Alors qu'il avait annoncé récemment être atteint de la maladie de Charcot, la nouvelle du décès du dessinateur espagnol Carlos Pacheco n'est hélas pas une surprise, même si elle survient très rapidement et après un petit cafouillage médiatique.

En septembre dernier, Pacheco apprenait au monde la terrible nouvelle. Après des démêlés médicaux qui l'avait éloigné de la planche à dessins, le dessinateur s'était vu diagnostiquer une Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA ou maladie de Charcot ou maladie de Lou Gehrig), une maladie dégénérative malheureusement fatale dans l'état actuel de la médecine.

Et de fait, la maladie l'a particulièrement touché, mais à l'image des personnages qu'il a dessiné, Carlos Pacheco était un héros. Il a ainsi décidé de faire don de ses organes encore viables. Une volonté qui a conduit les médecins de l'hôpital La Línea de la Concepción à Cádiz, à le placer sous sédation ce qui a sans doute pousser le journal El País à titrer sur le décès du dessinateur au matin du 9 septembre dernier. Une annonce prématuré qui a mis certains proches de l'artiste, comme David Macho, très en colère.

"Carlos Pacheco n'est pas mort. Il n'est pas encore parti. Assez, s'il vous plaît. Vous ne faites que blesser sa famille. Pour tous ceux qui le font par amour pour lui, s'il vous plaît: pas encore. Pour ceux d'entre vous qui se précipitent pour être les premiers et obtenir la médaille: vous êtes la putain de racaille de la terre et vous méritez tout ce qui vous arrive, bande de merdeux. Vous ne faites que causer de la douleur et de la souffrance à ceux qui sont vraiment proches de Carlos. STOP."

Néanmoins, c'était reculer pour mieux sauter car Carlos Pacheco nous quittait finalement en début de soirée le même jour, cette fois confirmé par des proches, comme le dessinateur Jesús Merino qui fut longtemps son encreur attitré.

"Maintenant oui, Carlos Pacheco est officiellement décédé cet après-midi vers dix-huit heure. J'espère qu'il y a quelque chose de mieux de l'autre côté, mon ami, et que tu attends, parce que nous avons encore quelques discussions en suspens et que,  maintenant, je n'ai plus personne avec qui refaire le monde."

Les hommages n'ont évidemment pas mis longtemps à fleurir sur les réseaux sociaux. Le maire de sa ville natale, San Roque, a decreté un deuil de deux jours pour sa ville et a salué le geste noble et généreux de l'artiste. Son cercueil a 'ailleurs été transféré au crematorium sous les applaudissements des habitants de sa ville.

"Carlos Pacheco, célèbre dessinateur et citoyen d'honneur de San Roque, est décédé aujourd'hui, mercredi. Le maire, Juan Carlos Ruiz Boix, a décrété deux jours de deuil officiel, une chapelle ardente sera installée dans le hall du Palais des Gouverneurs..."

"San Roque fait ses adieux à Carlos Pacheco sous les applaudissements. Le cercueil de Carlos Pacheco a été transféré jeudi soir sous les applaudissements de la Plaza de la Iglesia, comme dernier hommage de San Roque à son fils préféré."

 

L'hommage de Bill Sienkiewicz à Carlos Pacheco (source: Facebook)

"Carlos Pacheco était un artiste visionnaire dont les contributions aux héritages de Superman, Green Lantern et JLA/JSA auront un impact durable sur l'industrie. DC présente ses sincères condoléances à sa famille, ses amis, ses fans et ses nombreux collaborateurs."

"Nous déplorons la perte d'un membre cher de la famille Marvel, le dessinateur et scénariste Carlos Pacheco. Nous nous souviendrons de son héritage, les dessins et les récits emblématiques d'Avengers Forever, Fantastic Four, X-Men, Excalibur, Captain America et bien d'autres. Nos pensées vont à ses proches."

"Chaque fois que vous rencontriez Carlos Pacheco, vous étiez accueilli par un rire franc, une poignée de main vigoureuse et une grande accolade. Puis vous passiez des heures à parler de dessins et de comic-books. Les créateurs commencent tous par être des fans, et Carlos ne vous laissait jamais oublier à quel point il était un grand fan. Illustrer des bandes dessinées n'était pas seulement un travail pour lui. C'était sa passion, la vocation de sa vie. Et il ne vous laissait jamais l'oublier. Il y avait des Kirby Krackles qui crépitaient toujours dans ses yeux. Et c'était là, dans chaque personnage, case et page qu'il a dessiné. C'est ce qui a fait de lui l'un des meilleurs. C'était une joie de lire ses bandes dessinées. C'était un plaisir d'apprendre à le connaître. C'était un honneur de l'appeler un ami. Sa perte est si dure. Mais il vivra dans les cœurs, dans nos souvenirs et dans nos bandes dessinées. J'aurais juste aimé entendre ce rire une dernière fois. Repose en paix, Carlos."

"Avengers Forever existe grâce à Carlos Pacheco.

Son contrat devait être renouvelé, et il a dit à Bob Harras qu'il voulait deux choses : Il voulait faire un projet Avengers et il voulait que je l'écrive.

À ce moment-là, nous n'avions jamais travaillé ensemble, et nous nous étions à peine rencontrés.
Bob m'a appelé et m'a demandé si j'étais partant pour le projet. J'ai été extrêmement flatté et j'ai dit à Bob que je n'avais pas le temps (c'était très vrai), mais que pour avoir la chance de travailler avec Carlos, je le trouverais.
Ensuite, nous avons dû trouver une histoire !

Nous avons commencé avec un concept différent, et nous avons fini par nous tourner vers l'idée d'Avengers Forever à la dernière minute. Elle devait à l'origine être une intrigue secondaire dans la série principale Avengers. Elle a été transformée en une histoire à part entière grâce aux conseils avisés de Mark Waid. 

Je pense que c'est en choisissant le casting que nous avons commencé à réaliser que nos sensibilités étaient les mêmes, en termes de ce qui marchait et de ce qui ne marchait pas, des bandes dessinées que nous avions aimées quand nous étions enfants et dont nous nous sommes inspirés une fois adultes.

Notre collaboration et notre amitié se sont construites sur cette base.

Carlos, en particulier, a insisté pour que Songbird soit dans AF (parce que, comme il l'a dit, "elle est tellement adorable !") et a adhéré à l'idée de choisir des Avengers qui étaient au milieu de la tourmente et du changement.

Il a suggéré que nous utilisions le Cap désabusé de l'ère Englehart. Il voulait le Yellowjacket, mais c'est moi qui ai dit que nous avions besoin du YJ fou de Avengers #59-60 (dans mon cas, en partie parce que son masque montrait ses yeux et le rendait plus expressif). Nous voulions tous les deux Hawkeye: Carlos a suggéré de le prendre juste après qu'il ait perdu ses pouvoirs de Goliath, et j'ai dit qu'il fallait le faire pendant qu'il portait encore le costume de Goliath (j'adore ce costume !). Et ainsi de suite. À chaque étape, nous répondions aux idées des autres par "Ouais ! Et... !" On avait l'impression d'être sur la même longueur d'onde.

Carlos était aussi le principal responsable de la distribution des Avengers de l'ère Killraven. Il voulait que Killraven, dans cette tenue, soit essentiellement le nouveau Cap, nous lui avons donc donné le bouclier photonique. Il voulait aussi Jocaste, et voulait qu'elle soit enceinte. Il voulait aussi une Panthère Noire plus âgée. Je pense avoir suggéré Thundra et peut-être le Crimson Dynamo - j'ai toujours eu un faible pour les deux.

C'est comme ça que ça s'est passé. Nous savions où l'intrigue allait, mais elle était suffisamment souple pour que nous puissions en inventer de grandes parties au fur et à mesure. Je me souviens que je voulais que l'Intelligence Suprême soit présente au final, mais il n'est pas très mobile, alors je me suis demandé ce que ferait Kirby et j'ai lancé : "Rick Jones arrive au volant d'un énorme buggy cosmique armé jusqu'aux dents, avec l'Intelligence Suprême dans une cuve à l'arrière, et Kang sur le siège avant, chargé comme un ours de fusils".

Carlos a éclaté de rire et a crié "OUI ! Bien sûr !".
C'était tellement amusant.

Nous avions les mêmes sensibilités ailleurs aussi, comme vous pouvez le constater avec Arrowsmith et notre série Superman. De temps en temps, nous parlions de faire un projet sur la Légion des Super-héros. Nous aimions tous les deux la Légion, et les mêmes époques. Et nous ne parlions pas beaucoup de Batman, mais j'aurais adoré faire une série sur Batman avec lui. Encore une fois, nos cœurs étaient au même endroit, là aussi.

C'était toujours un grand moment de travailler avec Carlos. Je suis vraiment désolé que nous n'ayons plus l'occasion de travailler ensemble, mais je garderai toujours en mémoire ces années, ces conversations, cette énergie.

Des moments follement amusants."

"C'est avec tristesse que j'ai appris le décès d'un autre esprit créatif talentueux dans notre petite, mais vibrante, industrie, Carlos Pacheco. En plus de partager une énergie dynamique et amusante dans tout ce qu'il dessinait, je n'ai entendu que des histoires positives et sincères sur sa personne."

Source : Bleeding Cool

debug: t=58 / nbp=59
DC ComicsMarvel Comics

Ça pourrait vous intéresser

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter