Nous vous en parlions en novembre dernier, plusieurs employés d'Image Comics ont décidé de monter un syndicat et, comme nous l'évoquions alors, la procédure aux États-Unis est plutôt compliquée. Elle passait, en dernier instance, par un vote des employés pour entériné la création de Comic Book Workers United. Ce qui a été fait à une large majorité.

Marqués par des licenciements durant la pandemie de COVID-19, les employés d'Image Comics ont dû faire face une surcharge de travail pas forcément reconnu par la direction. Huit employés ont donc décidés de monter une organisation syndicale, Comic Book Workers United (C.B.W.U), affiliée à la centrale Communication Workers of America qui compte 700 000 membres, dans les domaines des médias et de la communication notamment.

Pour pouvoir négocier avec les employeurs, l'organisation doit être reconnue, soit de façon volontaire par ceux-ci, soit par un vote des employés, supervisé par le National Labor Relations Board. C'est ce qui s'est passé ici après qu'Image ait refusé de ratifier la création du C.B.W.U.

Douze votants étaient appelés à s'exprimer. Si trois bulletins n'ont pas été ouverts parce que contestés par Image Comics, le résultat est sans appel. Sept voix en faveur du syndicat contre deux qui y étaient opposées (et il se murmure que les trois votes restants seraient, de toutes façons, favorables au syndicat).

Maintenant légitimé par ce vote, le C.B.W.U. va pouvoir négocier face aux dirigeants d'Image, essentiellement dans les domaines des salaires, des opportunités de carrière ou du télé-travail. Il sera probablement mis sur la table également la demande d'un droit de veto des employés concernant la publication d'œuvres contestables, qui porterait atteinte à la dignité des personnes.

Clairement, les résultats obtenus seront observés à la loupe. Si le C.B.W.U obtient gain de cause, nul doute que d'autres employés d'autres maisons d'éditions pourraient être tentés par l'aventure. Cependant, malgré sa place de troisième éditeur du Marché Direct, Image est une petite structure où l'implantation reste facilité. Si le C.B.W.U ouvre donc la voie pour les petits éditeurs, quid des deux gros, Marvel et DC Comics, dont les effectifs sont plus pléthoriques et soutenus par des grosses maisons (Disney et Warner) peu enclines à faire dans le social ?

En tout cas, que ce soit Image Comics qui inaugure -peut-être- ce mouvement a tout d'une certaine logique. En 1992, sept artistes décidaient de prendre leur destin en main et de bouger les lignes de l'industrie en fondant cette maison d'édition. Trente ans plus tard, leurs employés font de même en fondant le premier syndicat de cette même industrie. Une façon comme une autre de fêter l'anniversaire d'un certain esprit frondeur propre à l'éditeur.

Source : The Beat

 

Image Comics
 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter