Après un début de carrière d’écrivain ratée, qui n'a surtout jamais véritablement été lancée, hanté par le syndrome de la page blanche, c’est très endetté que Nathan Burnett quitte Los Angeles pour retourner vivre malgré lui chez ses parents dans la petite ville de Lockport dans l’Illinois. Il y sera accueilli les bras ouverts par ses parents, ainsi que par Marshall, son ami d'enfance. C'est lors d'une soirée arrosée avec ce dernier, que les deux amis tombent nez à nez avec une sorte de petite sphère, comme un trou noir en suspension devant eux. Lorsque Nathan touche cette sphère, il se transforme immédiatement en super-héros à la combinaison noire. Et son entière existence en sera chamboulée.

Black Radiant, tome 001 : la critique

C'est une histoire très contemporaine avec des (anti)héros trentenaires, des personnages qui ont déjà un passé, un peu de vécu, de l'expérience, mais surtout un protagoniste en plein questionnement sur le chemin que prend sa propre vie. Nathan, nouveau superhéros, au delà d'une confrontation avec un alter ego de couleur rouge (un soulagement, il n'est pas seul), qui profite de ses pouvoirs de manière plus lucrative, est confronté à des problèmes plus proches de lui, comme aller aider une famille en détresse sur l'autoroute par exemple. On est ici bien loin du monde ou de la galaxie à sauver. Mais son quotidien n'en est pas plus chamboulé, il reprend une vie qu'il essaie de garder normale, tente d'écrire à nouveau, mais souhaite par dessus tout que ses nouveaux "pouvoirs" puisse avoir une influence positive sur son existence. Il va falloir trouver comment dompter cette combinaison et ces nouveaux pouvoirs et donner enfin un sens à sa vie.

Premier tome introductif à un univers qui devrait être très riche par la suite, avec des aventures à la Power Rangers dont les auteurs s'inspirent très ouvertement. Toutes les motivations des personnages restent à expliquer, tout comme celle des entités extraterrestres qui gèrent les pouvoirs des super-héros. On apprend finalement que ces pouvoirs ne leurs appartiennent pas véritablement et que ces entités sont derrières ces pouvoirs. Mais le plus intéressant reste la gestion des surprises, des rebondissements et autres retournements de situations. Marshall qui semblait n'être que le copain un peu lourdingue et insistant, va prendre une importance au cours du récit qu'on ne voyait pas venir.

Le travail graphique de Marcelo Costa tirant un peu sur le manga est très réussi, très dynamique. Les personnages sont attachants et les costumes sont de petites merveilles. Le tout écrit en grande partie par Kyle Higgins, très ancré dans une réalité et un environnement qui du coup devient plutôt plausible. C'est un démarrage prometteur pour cette série finalement très originale et passionnante qui se dévore d'une traite.

Black Radiant, par Kyle Higgins et Marcelo Costa, aux Éditions Delcourt, 192 pages, 15,95€.

Delcourt

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter