Superman: Up in the Sky est un recueil des histoires courtes de Tom King et Andy Kubert publiées dans les fameux 100-Page Giant uniquement distribué dans les supermarchés Walmart. Si l’opération n’a pas pu aller jusqu’au bout, les segments de 12 pages ont été recueillis dans les fascicules de Superman: Up in the sky #1 à 6, à raison de deux chapitres par numéro.  L’album est donc comme un recueil de nouvelles, liées entre elles par une intrigue générale (la recherche d’une petite fille), mais toutes auto-contenues.

Chaque récit a son propre sujet et son propre thème.  King va ainsi explorer successivement l’abnégation totale de Superman qui décide de quitter la Terre pour sauver une petite fille, kidnappé par un extra-terrestre, l’inspiration au bien qu’il provoque chez les autres créatures vivantes, son amour pour Lois Lane qui le pousse à imaginer les pires scénarios quand il est loin d’elle, sa croyance en la vérité, la justice et l’idéal humain (l’american way en VO), comment son aspect humain fait de lui un héros, plus que la puissance de son côté extra-terrestre, comment même face à la tentation, il préserve ses idéaux. Tout au long de ses récits, King va tester les limites et mettre en valeur la ténacité sans failles du héros. Superman va ainsi expérimenter une machine, censément fatale, pour localiser la petite disparue ou bien se confronter à un ennemi aussi fort que lui, voire même à son ami Flash, dans des confrontations qui rappellent le mythique combat contre Mohamed Ali ou les duels récurrents contre le bolide écarlate des années 70 et 80.

Toujours, dans ces épreuves, Superman fait preuve d’une volonté inflexible. Le scénariste met ainsi en exergue ce qui fait la spécificité de Superman. Il n’est pas courageux, il est super-courageux, il n’est pas idéaliste, il est super-idéaliste. S’il est le premier des SUPER-héros, il en est également la définition même. Toutes les qualités que nous attribuons à un héros, il les décuplent, dans une version imaginaire et romantique. De fait, ce super-héros est aussi leur modèle à tous, celui que tous respectent et à l’aune duquel ils se mesurent, même Batman.

Ce coté over-the-top est parfaitement symbolisé par le style d’Andy Kubert. Ses anatomies et ses cadrages outrés font merveilles pour dépeindre la puissance d’un autre monde de Superman. Si Kubert a longtemps lorgné sur le style de son père Joe – notons d’ailleurs, en clin d’œil, la présence du Sgt. Rock – ou sur celui de Jim Lee, depuis Dark Knight: The Master Race, il semble vouloir également s’inspirer de la veine de Frank Miller, avec ces personnages ultra-massifs qui viennent renforcer l’impression d’un sur-monde.

Cependant, si Superman repousse toutes les limites, ce n’est pas grâce à sa nature extra-humaine, mais grâce à sa volonté sans faille. Par la grâce de leurs petites « nouvelles », King et Kubert livrent un récit certes elliptique, mais qui trace un portrait humain par petites touches du personnage. Les deux auteurs signent là une véritable ode littéraire à un héros de plus de 80 ans. Et pour parfaire ce portrait, Urban propose un autre court récit de King, illustré par Clay Mann et paru initialement dans Action Comics #1000, qui célèbre encore un peu plus le héros en mettant en avant son côté intemporel. Auto-contenu et d’une puissance d’évocation particulièrement efficace, Superman: Up on the Sky est un très bel album pour qui veut découvrir – ou se rappeler – que Superman est bien la quintessence du super-héros.

Superman: Up in the Sky (Superman: Up in the Sky #1-6, extrait d’Action Comics #1000), DC Deluxe, 184 pages, 17.50 €. Sortie le 26 juin 2020. Traduction de Jérôme Wicky et Laurent Queyssi, lettrage de Moscow Eye et Makma.



Partager sur Facebook Partager sur Twitter
.