Le Japon a toujours manifesté une grande fascination pour l’Occident, en particulier pour la France et, à travers les mangas et les animes, a tenté de reconstruire l’histoire de notre pays de manière réaliste, fictive ou dans une réalité complètement modifiée. Rechercher les motivations de cette passion pourrait ouvrir de nombreuses discussions; par exemple certains érudits y voient une conséquence de la Seconde Guerre Mondiale. En réalité, cet aspect peut simplement être attribué à une simple forme de fascination pour une culture lointaine. Tout comme les Occidentaux sont attirés par l’exotisme et l’oriental, les Japonais sont profondément passionnés par notre culture et notre histoire.

En fait, dans trois episodes, nous proposerons trois mangas japonais qui, d’une manière ou d’une autre, honorent l’histoire de la France. Voici donc la France vue par les Japonais.

Le premier manga que nous voulons proposer vient de sortir en France. Son titre est Versailles of the dead de Suekane Kumiko et c’est un seinen qui tente, une fois encore, de reconstruire l’histoire de l’ancien régime, en particulier la vie de la reine Marie-Antoinette depuis son arrivée en France jusqu’à la Révolution. Ce qui est curieux, cependant, c’est l’opportunité utilisée pour raconter l’histoire en question.

Ce n’est pas une simple reconstruction fictive à l’image du plus célèbre Versailles no Bara, mais une histoire fantasy, puisque les événements de la famille royale française et des personnages qui ont fait la Révolution sont revisités dans une clé d’horreur.

Couverture du Volume 1

Couverture du Volume 1

Versailles of the dead raconte l’arrivée de Marie-Antoinette en France, mais avec quelques détails qui le rendent encore plus intriguant aux yeux du lecteur contemporain.

L’histoire se déroule, en fait, dans une réalité parallèle dans laquelle une épidémie de zombies est en cours. Les problèmes à Paris ne semblent pas être la pauvreté et la misère, mais une armée de morts-vivants qui met la Couronne et la société en danger.

En deux volumes, Suekane Kumiko réussit à décrire les principales caractéristiques de l’histoire en créant des personnages qui ont une psychologie complexe.

Une analyse minutieuse des personnages est donc nécessaire pour mieux comprendre cette oeuvre à l’intrigue curieuse.

Le protagoniste absolu est sûrement Marie-Antoinette qui, âgée de quatorze ans, arrive en France. Cependant, nous assistons à une plot twist vraiment intéressante car la vraie Marie-Antoinette a été tuée par une horde de zombies. À sa place se trouve son frère jumeau, identique à tous égards, qui parvient à atteindre le château de Versailles et se fait passer pour sa sœur. Tout cela pour maintenir la néo-alliance entre la France et l’Autriche.

Sur la figure de la dauphine, on distingue son mari Louis Auguste – futur Louis XVI – et les gardes royaux, chargés de défendre Marie-Antoinette et la nation contre les zombies. Alors que Louis Auguste s’éloigne complètement de la figure d’un homme maladroit que nous avons appris à connaître, devenant un véritable chevalier valeureux qui se bat pour l’avenir de la France, les gardes royaux – Bastien et Gérard – sont présentés comme deux faces d’une même pièce. Les deux luttent pour le bien de leur patrie, mais tandis que Bastien tente à tout prix de démasquer l’imposteur qui est caché derrière la masque de Marie-Antoinette, Gérard représente son opposé, défendant la famille royale de France à tout prix, se montrant ainsi comme un soldat vaillant et prêt à tout. Madame Du Barry et Louis XV sont à l’arrière-plan. La premiere, apparaissant comme une simple courtisane avide de pouvoir, le second, à la place, comme un roi qui s’inquiétait davantage de ses alliances que du peuple. L’avenir de la France est donc entre les mains de deux adolescents qui devront faire face à une horde de morts-vivants qui se développe de plus vite.

Mais pourquoi revisiter l’histoire de la France dans une clé zombie? Ce qui doit être noté au début est que c’est un seinen. Comme on le sait, ce genre se caractérise par des thèmes forts et inquiétants. De plus, présenter l’histoire de l’Ancien Régime de manière réaliste ou légèrement romantique est une particularité qui a fait la force des autres mangas, tels que Versailles no Bara ou le petit bijou de Sakamoto Shin’ichi Innocent. Revisiter l’histoire de l’Ancien Régime avec les zombies devient le point fort de Versailles of the dead qui mêle fantasy, horreur et histoire et en meme temps reste fidèle aux faits. En effet, nous assistons aux intrigues de cour qui ont caractérisé l’histoire de la Versailles dans le contexte de la famine qui régnait dans les rues de Paris. Dans le même temps, il convient de noter que la plupart des mangas qui reflètent l’histoire de la France se concentrent sur la figure de Marie-Antoinette. Reine maladroite, femme malchanceuse et de grand coeur, le personnage de Marie-Antoinette represente l’idéal d’anti-héroïne, d’une femme tragique qui a créé autour d’elle, au fil des siècles, un véritable culte animé par la tragédie et la passion. Dans Versailles of the dead, Marie-Antoinette n’est pas la reine fragile dont tout le monde a parlé, mais elle a plutôt l’air d’une femme affamée – en l’occurrence de sang – dont les Français ont parlé avant et pendant la Révolution. Dans ce manga, Marie-Antoinette semble se venger: c’est elle qui tient les rênes du jeu. C’est elle qui tisse les intrigues d’une histoire qui semble pouvoir nous offrir beaucoup plus. La fusion des zombies et de la vie de cour à Versailles crée une union qui intrigue le lecteur dès la première page, montrant une France nouvelle, mais néanmoins caractéristique.

Publié par Kana, qui a proposé le deuxième volume au début du mois de juillet, nous attendons avec impatience la troisième partie de cette histoire, qui n’a toujours pas été publiée au Japon.

En attendant, profitons de cette excursion dans l’histoire de la France à travers les yeux du Japon.

.