B. alias BRZRKR (comme Berserker) attend seul sur son banc, sous une pluie battante. Il se remémore une précédente mission sanglante, comme toutes les missions, dans laquelle il était parti à la recherche du président d'un quelconque pays d'Amérique du sud. Comme à chaque fois, il a semé la mort et la destruction sur son passage, aidé de quelques acolytes de l'US Army. Son plus gros avantage sur ses ennemis étant bien d'être immortel, il est suivi psychologiquement et l'armée s'intéresse de très près à son passé.

BRZRKR, la critique du tome 1

B. est un mélange de Connor MacLeod et de John Wick. Il est une machine à tuer intemporelle, assassin insatiable depuis sa plus tendre enfance. Il est né il y a maintenant quatre vingt mille ans et l'immortalité commence à sérieusement lui peser. Comme dans Highlander, le film de Russell Mulcahy de 1986 avec un Christophe Lambert au pic de sa forme, le héros immortel est aigri par le temps qui n'a aucun impact sur lui, et souhaiterait pouvoir finalement être mortel pour profiter de sa vie alors qu'il n'est finalement qu'un rat de laboratoire pour l'armée américaine qui souhaite découvrir son secret, le cloner et détenir enfin l'arme ultime.

Le récit est délibérément ultra-violent, la violence exacerbée du personnage est visuellement présente dans toutes les cases. Tout ça déborde d'hémoglobines et on est parfois perdu dans le sang et les boyaux, mais le principal étant que les méchants ne survivent pas et que B. puisse étancher sa soir de sang. Puisqu'il s'agit bien là de nourrir la bête fauve comme nous l'explique l'histoire du personnage. Le récit va au delà de l’histoire basique du gentil qui devient un tueur implacable. Ici est racontée la genèse du personnage, l'histoire de ce "dieu", nouveau héros de sa tribu et de ce qu’en a fait son père.

La carrière de Keanu Reeves est intéressante. Acteur, il a percé avec Bill and Ted's Excellent Adventure en 1989 puis Point Break en 1991 pour s'imposer en star du film d'action avec Speed en 1994, et enfin Matrix, le film des frères Wachowski en 1999. Il y incarne Neo et se voit offrir par Morpheus le choix entre les deux fameuses pilules, la rouge ou la bleue. Les trois films suivants de la saga de science-fiction sont largement discutables (et décriés), mais le premier film a définitivement changé la donne des films de genre au cinéma. Après un gros passage à vide, Keanu Reeves est revenu en force en 2014 avec le rôle de John Wick, qu'il reprendra trois fois et dont le dernier volet est sorti en salles ce mois-ci. Et la série de films confirme la capacité de Keanu Reeves à jouer dans des scènes d'action parfois très violentes et efficaces.

La bonne nouvelle, c'est aussi que le présent récit devrait être adapté dans un film BRZRKR et en série. L'acteur canadien devrait incarner lui-même le héros qu'il a inventé pour notre plus grand plaisir. En refermant ce premier tome, on est pas du tout écœuré par cette ultra-violence, mais plus en peine pour un personnage extraordinaire qui a vécu dix mille vies, et qui voudrait bien être juste un peu ordinaire. L'album se termine par un director's cut qui s'apparente plus à un commentaire de certaines planches mais qui nous apprend ce que souhaitait véritablement Keanu Reeves dans ce premier bouquin. Premier essai transformé, ce premier tome donne envie d'en connaitre plus sur ce personnage à travers les âges et là, il y a 80 000 ans à couvrir.

BRZRKR tome 1, Delcourt, 144 pages, 16,95€ (11,99€ en numérique). Sortie le 15 mars 2023. Scénario de Matt Kindt sur une histoire de Keanu Reeves. Dessins de Ron Garney.

Envie d'en discuter ?
Rendez-vous sur Discord
Suivez-nous pour ne rien rater :
DelcourtMatt Kindt
La Seizième Maison

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter