Si vous suivez l’actualité, vous avez très certainement remarqué que les politiques se font en ce moment un peu bousculés. S’ils n’ont pas le temps de souffler, le livre de Gilles Morand, Têtes Couronnées, ne va pas les aider !

Fan de comics depuis les fonds baptismaux, il aurait pu batifoler en slip avec tous les super-héros. Mais à défaut il a choisi de revisiter l’art délicat de la caricature dont Têtes Couronnées en financement participatif sur Ulule promet d’en dépoussiérer la pratique.

Salut Gilles, merci de répondre à Superpouvoir. Tu es caricaturiste et (prochainement) auteur du livre Têtes couronnées. Dès le collège, dessinais-tu déjà tes camarades ?

De mémoire, j’ai toujours dessiné. J’ai retrouvé des dessins en maternelle qui étaient bluffants, représentants des amis de l’époque. Après mes souvenirs sont au lycée et au collège, j’y dessinais avec un pote des batailles épiques sur les tables en bois avec des rotring. En chimie, c’était Waterloo. Je m’occupais de l’armée française et mon ami des autres. En cours de Math, on se faisait la guerre de Sécession en s’inspirant de la BD Les Tuniques Bleues ou des batailles des super-héros : Marvel contre DC.

Comment t’es-tu lancé dans la caricature ?

J’ai toujours plus ou moins croqué des amis, autour d’une table de jeu de rôle ou à l’école. J’ai tout de suite été influencé par la bande dessinée franco-belge où des caricatures apparaissent souvent comme Pierre Tchernia dans Astérix, mais surtout avec les albums Rubriques à Brac de Gotlib qui reste mon maître.

Je m’y suis mis vraiment quand je suis devenu directeur artistique dans les agences de publicité parisienne. J’y dessinais tout le monde au stylo bille entre deux campagnes de pub. Commerciaux et créatifs défilaient à mon bureau pour être caricaturés.

Têtes Couronnées, c’est un recueil de tes dessins de personnalités politique. Pourquoi ce choix ?

En caricature, j’ai d’abord commencé par des stars de la TV, de la musique ou du cinéma. J’avais fait quelques caricatures de politiques comme Sarko ou Villepin, mais pas plus. L’idée est venue plus tard.

Beaucoup de politiques ont vraiment une gueule, sur le moment c’était sans doute plus facile à gérer.

Pourquoi les transposer dans la période révolutionnaire ?

Lorsque j’ai lu les livres de Patrick Rambaud qui mêlaient actualité politique et Premier Empire, j’ai eu comme une révélation et j’ai associé mes caricatures à des tableaux anciens du XVIII et du XIXe . Tout a commencé comme ça.

Ton thème est-il en résonance avec cette période troublée, où les gilets jaunes font cramer le pays et où la confiance envers les politiciens est quasi-nulle ?

On est loin de l’inquisition quand même… Je mets un point d’honneur à ne jamais être trop politique et ne pas mettre en avant un politique plus qu’un autre. Si l’on regarde bien, mes caricatures sont plutôt sympathiques quel que soit le bord politique.

À savoir si une tête couronnée est faite pour tomber, je ne sais pas, mais nous sommes l’un des trois seuls pays à avoir tué son monarque (rires).

Quelles sont les réactions suscitées par tes dessins ?

Quand je fais des politiques, tout le monde apprécie, même quand c’est un personnage venant de leur bord politique. Je trouve les gens assez fins dans leurs remarques.

Quand ils me disent que j’ai moins réussi une caricature que d’habitude je suis généralement d’accord avec eux et je n’hésite pas à en refaire une différente.

N’as-tu pas songé à faire dans le comics plutôt que dans le politique ?

Je voulais plus jeune me lancer dans le comics… J’avais vers 19 ans intégré un tout nouveau studio avec des professeurs qui voulait lancer de nouveau dessinateurs et scénaristes de BD de super-héros. Mais mon métier de Directeur artistique pub m’en a vite éloigné.

Malgré tout j’ai en ce moment un certain nombre de projets artistiques liés aux super-héros qui je l’espère verront le jour très bientôt.

Superman divin -(Conception : Gilles Morand)

Superman divin (Conception : Gilles Morand)

Ton inspiration vient des comics, peux-tu nous en dire plus ?

J’ai toujours une « période comics » sauf que je l’ai un peu restreinte. J’ai commencé à collectionner les comics avec les éditeurs lyonnais comme LUG et Arédit vers l’âge de onze ans… J’ai vite eu l’intégralité des collections en me rendant chez la librairie Album à Paris on l’on trouvait facilement à l’époque et pour pas trop cher les numéros manquants. À seize ans, j’avais déjà tous les Strange, Special Strange, Nova, Spidey et les autres, ainsi qu’une large partie des productions l’éditeur Arédit. Ensuite je suis rentré en école d’Art à Paris et je me suis concentré sur les comics importés, particulièrement Marvel.

Quels sont tes héros préférés ?

De très loin c’est Docteur Strange, le seul que je continue à collectionner (j’ai tout depuis 1963, alternate covers comprises), mais j’était aussi très fan de Iron Man et des X-Men. Je n’ai pas été déçu par les films qui sont venus bien plus tard d’ailleurs !

Que peut-on te souhaiter pour la fin de ta campagne participative ?

Eh bien qu’elle aboutisse ! Beaucoup attendent le livre avec impatience et j’espère qu’on pourra leur fournir.

Question Superpouvoir : si tu pouvais avoir un super pouvoir, lequel choisirais-tu ?

Les pouvoirs de UATU (the Watcher) : le sens cosmique.

Retrouvez Têtes Couronnées sur Ulule jusqu’au 20 décembre : https://fr.ulule.com/tetes-couronnees/

.