Quentin Lefebvre est à la fois scénariste et éditeur de la saga Handman, colorisée par Bryan Wetstein du studio MAKMA. A l’occasion de la sortie du quatrième tome de cette série, nous avons posé quelques questions au créateur de Handman.

 

 

Bonjour Quentin. Comment vous êtes-vous lancé dans la bande dessinée ? 

Quentin Lefebvre : À 13 ans, j’en lisais et je me suis dit que ça devait être génial d’en faire, alors j’ai essayé. Je suis tombé amoureux de cet art, et au fur et à mesure, j’ai enchaîné les pages, croquis, cours de dessin, festivals, écoles d’art, pour me plonger dans ce domaine !

Êtes-vous un fan de comics de super-héros ?

Quentin Lefebvre : Plus ou moins. J’aime des styles de dessin, Frank Miller, Kevin Eastman… Et surtout des tomes 1, comme celui de Kick-Ass, Invincible, Walking Dead… après, pour les tomes suivants, souvent je trouve que ça s’essouffle. J’aime bien Captain Biceps aussi ! Et des films comme The Dark Knight !

Vous êtes l’auteur de la série Handman. Pouvez-vous nous la présenter ?

Quentin Lefebvre : Mickaël est un lycéen qui mène une vie tranquille… Un jour, par accident, il tombe les mains en avant dans un cours d’eau pollué, ce qui lui brûle les empreintes digitales. Il découvre alors que suite à ça, la force contenue dans ses mains a été radicalement modifiée : il peut les passer dans le feu sans se brûler, ou même détruire des murs ! Dérangé par ses pouvoirs, peu courageux, voulant surtout garder une vie tranquille, il comprend que le rôle de super-héros ne lui convient pas. Il ne veut pas sauver le monde, combattre des méchants ou porter un costume moulant… Mais il va devoir faire face aux événements de la vie, qui vont le pousser à s’assumer tel qu’il est.

Comment est né le personnage de Mickaël ?

Quentin Lefebvre : J’avais 16 ans, je me suis demandé ce que ça devait faire d’avoir un pouvoir à l’adolescence ! Alors Mickaël a cet âge là et doit gérer une force surhumaine en plus des devoirs d’histoire-géo.

Par quelles émotions est-il passé au fil des tomes ?

Quentin Lefebvre : La peur, le stress, les pleurs, le courage, la confiance, le sens du devoir, la crainte, mais aussi parfois le bonheur et la fierté.

Bryan Wetstein se charge de la colorisation des planches. Comment se passe / s’organise votre collaboration ?

Quentin Lefebvre : Très bien ! J’ai échangé avec Bryan par e-mail. Il a été à la fois réactif, rapide, talentueux. Je suis content de cette collaboration.

Quel regard portez-vous sur votre BD ?

Quentin Lefebvre : Je vois que j’évolue et je veux que la saga avance, pas que ça stagne. Cet album est le plus long des 4, ça voyage. Je prends des risques, je tente des choses, en essayant de garder la ligne que je me suis fixée : créer une histoire originale, avec un angle assez réaliste, tout en m’amusant et en traitant des grands thèmes.

Quels sont vos projets pour la suite de la saga ?

Quentin Lefebvre : Un tome 5 dont je vais surement bientôt commencer le scénario. Des envies de produits dérivés comme des posters, figurines, vêtements. Une volonté de conquérir le cœur des lecteurs en France et à l’international. Des rêves de jeux vidéos, films… Soyons fous !

Un grand merci à Quentin pour ses réponses, et à bientôt pour la suite des aventures de Handman ! 

Handman 4 – couverture.

Visuels des 4 tomes de la série.