sa maîtresse et du vol de l’argent que le FBI tient à récupérer dans les plus brefs délais. Commence alors pour notre héros un intense jeu de piste pour pirater les preuves pouvant l’incriminer et aussi, trouver le vrai responsable de ce qui semble être une arnaque de haut vol dont il est le pion central.

Se faire discret… surtout quand votre ex-femme est chargée d’affaire.

Les plus hauts faits d’armes du réalisateur Carl Franklin sont probablement la mise en boîte de plusieurs épisodes de L’Agence Tous Risques et du très efficace thriller militaire Crimes et Pouvoirs (2002), où Ashley Judd, une avocate civile, devait innocenter son mari, un ex-marine accusé de meurtres devant un tribunal militaire, avec l’aide d’un ancien avocat alcoolique joué par Morgan Freeman. On note des thématiques jumelles dans ces deux films policiers exemplaires pliés par Franklin :  le héros acculé devant prouver son innocence, des personnages secondaires troubles, des couples déchirés… Toutes les formules d’un bon film noir. Le genre d’histoire dans lequel Denzel Washington excelle depuis toujours, et souvent dans le rôle d’un représentant de la loi torturé et à la morale discutable (Training Day, Man on Fire, Déjà Vu). Dans Out of Time, le comédien oscarisé tire à nouveau son épingle du jeu en ajoutant au personnage de Matthias un soupçon d’humour et de galère qui le rend on ne peut plus attachant et on attend avidement la découverte de chaque indice qui pourrait l’innocenter.

Les rebondissements sont nombreux au cours de ce thriller semi-Hitchcockien mené tambour battant dans les rues de la Floride, un état ensoleillé au climat humide et poisseux qui semble peser sur chacun des protagonistes de l’histoire, constamment mis sous une forme de pression. Dans cette intrigue machiavélique, c’est aussi un plaisir de retrouver plusieurs comédiens à contre-emploi, comme Dean Cain, véritable star des années 90 grâce à son rôle culte de Clark Kent / Superman dans la série Loïs et Clark qui endosse ici le rôle d’une crapule musculeuse et bas du front à des lieux du boy-scout de Metropolis et qui résonne comme un véritable exutoire pour cet acteur méritant qui n’a pas eu une carrière à l’égal de son talent.

Fini, le gentil Superman : Dean Cain prend le rôle de l’ordure.

Au cours de son déroulement somme toute basique, le film ose tout même quelques beaux angles de caméra nerveux et suggestifs qui enferment Matthias comme s’il était de plus en plus enserré dans un piège se refermant sur lui. Dès le second acte, l’intrigue s’accélère grandement, les sources de danger se multiplient et le quotidien du héros semble s’apparenter à un bateau prenant l’eau de toute part, se perçant de deux trous supplémentaires chaque fois qu’il parvient à en colmater un. En plus de sa distribution hors pair, le sentiment d’urgence que véhicule Out of Time est l’une de ses plus grandes réussites et c’est un mystère que le film ne soit pas plus reconnu que cela. Parfaite occasion de le redécouvrir aujourd’hui avec pléthore de bonus.

Parmi ceux-ci, un commentaire audio de Carl Franklin, un bonus de plus en plus rare sur des films aussi modestes et qui offre une véritable plongée dans le tournage qu’on devine plaisant et s’étant déroulé dans une ambiance bienveillante. En plus de deux scènes coupées au contenu plus que passable, on note aussi la présence de deux bouts d’essais filmés lors de l’audition de Dean Cain et Sanaa Lathan, de beaux documents d’archive entourant ceux qui incarnent le plus gros mystère de l’histoire. Dans un menu en forme de rapport de police (un petit plus très amusant, le menu s’écrivant au fur et à mesure comme sur une machine à écrire), on a également droit à plusieurs petites featurettes consacrées aux personnages, chacun décrit par son interprète respectif, avec des détails inédits sur leurs conceptions. Enfin, un making-of et plusieurs interviews (plus ou moins consensuels) prolongent la découverte de la création du film.

Out of Time est un véritable petit bijou, infiniment trop sous-estimé et méconnu et qui tient encore bien la barre du haut de ses 17 ans. Si on peut vous donner un conseil, c’est à se procurer d’urgence !

Video Thumbnail

Out of Time Official Trailer #1 – Denzel Washington Movie (2003) HD

Souvent défenseur de petits films cultes pas suffisamment reconnus, l'éditeur vidéo l'Atelier d'Images nous permet de redécouvrir Out of Time, un honnête thriller au suspense solide sorti en 2003, avec Denzel Washington dans le rôle principal. L'histoire suit Matthias Wittlock (Washington), chef de

 

 

 

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter