Glénat Comics a récemment sorti The Beauty. Tirée du catalogue d’Image Comics, cette série se concentre sur un duo de détectives en pleine course contre la montre. En effet, le principe de The Beauty, c’est qu’une nouvelle MST s’est répandue sur la planète. Si cette épidémie s’est propagée si rapidement, c’est simplement parce que le peuple souhaite l’attraper, et ceci pour une raison très simple : c’est une maladie qui rend beau. Finis les bourrelets, les imperfections cutanées et la perte de cheveux, il suffit de coucher avec la mauvaise (ou la bonne) personne et on rentre dans les critères de beauté de la société. C’est tout du moins ce que pense une première moitié de la population mondiale, tandis que l’autre, plus rationnelle, se contente de considérer ça comme une vulgaire MST et de détester la moitié de la population infectée.

Le problème, c’est qu’au bout de deux ans (ou de quelques pages, pour les lecteurs), le monde est témoin d’une scène épouvantable : une femme atteinte du virus meurt dans le métro, victime d’une combustion spontanée. S’ensuit alors une hécatombe promettant d’anéantir plus de la moitié de la population mondiale, et c’est donc notre duo de détectives qui entreprend de chercher une solution. Alors que les titres portant sur les virus, les infectés et la ruine de notre société prolifèrent sur le marché littéraire aujourd’hui, The Beauty propose un concept assez original, et ça fonctionne plutôt bien. Porté au scénario par Jason A. Hurley et Jeremy Haun, cette série aura de quoi ravir les fans de polar et de science-fiction grâce à une enquête aux multiples rebondissements.

 

Vous l’aurez deviné, les dessins (de Jeremy Haun) se concentrent évidemment sur les traits des visages, et nous embarquent dans une aventure au style assez réaliste. On s’attache assez facilement à notre duo d’enquêteurs, dont on voit la relation évoluer rapidement, et le « méchant » de l’histoire, Calaveras, une sorte de mercenaire dont la perversion n’a d’égal que le charisme, a tendance à faire frissonner le lecteur rien que par le mystère morbide qui l’entoure.

Les deux inspecteurs de police s’enfoncent alors dans un thriller aux tendances complotistes pour tenter d’enrayer l’extermination d’une grosse moitié de la population (à défaut de fin du monde) dans ce premier tome, qui publie les six premiers épisodes d’une série américaine encore en développement, et on a hâte de voir ce qui se passera par la suite.

Image Comics

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter