La mort de Batman n’impacte pas seulement la ville de Gotham City. Non, elle touche aussi la bat-family qui se retrouve orpheline de son mentor. Mais le deuil est de courte durée pour nos héros, Batgirl, Robin, Nightwing et Red Hood qui doivent mener l’enquête sur une dangereuse organisation secrète, la Cour des Hiboux, tout en continuant de défendre leur ville ainsi que ses habitants. Il faudra alors leur redonner de l’espoir et leur prouver qu’ils sont toujours en sécurité, même sans le Chevalier Noir pour les protéger.

Incarnez les quatre derniers héros de Gotham City et veillez sur la ville tout en luttant contre les criminels et la police corrompue. Pour cela, prenez place dans le Beffroi, le nouveau centre d’opération de la bat-family qui permettra de faire le point sur vos prochaines interventions et vos diverses recherches.

Une bande originale survoltée

Mêlant avec justesse des thèmes orchestraux avec des morceaux plus punk et rock, la musique du jeu vidéo nous fait alterner entre émotions et frissons jusqu’au mouvements de tête frénétiques. Bien intégrée aux différentes scènes et parties du jeu, la bande son de Gotham Knights réussit à tirer son épingle du jeu.

Un scénario parfois prévisible mais non dénué d’intérêt

Ce qui ressort de ce jeu, c’est sa générosité. Il regorge d’énormément de références à l’univers de Batman mais aussi d’un beau lot de personnages cultes. Vous retrouverez ainsi des super-vilains comme Harley Quinn, Mr. Freeze, Le Pingouin, Gueule d’Argile et bien d’autres au cours de différentes quêtes et combats.

Sans jamais en faire trop et toujours teintés de justesse, nos super-héros y sont attachants. Le titre offre de belles surprises avec, par exemple, un Alfred Pennyworth bénéficiant d’une écriture subtile et intéressante. Il en va de même pour Batgirl et Red Hood, les deux grosses réussites du titre. En revanche, Nightwing et Robin sont un peu en deçà, manquant à certains moments de charisme et d’impact.

Ce qui est certain, c’est qu’avec Gotham Knights vous traverserez toute une palette d'émotions, que ce soit via des séquences touchantes rappelant la mort de Batman, ou bien des scènes plus drôles où l’humour est bien dosée. Sans jamais tomber dans la lourdeur, le titre se permet des blagues qui feront souvent leur effet.

C’est toutefois dommage qu’un titre ayant autant de bons côtés se perde bêtement sur des parties du scénario bien trop prévisibles. Pour peu que vous ayez derrière vous un bagage de lecteur de comics, certains moments vous paraîtrons téléphonés et pourrons parfois vous laisser une sensation de déception.

Nous n’avons cependant pas boudé notre plaisir en parcourant l’aventure, l’enquête étant agréable à suivre et à vivre, avec des rebondissements parfois savoureux. Une épopée qui vous prendra une dizaine d’heures en ligne droite et très certainement le double pour venir à bout de toutes les quêtes secondaires, sans parler de la récupération des collectibles éparpillés dans Gotham City.

Un mode co-op à deux joueurs en ligne

L’un des avantages de ce jeu vidéo est la possibilité de parcourir l’histoire en coopération avec un autre joueur. Vous pourrez donc faire équipe avec un partenaire pour vivre l'histoire à deux.

Chacun est libre de quitter la partie à tout moment et la rejoindre de la même manière. Votre aventure est donc totalement modulable. De plus, l’expérience, la progression et le butin sont transférables d’une partie en co-op à une partie solo.

Un gameplay varié mais sans prise de risque

Même si les différentes parties du gameplay sont maitrisées – avec plus ou moins de justesse –, Gotham Knights fait face à un cruel manque d’originalité, nous laissant un arrière-goût de déjà-vu à de nombreux moments. Vous y retrouverez donc des séquences d’infiltrations à la manière de la série des Batman Arkham, mais aussi des phases de jeu proches de Spider-Man sur PlayStation avec les différents larcins et crimes à stopper à travers le monde ouvert.

Focalisons nous d’ailleurs sur cette aire de jeu. La carte de Gotham City est plutôt grande tout en restant pour le coup assez vide. Passées les diverses interactions avec les criminels, vous aurez très rapidement fait le tour de la ville. Notons cependant la présence de véhicules pour vous y déplacer, comme votre bat-cycle et d’autres surprises. Vous pourrez aussi utiliser votre grappin sur tous les toits de la ville pour vous déplacer aisément sur l’entièreté de la carte et de ses cinq districts.

Le jeu nous propose aussi un bon nombre de possibilités de personnalisation. Vous aurez le choix parmi de nombreuses tenues pour les différents héros, ainsi qu’un éventail d’armes assez large, le tout avec des caractéristiques qui leur sont propres. La couleur de vos costumes ainsi que de votre bat-cycle sont également personnalisables. Outre la customisation plutôt complète offerte par Gotham Knights, le titre propose aussi un arbre des compétences pour chacun de vos personnages.

Une composante RPG vient se greffer au jeu. Hélas, elle n’est pas exploitée en profondeur et n’apporte pas grand chose. Les ennemis vous demanderont le plus souvent de taper dans le lard, sans réellement réfléchir à des stratégies pour en venir à bout. La donne change uniquement pour les boss où il est utile d’apprendre ses déplacements et points faibles. Une déception de ce côté là ainsi que sur le manque de combos et d’enchainements disponibles pendant vos affrontements.

Sauvé par la direction artistique

Si sa direction artistique est soignée et que le jeu possède une réelle identité lui permettant de se distinguer, il montre beaucoup de ses faiblesses sur son aspect technique. Tout d’abord, Gotham Knights est bloqué à 30 fps, sans possibilité d’aller au dessus et la proposition de divers modes (performance, qualité, etc.) est absente. Un choix discutable étant donné sa disponibilité sur les consoles next-gen uniquement. Malgré des explications de la part de l’équipe de développement qui justifie cela par la présence du mode co-op, cette décision peut laisser dubitatif. On notera au passage que ce choix s’est retrouvé moqué par différents acteurs de l'industrie du jeu vidéo sur les réseaux sociaux.

Au delà de ça, même si il est loin d’être déplaisant, rien ne semble justifier son annulation sur les consoles PlayStation 4 et Xbox One sur lesquelles il était en cours de développement, tant il paraît bien loin de leurs capacités. Les animations sont parfois rudes, les textures pas toujours très fines mais très souvent embellies par de beaux effets de lumière. Bref, il s’y mélange du convaincant et du décevant. Quant aux personnages, malgré le fait qu'ils soient plutôt bien modélisés, les expressions faciales sont parfois un peu figées, empêchant parfois de rentrer totalement dans une séquence émotion.

Les problèmes de caméra sont également nombreux et souvent très gênants lors des combats. Et l’absence de lock n'arrange pas la chose vu qu'il est, pour ainsi dire, impossible de verrouiller un ennemi, ce qui est incompréhensible pour un jeu de ce genre.

Que retenir de Gotham Knights ?

Même si il ne brille pas par son originalité et ne révolutionne pas tout un genre, Gotham Knights remplit son rôle. Ce qu’il propose est juste et maitrisé, et la diversité de gameplay très sympathique, rendant le tout assez varié et loin d’être rébarbatif.

Il offre également au joueur une nouvelle vision de Gotham City avec sa propre esthétique. Certains passages sont écrits avec une belle dose de subtilité – avec notamment quelques scènes qui vous marqueront pendant longtemps – et la direction artistique gomme pas mal de manquements techniques, nous offrant des moments agréables à l’œil. Le tout est appuyé par une ambiance sonore réussie qui accompagnera la progression du joueur au cours d'une partie avec d’une durée de vie raisonnable.

En résumé, Gotham Knights est un bon jeu – qui mériterait un 14/20 si nous le notions — avec une aventure de longue haleine que vous pourrez vivre dès le 21 octobre 2022 sur PC, PlayStation 5 etXbox Series X/S.

debug: t=23 / nbp=24

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter