Annoncé en grandes pompes lors d’un événement sur les libertés civiles début 2018, puis abandonné à  la fin de cette même année, The Other History of DC Universe sera bel et bien publié finalement à partir de novembre prochain dans le Black Label de DC Comics.

Une histoire repoussée

Les projets comics de John Ridley, scénariste du film 12 Years a Slave, reviennent décidément de loin. Tout comme son histoire de Batman annulée, puis recyclée en série limitée, The Other History of DC Universe aura donc connu quelques péripéties,  mais verra bien le jour.

John Ridley IV (Maarten de Boer/Getty Images)

John Ridley se remémore d’ailleurs la genèse du projet plusieurs années auparavant. « J’avais écrit pour Wildstorm, qui à ce moment-là était un label de DC. J’avais écrit un one-shot d’Authority et une mini-série Warblade vraiment sauvage que Simon Bisley avait illustrée. Puis, j’ai fait le premier volume de la série The American Way. Ensuite, ma vie a en quelque sorte changé. J’écrivais plus pour le cinéma et  la télévision. Même si j’aime les romans graphiques, je n’écrivais tout simplement pas sur une série mensuelle, donc tout ça a été laissé de côté. Vers 2017, DC m’a de nouveau approché et m’a dit : « Hé, seriez-vous intéressé par The American Way ? » J’ai été surpris qu’ils s’y intéressent, mais j’avais adoré faire la série. DC voulait vraiment prouver qu’ils croyaient en moi en tant qu’écrivain et créateur, et ils m’ont proposé un contrat multi-livres – l’un qui allait être le deuxième volume d’American Way, et un autre qui restait à déterminer. (…) Il y a des années, des années et des années, après Crisis on Infinite Earths – qui était l’un de ces grands événements de DC qui visait vraiment à rendre l’univers DC complet plus cohérent – l’équipe créative derrière cette série [Marv Wolfman et George Pérez] avait fait une courte série, appelée The History of the DC Universe. Ils avaient vraiment traité l’histoire de DC comme de la vraie Histoire, l’avaient inscrite dans une chronologie et avaient vraiment essayé de dire, vous savez, » Cela a commencé ici, puis ça s’est produit, et ceci est arrivé. « Je trouvais que c’était vraiment cool de traiter les récits comme des faits, la mythologie comme de l’histoire. Alors, quand finalement, les gens de DC m’ont demandé : « OK, John, que veux-tu faire ? » , et bien j’ai dit: « Ce que j’aimerais vraiment faire, c’est l’autre histoire de l’univers DC. » Tout ce que [Wolfman et Pérez] ont fait à l’époque, mais avec des personnes de couleur et des personnes issues de milieux traditionnellement marginalisés qui étaient là à chaque étape, mais qui n’étaient peut-être pas des personnages centraux : comment était-ce pour eux ? Quels ont été leurs combats? Quels ont été leurs succès, qu’est-ce qui, dans certains cas, les a opposés à la culture dominante ? Comment les définir selon le concept que, nous, gens de couleurs, nous ne sommes pas monolithiques ? »

Couverture d’History of the DC Universe #1 par George Pérez (DC Comics).

The Other History of DC Universe doit donc raconter les grands événements marquants de l’histoire de l’univers DC, mais du point de vue de personnages issus de la diversité, comme Black Lightning, Karen et Mal Duncan,  Katana,  Renee Montoya et Anissa Pierce, la fille de Black Lightning.

La première version du projet aurait dû être dessinée par Alex Dos Diaz pour la première partie et plusieurs autres dessinateurs pour les suivants, avec l’accent mis sur le texte comme pour le History of DC Universe de Wolfman et Pérez. Cette version prévue pour début 2019, et qui a même fait l’objet de la couverture du catalogue Previews, fut finalement annulée. Le revoilà de nouveau proposer, avec cette fois Giuseppe Cammuncoli aux dessins, qui a légèrement modifié l’approche de Ridley, avec plus de séquences narratives.

Une histoire militante et nécessaire

Le premier chapitre s’intéressera donc à Black Lightning. Pour Ridley, si il aurait été plus logique, chronologiquement parlant, de commencer par John Stewart, le Green Lantern noir, débuter la série par Black Lightning était une évidence. « Quand Black Lightning est sorti, j’étais gamin et je me souviens de ce que cela faisait d’avoir une série dont le personnage principal était un homme de couleur. Qui plus est, dans son identité quotidienne, c’était un enseignant comme ma mère. Avec cette BD, pour la première fois, je me suis dit : « Oh, d’accord, c’est pour nous autant que pour n’importe qui d’autre. Ce bouquin, cet univers, toutes ces choses, tu sais, c’est pour nous aussi. » Je n’ai jamais autant voulu être écrivain, créateur, conteur  que quand Black Lightning est sorti. Ce fut un moment qui a galvanisé cette envie. »

Couverture de Black Lightning #1 par Rick Buckler et Frank McLaughlin (DC Comics).

Si Ridley veut revisiter l’histoire DC, c’est avec un objectif bien précis : « Il s’agit moins de remâcher, disons, Crisis on Infinite Earths que de s’intéresser par exemple aux difficiles relations d’un personnage avec Superman. Parce que quand vous êtes un personnage de couleur, que vous êtes confronté aux préjugés, à l’intolérance et que vous voyez un individu qui est littéralement un étranger mais qu’à cause de son visage, son passeport est tamponné, comment réagissez-vous  ? Comment réconcilier ce que vous ressentez à propos de cet individu et le fait qu’il essaye de faire le bien ? Et quand quelque chose comme Crisis on Infinite Earths se produit et que Supergirl est tuée, comment réagissez-vous à la peine de Superman ? »

The Other History of DC Universe est donc un travail militant et nécessaire pour le scénariste : [The American Way] était un univers alternatif, mais aux différences plutôt légères. Ce n’était pas Gotham by Gaslight.(…) L’une des choses qui m’ont vraiment fait bizarre à propos de The American Way a été un commentaire que quelqu’un avait fait (…) :  « Le racisme semble si extrême, c’est un univers alternatif, n’est-ce pas ? » C’était vraiment bizarre pour moi parce que ce n’était pas « Hey, est-ce un univers alternatif parce que Batman n’est pas là ? Ou est-ce un univers alternatif parce qu’il y a des héros dans les années 1960 ? »  C’était un univers alternatif parce que le lecteur ne pouvait pas croire que le racisme soit aussi grave. »

Couverture de The American Way #1 par George Jeanty et Karl Story (DC/Wildstorm).

Le chemin semble effectivement assez long encore dans la reconnaissance et la résolution des problèmes raciaux aux États-Unis. Espérons que The Other History of DC Universe pourra apporter sa modeste pierre en démontrant l’utilité de points de vue différents.

The Other Story Of DC Universe #1 (DC Comics), écrit par John Ridley et illustré par Giuseppe Camuncoli. Couvertures de Camuncoli et Jamal Campbell. Sortie US le 24 novembre 2020.

Couverture de The Other History of DC Universe #1 par Giuseppe Camuncoli et Marco Mastrazzo (DC Comics)

Couverture de The Other History of DC Universe #1 par Jamal Campbell (DC Comics)

Sources : Polygon, Hollywood Reporter

 

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter