40 ans après sa première publication aux USA, les éditions Aux Forges de Vulcain ont publié en février dernier Supernormal de Robert Mayer, roman inédit en France jusque-là. Traduit par Francis Guévremont, il est présenté comme un livre ayant influencé aussi bien Alan Moore, que Neil Gaiman ou Grant Morrison. Rien que ça !  D'ailleurs c'est ce dernier qui se charge de la préface et Kurt Busiek d'un avant-propos. Selon l'éditeur, c'est "un portait de l’Amérique qui doute de sa puissance et est prête à toutes les folies, un thriller labyrinthique et passionnant, une satire geek du monde des superhéros."

Robert Mayer était un journaliste américain à succès, régulièrement primé pour ses reportages sur la ville de New York. En 1977, il publiait son premier roman, Supernormal.

Pour le commander sur le site de l'éditeur, cliquez ICI.

Présentation de l'éditeur : David Brinkley a été le plus grand des super-héros. Mais il est difficile d’être et d’avoir été. Un jour, il prend sa retraite, se marie, commence à perdre ses cheveux, à prendre du poids, et s’installe en banlieue. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, quand une série de catastrophes décime la population de superhéros disponibles pour sauver New York. Plus de Superman, plus de Batman. C’est David qui doit retrouver ses collants, sa cape et son masque pour sauver une Amérique qui doute, en pleine Guerre Froide. Le seul problème, c’est que notre héros est désormais un homme entre deux âges, dont les pouvoirs tombent parfois en panne, et qui se sent complètement dépassé par l’Amérique des années 70, avec son cortège de nouveautés. Il se lance quand même dans l’aventure, et nous emmène avec lui dans un thriller qui plonge avec humour dans les méandres d’une Amérique qui doute, après l’affaire du Watergate et la fin de la guerre du Vietnam.

 

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter