La conquête de la Gaule touche à sa fin, César est proche de la victoire et son retour en héros est imminent. Coax, l'espion de César continue d'être un atout incontournable pour aider les troupes à avancer et conquérir les derniers opposants à l'armée Romaine. Mais pendant ce temps-là, Rome brûle, et c'est une guerre ouverte qui se déclare entre les partisans de César et les ennemis de l'Empereur menés par Pompée. Il est temps pour chacun de choisir son camps. Coax est envoyé à Rome en éclaireur, pour faire ce qu'il fait le mieux, régler les problèmes.

L'espion de César, la critique du tome 3 : Le Rubicon

Même si tous les personnages de cette fiction n'ont pas existé, la trame respecte la chronologie de l'Histoire et alors que César défait Vercingétorix, les problèmes de son autorité commencent à se poser à Rome et le pouvoir bascule dans le camp de ses ennemis. César se sert une nouvelle fois de Coax mais ce dernier, guerrier aussi rusé, musclé que sans pitié, profite lui-aussi de la situation pour finalement régler ses comptes personnels. Chacun s'y retrouve et cette alliance entre le Gaulois et le Romain est idéale pour tout le monde.

Le récit est sans concession et dépeint parfaitement une époque ultra violente où l'ordre est fragile et où trahison et vengeance sont légions. Les combats sont épiques et sanglants, les têtes roulent souvent au sol et les interrogatoires finissent souvent bien mal. Bref, c'est une époque formidable décrite par Pécau avec beaucoup de justesse. Côté dessin, plane un petit côté théâtral, la mise en scène, les personnages et le dessin rugueux pourraient rebuter de premier abord mais ce dernier plonge le lecteur dans l’ambiance froide et violente de cette époque pour ne plus le lâcher.

A notre époque, "franchir le Rubicon", signifie "faire un choix irréversible, prendre une décision irrévocable aux lourdes conséquences." Le Rubicon est une rivière qui sépare la Gaule de l'Italie et en 49 avant J.C., au moment même de notre récit, Pompée avait ordonné que toute armée traversant le Rubicon devait déposer ses armes avant de pénétrer dans Rome. Jules César de retour victorieux de la Gaule, met au défit Pompée en désobéissant et en traversant avec toutes ses troupes en armes. Totalement conscient de ce que son action allait signifier, il franchit le Rubicon en utilisant une expression qui deviendra aussi célèbre que lui, la fameuse "alea jacta est" en latin, "le sort en est jeté" en français.

Une trilogie intéressante par son aspect historico-réaliste, fidèle à l'époque et réaliste, dotée de personnages atypiques, aux gueules burinées, pour tout ceux qui aiment les histoires de gladiateurs et fans de l'époque de César.

L'espion de César, tome 3 : Le Rubicon, scénario : Jean-Pierre Pécau, dessins : Fafner. 56 pages, pour 14,95 euros chez Delcourt. Disponible en librairie depuis le 25 mai 2022.

Envie d'en discuter ?
Rendez-vous sur Discord
Suivez-nous pour ne rien rater :
Delcourt
La Seizième Maison

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter