Dans l'espace erre un vaisseau nommé L'Indomptable. Du moins c'est le nom inscrit sur sa coque. Ses habitants, eux, l'appellent Crache-Mords-Griffe-Et-Tombe-Parfois. Ce sont en effet des chats anthropomorphes, descendants évolués des félins qui accompagnaient les humains sur le vaisseau. Depuis, les Nourriciers ont disparus et ce sont les chats qui ont pris le contrôle de l'appareil.

Pourtant, la vie n'est pas simple pour le capitaine Ginger, le sergent Mitaines et le reste de l'équipage qui doivent piloter un appareil dont ils ne comprennent pas entièrement le fonctionnement, gérer une surpopulation croissante et échapper aux Lumens, ces extraterrestres ennemis des humains et qui seraient à l'origine de leur disparitions.

Issue de l'éditeur AHOY, cette mini-série en quatre parties nous met d'emblée dans le jus. Pris en pleine bataille spatiale, nous découvrons l'équipage. À commencer par le fameux capitaine Ginger, commandant le vaisseau, responsable et intrépide, mais traînant une relation difficile avec sa mère, présente sur le vaisseau. Le sergent Mitaines est chargé de la sécurité, bourru et expéditif, il est en permanence en confrontation avec Ginger. Sciencecat est, comme son nom l'indique, l'expert scientifique, brillant mais en sursis à cause d'une leucémie. L'ingénieure Bonaccueil s'occupe des machines, mais aussi des dizaines de chatons de ces portées successives. Bure, elle, s'occupe du "faiseur", machine héritée des hommes et qui permet à l'équipage de subvenir à tous ses besoins. Enfin, nous faisons également la connaissance de Deena, sous les ordres de Mitaines, mais amoureuse de Ginger.

On sait tous que les chats sont des extraterrestres venus nous conquérir – la preuve, il y a un documentaire qui le prouve –, mais le scénariste Stuart Moore et la dessinatrice June Brigman sont partis d'un autre postulat : et si c'était les chats qui nous succédaient ? Et si ils prenaient notre place dans les étoiles ? Et si, pour (mal) paraphraser Clifford D. Simak, "Demain les chats" ?

Les deux auteurs ont ainsi imaginé un immense vaisseau spatial, abandonné des hommes, mais laissé entre les pattes de quelques chats évolués et humanoïdes et d'une masse de banals chats de gouttières.

À eux de survivre en essayant de comprendre leurs anciens "nourriciers", leur façon de vivre et comment ils ont disparus. À eux donc de gérer notre legs, notre héritage.

Pour autant, les chats restent des chats. L'indépendance reste leur maître mot et pas question de se couler dans le moule de l'humanité.  Avec humour, les auteurs nous montrent comment une société nouvelle se met en place petit à petit, notamment en trouvant des solutions aux petits défauts de nos amis félins (que tout propriétaire de chats reconnaîtra) comme leurs habitudes de se reproduire très vite ou de marquer leurs territoires, que ce soit avec leurs griffes ou de manière plus odorante. Les personnages sont en plus très bien caractérisés, créant très vite une dynamique bienvenue.

Drôle, enlevée, bien menée, cette série bénéficie en outre du graphisme épuré et limpide de June Brigman. Ancienne dessinatrice de Power Pack chez Marvel, Le travail de Brigman est encré par son mari, Roy Richardson, avec qui elle a signé les comic-strips Brenda Starr, reporter et Mary Worth. Son encrage plutôt gras apporte un certain relief et un ancrage plus terre-à-terre aux dessins de son épouse. À travers leurs graphisme, on sait en tout cas que nous avons affaire à des spécialistes des chats puisque le couple possède pas moins de dix de ses félidés !

Captain Ginger, tome 1: Instinct de survie (Captain Ginger #1-4 + extraits de Mine! et  Dragonfly & Dragonfly Man #1), éditions Delcourt, 160 pages, 15,50 €. Sortie le 23 septembre 2020. Traduction de Hélène Remaud, lettrage de Moscow Eye. 

 

 sur Superpouvoir.com
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter