Les Moutons Électriques sortent ce mois-ci Super-héros ! Sous le masque, une anthologie d'essais centrée sur la figure du super-héros à travers différents médias, que ce soit la BD, le cinéma ou les jeux vidéos. Sous la direction de Victor Lopez, une quinzaine de spécialistes, dont Xavier Fournier, Alex Nikolavitch, Sonia Dollinger ou Arnaud Tomasini se sont penchés sur cette figure extrêmement populaire actuellement. Mathieu Tortuyaux, lui, s'est penché sur un lien plus méconnu, celui entre super-héros et jeux de rôle.

Mathieu Tortuyaux

Peux-tu te présenter et nous dire comment tu en es arrivé à écrire pour "Super-héros ! Sous le masque", un article sur les super-héros et les jeux de rôle ?

Mathieu, rôliste depuis 35 ans et lecteur de comics assidu depuis 33 ans, même si la précision se perd avec le temps. Je suis un des chroniqueurs de Rôliste TV et à plusieurs reprises, nous avons été en contact avec les Moutons Électriques. Et un beau matin, Mérédith Debaque m'a contacté pour me faire part du projet. Je pense avoir réfléchi le temps d'un clin d'œil. J'avais déjà produit des vidéos sur plusieurs jeux sans dire trop de bêtises et c'est comme ça que sur un malentendu...

À la fin des années 80, les jeux de rôle de TSR feront l'objet d'adaptations en comic-books. Couverture d'Advanced Dungeons & Dragons #1 par Jan Duursema (TSR/DC Comics).

Superpouvoir.com n'a malheureusement parlé que peu des jeux de rôle. Comment pourrais-tu les présenter à un néophyte ?

Ouh là. Eh bien, on dira que tu joues un personnage évoluant dans un univers mis en scène par un maître de jeu (MJ). Le mieux est d'aller voir sur Rôliste TV !

Nous n'y manquerons pas. Quel est pour toi le lien le plus évident entre ces deux thématiques, comics et JdR ?

Il y a l'évasion et, surtout, la projection. Tu te projettes dans le jeu de rôle et quand tu découvres les super-héros, tu t'amuses à les imiter. Et dans le jeu de rôle, tu peux te projeter dans TA création, et non celle que tu as lue. Il y a aussi l'aspect bouillonnant de vie du genre qui permet de tout jouer et, en tant que MJ, tu peux écrire ta propre "fan-fiction".

La série Stranger Things a joué avec la fibre nostalgique autour de Donjons et Dragons, au point qu'une série limitée a réuni les deux franchises. Couverture de Stranger Things and Dungeons and Dragons #1 par Diego Galindo (IDW)

Super-héros et jeux de rôle, c'est une histoire d'amour plutôt ancienne ?

Oui, assez. Le premier jeu s'appelle Superhero 2044 et il est sorti en 1977, trois ans après la sortie de Dungeons & Dragons. Ensuite, le genre ne se définit pas par une profusion de jeux, mais surtout par une présence constante. Il faut le reconnaître, tout comme la rivière entre lecteurs de comic-books et spectateur des films de superhéros est difficile à franchir, il en va de même entre les joueurs et les lecteurs.

Le jeu Superhero 2044 fait office de grand ancêtre dans la relation super-héros/JdR. Illustration de couverture par Mike Cagle (Gamescience)

Quels sont les jeux consacrés aux univers de super-héros que tu conseillerais le plus ?

Si tu connais parfaitement le genre, c'est Mutants & Masterminds qui est une pure création de Steve Kenson. Il s'inspire de tout ce qui est sorti et classe en archétype les héros. Cela permet au MJ de pouvoir vraiment tout créer pour avoir son propre univers. Ses villes comme Freedom City ou Emerald City sont de vraies réussites : on croirait qu'elles ont trente ans de continuité.
Si tu ne connais pas trop, il vaut mieux aller vers des jeux licences des univers connus. Mais hélas, il faudra attendre le prochain JDR Marvel car pour l'instant aucun jeu des Big Two n'est en publication.

Une liberté créative infinie avec Mutants and Masterminds de Steve Kenson. Illustration de couverture par Ramón Pérez (Green Ronin Publishing).

Les grands éditeurs, pourtant prompts à décliner leurs marques sous toutes ses formes, seraient-ils frileux vis-à-vis du JdR ?

Non, ils ne le sont pas, mais ce sont les exigences financières qui font que le marché du jeu de rôle ne peut pas tout absorber. Les éditeurs voient cela comme un produit dérivé de plus et une ligne comptable. Il est loin le temps où Alan Moore dévoilait la fin de Watchmen aux concepteurs du supplément !

On peut dire aussi que avec Le Dernier des Dieux (qui a été converti en cadre de jeu par l'auteur et avec l'aide de l'auteur de jeu Dan Telfer") et avec Vampire La Mascarade : La Morsure de l'hiver [tous deux édités en français chez Urban, ndlr] qui est un comics dans l'univers du jeu, mais avec feuilles de personnage incluse, ainsi que les conversions en termes de jeu des protagonistes, une nouvelle tendance se présente.

Si les JdR ont eu leurs adaptations comics, l'inverse est également vrai avec le fameux jeu tiré de Watchmen, approuvé par Alan Moore. Illustration de couverture par Dave Gibbons (Mayfair Games).

Comment s'est déroulé le travail autour de "Super-héros ! Sous le masque" ? Et est-ce que ça a impacté ton rapport aux super-slips ?

Il m'a permis de me plonger dans les racines des jeux de ce genre et aussi dans les magazines de l'époque. Je crois que c'est ce qui a été le plus intéressant. Le public rôliste n'était pas amateur du style comics, loin de là, comme on le voit dans le courrier des lecteurs ou au détour de rubriques. C'est un des points de mon article : les frontières sont assez fermées. Comme pour ceux qui regardent les films ou lisent les bd. Ce sont deux approches différentes (comme  le fait que tu lises seul déjà) et si le chemin dans le sens de comics/joueurs se fait parfois, le retour se fait encore moins.

Question rituelle de Superpouvoir.com : si tu en avais un, de super-pouvoir, quel serait-il ?

Celui de Madrox : me multiplier !

Merci, Mathieu.

On peut te retrouver bien évidemment sur la chaîne Rôliste TV et donc au sommaire de Super-Héros ! Sous le masque, une collection d'essais dirigée par Victor Lopez et publiée aux Moutons Électriques. Disponible depuis le 8 octobre 2021. 

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter