Le terme "manga" trouve ses origines dans la civilisation japonaise au début du XIXe siècle. Il est popularisé sous le pinceau d’Hokusai, peintre de la célèbre estampe La Grande Vague de Kanagawa, qui l’utilisa pour qualifier ses croquis et ses recueils d’estampes. Littéralement traduit par l'expression "image dérisoire", il s’étend plus largement à la bande dessinée japonaise.

Aujourd’hui, le manga est un ambassadeur majeur de la culture japonaise à l’étranger. Toutefois, son univers possède son propre langage.

Le manga en 13 genres

Lorsque vous entrez dans une libraire japonaise, les œuvres sont rangées par genre. Cette classification est un héritage des premières publications dans les magazines.

Kodomo (子供) : Signifie "enfant". Ce mot désigne les mangas destinés à un public très jeune. On peut citer l’œuvre Doraemon.

Manga Doraemon.

Doraemon.

Shōjo (少女) : Signifie "jeune fille" ou "petite fille". Ce genre s’adresse à un public de jeunes filles. Les histoires se déroulent généralement au collège ou au lycée et les intrigues tournent autour de sentiments amoureux. Très souvent ils abordent les sujets de prédilection des adolescentes : sport, lycée, musique. Toutefois, il existe de nombreux sous genres.

Shōjo-Ai (少女愛) : Signifie "amour de jeunes filles". Ces mangas parlent souvent de relations sous-entendues ou de fortes amitiés entre deux femmes. Ces relations à tendance fleurs-bleues fait que le genre cible un lectorat féminin.

Yuri (百合) : Signifie "lys". Il s’agit de mangas mettant en scène des relations amoureuses entre femmes. Le yuri est plus explicite que le shōjo-ai où la sexualité n'est que sous-entendue.

Josei (女性) : Signifie "jeune femme". Un manga josei cible majoritairement un lectorat féminin (entre 15 et 30 ans). Les sujets traités portent souvent sur les histoires d'amour et les problématiques de la vie quotidienne.

Redisu (レディース) de l’anglais Lady’s : Ce genre cible principalement les femmes adultes.

Shōnen (少年) : Signifie "jeune garçon" ou "adolescent". Il s’agit du genre le plus exporté dans le monde. Un manga shōnen fait souvent l’objet de séries longues lorsqu’il a du succès. Ces séries sont appelées BlockBuster. Beaucoup sont très connues du public.

Seinen (青年) : Signifie "jeune homme". Le seinen est le genre opposé au josei. Il cible un lectorat masculin (entre 15 et 30 ans). Les graphismes sont plus réalistes et les scénarios sont adaptés à un public mature.

Shōnen-Ai (少年愛) : Signifie "amour de jeunes garçons". C’est le genre opposé au shōjo-ai. Ces mangas mettent en scène des histoires romantiques et plus ou moins platoniques entre 2 jeunes hommes.

Yaoi やおい/ Boy’s Love : C’est le genre opposé au yuri. Ce genre met en scène des relations homosexuelles entre hommes. Il s’adresse principalement à un public féminin et est écrit par des femmes. De nombreuses mangaka débutent dans le yaoi afin de se faire remarquer avant de rediriger leur carrière vers d'autres genres.

Ecchi (エッチ) : Signifie "indécent", "lubrique" ou encore "pervers". Ce terme est utilisé pour désigner les mangas à connotation sexuelle. La sexualité est souvent utilisée pour créer un effet comique. Ce style s'adresse surtout à un public masculin mais il en existe quelques-uns visant un public féminin.

Hentai (変態) : manga érotique ou pornographique.

Jidaimono (時代物) : Signifie "pièce de théâtre historique". Ce terme désigne les mangas historiques, autrement dit, les œuvres mettant en scène des samouraï mais aussi celles s’inspirant d’une période historique occidentale.

Les formats et les publications

Au Japon comme en France, les mangas sont publiés sous divers formats. Avant d’être édité en tant que tome, ils sont pré-publiés dans des magazines spécialisés.

Mangashi (漫画誌) : Ce terme est la contraction de "manga/漫画" et de "zasshi/雑誌" (magazine). Un mangashi est une revue spécialisée dans le manga. Il peut être hebdomadaire, mensuel ou bimensuel. À chaque numéro, de nouveaux chapitres de plusieurs œuvres sont diffusés. Il s’agit de la pré-publication. Le mangashi le plus célèbre est le Shōnen Jump. 

Magazine spécialisé dans le manga.

Couverture du Shōnen Jump.

Bunkobon (文庫本) : Publication en format de poche (format A6, couverture souple).

Tankōbon (単行本) : Publication en format semi-poche, plus grand que les bunkobon. Il s’agit de recueils de chapitres.

Wideban (ワイド版) : C’est une édition plus large que le tankōbon. Ainsi, il reprend l’histoire d’un manga tout en réduisant le nombre de volumes.

Aizōban (愛蔵版) : Volume en édition collector. Ces volumes sont plus coûteux mais également plus fournis. Les aizōban sont généralement tirés en séries limitées, ce qui augmente leur valeur financière et leur valeur en tant qu'objet de collection.

Kanzenban (完全版) : Signifie "version complète". C’est un quasi-synonyme de aizōban. Seuls les mangas les plus populaires paraissent sous ce format.

Les classifications hiérarchiques

Le Japon est un pays très codifié. L'honneur, le respect et l'affection possèdent leur suffixe.

Sama (様) : Suffixe honorifique qui marque le respect. Il est utilisé pour s’adresser à quelqu’un de haut placé ou à un individu pour lequel on porte un profond respect. Il est également utilisé pour s’adresser aux dieux.

Hime (姫) : Signifie "Princesse". On le retrouve notamment dans le titre d'un célèbre film de Miyazaki : もののけ姫 – Princesse Mononoke.

Princesse Mononoke.

Dono (どの) : Terme utilisé lorsque l’on s’adresse à un samouraï.

Sensei (先生) : Signifie "professeur" ou "maître". Il est utilisé pour s’adresser à un maître. Il peut s’agir d’un professeur, d’un docteur, d’un entraîneur. Toutefois, il peut aussi être employé avec une personne que l’on considère comme supérieure.

Shishō (師匠) : Signifie "maître". Le sens est similaire au terme sensei mais nuancé. Il est davantage employé pour désigner une personne qui enseigne une discipline.

Senpai (先輩) : Signifie "aîné". Terme marquant le respect envers un aîné dans un contexte hiérarchique (sportif, scolaire, travail). Le senpai se voit adosser le rôle de tuteur pour les kōhai.

Kōhai (後輩) : Signifie "cadet". Moins employé que senpai, ce terme désigne une personne considérée comme un novice, un disciple, un cadet dans un contexte hiérarchique.

San (さん) : Suffixe le plus utilisé car il est vu comme "neutre". Il marque le respect et une certaine distance. On peut le traduire par "Monsieur" ou "Madame".

Kun (くん) : Suffixe familier et affectif pour s’adresser à un individu de sexe masculin. Il est une marque de politesse entre des personnes du même âge.

Chan (ちゃん) : Comme kun, c’est un suffixe familier et affectif. Néanmoins, il est principalement employé pour les enfants et les petites filles.

Les expressions indispensables

Otaku ? NEET ? Ces mots sont des incontournables. On les retrouve dans beaucoup d’œuvres ainsi que dans la vie quotidienne.

Otaku (お宅) : Signifie "votre maison". Ce terme désigne une personne qui consacre la quasi-totalité de son temps à une activité d’intérieur, et ce, de façon obsessionnelle. Son intérêt se porte généralement sur les mangas, les animes, les idoles japonaises ou encore les jeux vidéo. Il est important de noter que cette expression a une connotation péjorative. En effet, l’otaku est vu comme une personne asociale et repliée sur elle-même.

NEET : Acronyme pour “Not in Education, Employment or Training”. Ce sont des personnes considérées comme inactives (en général des adolescents) car elles ne participent pas à la vie en société et reste cloîtrées chez elles.

Hikkikomori (引きこもり) : Attention, ce terme n’est pas à confondre avec NEET ! Il s’agit d’un phénomène qui s’est développé au début des années 90 et qui vient désigner le comportement de jeunes gens qui, sans raisons apparentes, s’enferment chez eux. C’est une question très connue au Japon.

Seiyū (声優) : Nom donné au doubleur/doubleuse d’animes et de jeux vidéo. C’est un métier reconnu au Japon et certains Seiyū sont des stars. Il existe également des écoles pour accéder à ce métier.

Moe (もえ) : Provient du verbe "Moeru" qui signifie "germer", "bourgeonner", "s’enticher". Il décrit un sentiment d’affection fétichiste pour un personnage féminin de manga ou d’anime.

Tsundere (ツンデレ) : Terme utilisé pour définir une personne semblant froide et hautaine au premier abord mais qui devient chaleureuse par la suite. Il provient de la contraction des mots "Tsuntsun" et "Deredere" qui signifient respectivement "distant, sec" et "amoureux, doux".

Kawaii (可愛い) : Signifie "mignon". Cette épithète peut être utilisée pour les animaux, les objets et les gens. Attention à ne pas la confondre avec l’expression "Kawaii sō" qui signifie "pathétique".

Yōkai (妖怪) : Créatures surnaturelles présentent dans le folklore japonais – monstres, esprits, fantômes. Les Yōkai sont très présents dans les mangas et dans la culture japonaise. L’auteur Shigeru Mizuki a écrit un ouvrage intitulé Le dictionnaire des Yōkai, disponible aux éditions Pika. 

Illustration tirée du livre Le dictionnaire des Yōkai de Shigeru Mizuki.

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter