À chaque saison son festival geek. La Teste accueillait ce week-end le Bassin Geek Festival, où Superpouvoir s’est rendu et a rencontré le youtubeur Mister Flech.

Rien ne vaut la chaleur humaine lorsque la froidure se présente et le BGF de la Teste en avait à revendre. Là, après avoir bravé les ronds points occupés par des cosplayers en gilets jaune, geeks de tous les horizons communiaient joyeusement.

Quizz de culture geek et moshis, chansons de princesses et réalité virtuelle, il y avait de quoi satisfaire le geek lambda comme l’occasionnel.

C’est après son quizz spécial Nintendo, où il invitait notamment le public à mimer Yoshi que nous avons rencontré Mister Flech, un youtubeur bordelais fan de manga et de jeux vidéo, dont la chaîne Youtube commence à prendre de l’ampleur.

Mister Flech (Photo : Dominique Clère) - Superpouvoir

Mister Flech est aux manettes (Photo : Dominique Clère)

Comment es-tu devenu Mister Flech sur Internet ?

Quand j’étais gamin, j’écrivais déjà des petites chroniques sur des forums, et j’avais pas mal d’amis sur Internet qui faisaient des let’s play. Devenir vidéaste sur Youtube s’est imposé comme une suite logique. J’ai eu envie de faire mes propres émissions sur les jeux vidéo sur un format humoristique et rapide.

Quel est le concept de ta chaine Youtube ?

Mon émission principale s’appelle Reset System. Je prends une licence et j’y développe à  chaque fois un jeu, accompagné d’un personnage, une chienne geek appelée Hermine.

Le jeu vidéo, c’est un sujet que l’on retrouve pas mal sur Youtube, non ?

Quand j’ai débuté en 2014 il y avait beaucoup de let’s play mais peu de chroniques présentées sur le format humoristique. Il y avait le Joueur du Grenier, mais je ne m’inscris pas dans la mouvance des angry test.

Et toi, tu ne détruits pas les jeux dans tes vidéos ?

Ça dépend. Même si je peux détruire un jeu dans une vidéo mon émission Wrecking Games, comme dans le cas de Call of Duty Ghost, je peux reconnaître leurs qualités et il faut aussi prendre en compte que les conditions de travail pour réaliser un jeu ne sont pas toujours faciles.

J’essaye de garder un regard bienveillant en proposant un mélange entre piques et taquinerie. Sur ma vidéo qui parle de Candy Crush, j’ai parlé du danger d’addiction que représente ce type de jeu, tout en tempérant, en rappelant qu’il était très dur de gagner de l’argent avec des jeux sur mobiles.

On est au Bassin Geek Festival, le rendez vous hivernal des geeks. Es-tu geek toi-même ?

Je pense que je peux le dire. Il y a plein de manières de se considérer comme tel. On peut être geek et ne pas aimer les super-héros et se retrouver dans les mêmes conventions. C’est un public très large et hétéroclite.

Moi je suis surtout over fan de Nintendo, d’animés et de manga.

Quelle était ta première console ?

J’ai eu ma première console à 9 ans, avec une Game Boy Advance et je suis resté Nintendo depuis.

Apprécies-tu cette ambiance de convention ?

C’est super en étant de Bordeaux, d’être invité à un festival bordelais. On y retrouve des potes et je suis content de rencontrer des festivaliers qui aiment ce que je fais.

Ça fait du bien de se rattacher à du réel, de rencontrer les gens en vrai, d’aller au-delà du cadre de Youtube.
En plus, j’ai eu la chance de pouvoir faire mon propre quizz Nintendo, et c’était vraiment sympa.

Tu disais tout à l’heure être fan de manga. Il paraîtrait que tu aurais un projet en préparation. Peux-tu nous en parler ?

Si tout se passe bien, il y a un manga avec Hermine qui devrait voir le jour, se basant sur l’univers des jeux vidéo.

Est-ce quelque chose dont tu as envie depuis longtemps ?

L’idée se construit depuis un moment. Je sais que mon public apprécie beaucoup Hermine et j’ai eu envie de construire une histoire autour de ce personnage.

J’ai toujours été ultra créatif. Quand j’étais plus jeune, je créais mes propres niveaux de jeux vidéo sur papier, je faisais mes fiches de RPG lors des pauses à l’école. J’ai toujours été dans des trucs comme ça.

Raconter des histoires, c’est la continuité de son enfance (…), le recul d’adulte aide à les mettre en forme.

Gamin tu te racontais déjà des histoires ?

Oui, depuis mon enfance, je me suis toujours inventé des histoires et des projets, mais à l’époque, je ne savais pas forcément les concrétiser. Le recul d’adulte aide à les mettre en forme.

À tous les âges ont est attaché à la fiction. Il y a quelque chose d’émouvant à s’imaginer raconter à son soi gamin les opportunités qu’on a aujourd’hui, et dont on rêvait enfant. Créer mon propre manga, c’est assez incroyable.

Pour finir, la question fétiche : si tu pouvais avoir un superpouvoir lequel serait-ce ?

La téléportation, parce que j’ai horreur de l’avion. Je vais au Japon cet été et j’appréhende un peu. Si je pouvais m’y téléporter ce serait parfait !

Video Thumbnail

RESET SYSTEM #18 – Portal

À chaque saison son festival geek. La Teste accueillait ce week-end le Bassin Geek Festival, où Superpouvoir s’est rendu et a rencontré le youtubeur Mister Flech. Rien ne vaut la chaleur humaine lorsque la froidure se présente et le BGF de la Teste en avait à revendre. Là, après avoir bravé les rond

.