C’est l’enfer pour Spawn, dont le projet de film est à l’image du personnage, ni complètement mort, mais pas vraiment vivant non plus. Cela fait des années que Todd McFarlane a écrit le scénario du film qu’il rêve de réaliser. L’année dernière, l’auteur-businessman a su se faire une petite place à la Comic-Con de San Diego. Il avait une maison de production (Blumhouse, qui a produit Get Out, Split, Insidious, Paranormal Activity), des investisseurs, et même trouvé son Spawn (Jamie Foxx) et son Twitch (Jeremy Renner). Restait à mettre tout le monde d’accord sur le scénario et convaincre un distributeur.

Car Todd McFarlane est intransigeant sur deux points : il ne changera pas le scénario, et ce sera lui et personne d’autre qui réalisera le film – bien qu’il ne l’ait jamais fait auparavant. De quoi refroidir pas mal de studios, d’autant que l’auteur ne souhaite pas faire un film de super-héros classique, mais un véritable film d’horreur dans lequel Spawn reste tapi dans l’ombre.

Durant la Comic-Con de San Diego cette année, McFarlane s’est montré nettement plus silencieux. Tandis que le comic book célèbre son numéro 300 – ce qui est exceptionnel pour un titre de comics indépendant –, c’est pourtant sur les retards tout aussi exceptionnels que rencontre son projet de film.

« J’ai besoin de 20 millions de dollars pour faire ce film, je n’ai pas tout. Je dois demander de l’argent aux gens, et une fois que vous leur demandez, ils ont leur mot à dire. Comme je l’ai plusieurs fois dit, il s’agit d’une bataille très difficile. Tout ce que je souhaite, c’est simplement faire ce petit film sombre pour adultes, et ils n’aiment que ces films à succès PG-13. »

Il ajoute qu’il n’abandonnera pas, et qu’il est prêt à tout pour financer son film, même à lancer une campagne de financement participatif. « Regardez, je suis tenace, je suis comme un chien avec son os. Je vais y arriver, je peux vous le vous le promettre. Je vais y arriver. Parce que je vais battre le système. Voilà ce que je vais faire : lancer une campagne sur Kickstarter. J’ai besoin de vingt millions de personnes qui me donneraient chacune un dollar. Et je ferai ce film. Et quand je récupérerai l’argent, je vous rendrai le moindre dollar. Et vous serez tous mes producteurs. Tout ce dont j’aurai besoin, c’est d’un distributeur. »

On ne peut qu’être impressionné devant tant de ténacité et d’efforts, et le reboot d’Hellboy tant à lui donner raison sur le principe de garder le contrôle de son personnage. Mais difficile d’imaginer un nouveau film Spawn dans ces conditions. Pourtant, une série Netflix (ou une autre plateforme) sur le rejeton de l’Enfer serait sans doute une bien meilleure idée.

À lire aussi

.