Depuis quelques jours nous faisons un focus sur l’association Phylactères, qui publie plusieurs comics « made in France ». Hier, nous étions avec les créateurs de V.H.B. et aujourd’hui nous rencontrons les deux auteurs de Bertrand Keufterian et de la Zone 57.

Synopsis : des extraterrestres ont décidé d’envahir la Terre mais se voient défaits par l’humanité qui trouve de justesse le moyen de les confiner dans des lieux bien précis, dont la ville de Metz. Du coup, des traqueurs d’aliens voient le jour pour nettoyer ces places de leurs « nouveaux habitants »… Ces chasseurs deviennent des stars via des émissions de télé-réalité… Bertrand Keufterian, tente d’être l’un d’eux.

Superpouvoir : Bonjour Guillaume (alias Guigui), tu es le dessinateur et créateur principal de la série, comment t’es venu cette idée ?

Guigui : Bonjour Superpouvoir. L’idée de base vient de loin en réalité car les premiers croquis datent de 2001 ou 2002. La première version de la BD a été proposé à Alain Schlockoff le rédacteur en chef de L’Écran Fantastique et de Toxic dans lesquels j’écrivais quelques articles et surtout pour qui je réalisais d’horribles petites BD parodiques sur le cinéma de genre et les séries TV. Au départ, le héros n’avait pas encore de nom mais le concept de traque d’extraterrestres un peu spéciaux était déjà présent. Ça n’a pas prit et le projet a été abandonné quelques années.

Les idées de télé-réalité et de placer l’action dans la ville de Metz sont arrivées en 2008, lorsque j’ai décidé de vraiment me lancer, suite à la bonne expérience vécue chez Phylactères, notamment après avoir un peu dessiné dans V.H.B. ! J’ai ensuite été rejoins par Solynk et Ceel (qui oeuvre aussi chez Glénat) pour la couleur et par Carlos pour le scénario.

Ceel (coloriste), Carlos (scénariste), Guigui (dessinateur), Solynk (coloriste)

Ceel (coloriste), Carlos (scénariste), Guigui (dessinateur), Solynk (coloriste)

Superpouvoir : Bonjour Carlos, tu es le scénariste de la série, mais aussi comédien, metteur en scène et chanteur compositeur. Ce qui donne un point commun dans chacun de ces domaines : la recherche sur l’ambiance et la narration. Alors, qu’estce que Guigui t’a dis pour te recruter ? Comment es-tu arrivé sur le projet ?

Carlos : Je suis arrivé sur le projet grâce à un ami qui lisait mes récits : »je sais ce qu’il te faut, je vais te présenter un pote qui recherche un scénariste pour sa BD. » Guigui m’a dit : »Le concept t’intéresse ? Ok, faisons une bouffe chez moi. »

Guigui : … Et je me souviens qu’on a passé notre soirée à parler de Star Trek et autres séries TV, BD… c’était super. 🙂

Superpouvoir : Il semble qu’il y ait deux arcs distincts : tout d’abord « Bertrand Keufterian » puis « ZONE 57 », dont le dernier épisode va sortir prochainement. Pourquoi ce choix ?

Guigui : À l’origine, notre comic-book existait en version fascicule, publié chez Phylactères et en version numérique via l’application WEBellipses. La sortie en album recueil des quatre premiers épisodes se fit par Kotoji et Phylactères début 2015, ce qui règla des soucis de stocks (nous n’avons plus de fascicule numéro deux par exemple).

La BD connaît alors son deuxième arc narratif en quatre nouveaux épisodes, rebaptisé en « Zone 57 » pour l’occasion (en référence au numéro de département de la Moselle et en clin d’oeil à l’AREA 51). On s’est donc fait un relaunch à la Marvel (comme les grands quoi). Revenir au numéro 1 pour le nouvel arc narratif nous permettait de vendre plus facilement les nouveaux numéros sur les salons et divers festivals BD.

Carlos : Le contexte n’est pas le même, il y a l’idée d’évolution des personnages et de l’intrigue. Participer à l’émission de Tv réalité Est d’abord l’objectif de Bertrand. Une fois qu’il faut partie de l’émission le point de vue change.

Couverture par Ugo Chiola

Superpouvoir : Comment définiriez-vous ce qu’est un comic-book et comment ZONE 57 pourrait s’en revendiquer ?

Guigui : Tout d’abord, je pense qu’il faut se demander si les critères pour cette « étiquette » sont à chercher du côté de l’origine (géographique) des œuvres ou dans sa conceptualisation ? Par exemple, pour moi, ce qui fait un comic-book se trouve essentiellement dans la narration (beaucoup d’ellipses et des ellipses fortes), le récit feuilletonesque et un découpage adapté au format des pages…

Le côté pré-publication pourrait aussi être un critère, chose qui a été abandonné chez nous. En effet, depuis presque toujours nos BD étaient publiées dans des magazine en kiosque (Tintin, Spirou, Pilote) puis ressortaient compilées, puis en album cartonné. C’est simplement que depuis 30 ans environ, nous avons (en quelque sorte) oublié la case « kiosque » pour directement sortir des albums en librairie tandis que les américains continuent clairement le kiosque…

Donc, si on reprend ma petite liste de ce qui pourrait définir les comics, je pense qu’on pourra dire que Bertrand Keufterian et Zone 57 cochent toutes les cases. Même si au niveau du style et de la narration, nous sommes forcément sur un produit un peu hybride avec notre BD plus traditionnelle.

 

Superpouvoir : Quels sont les projets de ZONE 57 pour l’avenir ?

Carlos : Tout d’abord sortir le dernier épisode pour le début d’année prochaine, puis l’album cartonné réunissant les quatre épisodes de Zone 57. Bien sûr, il y a beaucoup de matière pour une suite. Nous verrons.

Video Thumbnail

Superpouvoir : Hors Phylactères, que lisez vous comme comics et ce qu’on appelle « French Comics » ?

Guigui : Personnellement, j’aime beaucoup Hoplitea de Marti et Laurent Arthaud ainsi que Gregory Sand de Mobias et Job, sans oublier l’incontournable Fox-Boy de Laurent Lefeuvre que je trouve fantastique !

Couverture par Gérald Pareil (Iron Man : Year one)

Couverture par Gérald Pareil (Iron Man : Year one)

Superpouvoir : Si vous pouviez avoir un superpouvoir et un seul, lequel choisiriez vous ?

Guigui : Arrêter le temps, histoire de pouvoir finir mes planches plus vite et rattraper mes lectures en retard !

Carlos : Lire les pensées, afin d’être en phase avec les autres.

 

Superpouvoir : Merci à vous deux pour vos réponses.

Guigui : De rien et merci aussi à Superpouvoir de m’accueillir dans l’équipe des rédacteurs 😉

 

Pour acheter les revues, rendez-vous sur la boutique en ligne de Phylactères et pour en savoir encore plus vous pouvez lire le blog de la BD !