Venom

Après deux heures de purge, il était de bon ton de prolonger le plaisir. Sony a bel et bien décidé de conserver la formule Marvel et de teaser de potentielles suites et extensions de cet univers consacré à l’Araignée sans l’Araignée.

Ça va de soi, mais sait-on jamais : cet article décrit et analyse plusieurs scènes du film Venom. Si vous souhaitez éviter les spoilers, nous vous conseillons de lire autre chose. Notre critique du film, par exemple.

Venom : la première scène post-générique

Eddie Brock est emmené au pénitencier de Saint Quentin pour y faire sa nouvelle interview à sensation. Tandis qu’on le mène le long d’un couloir sombre, un gardien lui précise que la personne qu’il va interviewer a mandé Brock en personne et qu’il n’a jusque là pas dit un mot. Brock et le gardien arrivent devant une cellule où un homme en camisole est enfermé : Cassius Cassidy (Woody Harleson), un tueur en série qui fait les gros titres. Sur le mur a été écrit « Welcome God ». Cassidy et Brock se retrouvent seuls et discutent. Cassidy déclare que quand il sortira – et il sortira – ce sera… un carnage.

Référence obligatoire à laquelle on ne pouvait pas échapper, cette première scène nous tease l’arrivée potentielle de l’autre Symbiote, Carnage, un des adversaires les plus odieux et violents de l’univers Spider-Man. Woody Harelson avait plusieurs fois été mentionné pour jouer le rôle mais aucune image n’avait jamais filtré. Force est de constater que le film va jusqu’à ruiner le magnifique Woody Harleson, gentiment ridicule sous sa perruque rousse et manifestement pas bien dirigé sur ce coup-là. Une suite qu’on aimerait par avance voire enterrée.

Venom : la seconde scène post-générique

« Pendant ce temps, dans un autre univers… »

Nous passons au format animé. Spider-Man (manifestement Miles Morales) court en échappant à un super-vilain dans les rues de New-York. Il parvient finalement à se défaire de son étrange adversaire resté dans l’ombre et se rend au cimetière, sur une tombe couvertes de fleurs : celle de Peter Parker. Il lui présente ses excuses à haute-voix quand tout à coup, un homme surgit que Miles assomme par erreur. L’intrus porte sous son manteau un costume de Spider-Man. La police déboule et Miles, collé à l’intrus par un bout de toile, est contraint de l’emmener avec lui pour une course poursuite effrénée. Qui est cet homme ? La ressemblance avec Peter Parker est assez troublante.

Moins une scène cachée qu’un extrait, cette séquence nous présente le prochain film d’animation de Sony, Spider-Man: New Generation (Into the Spider-Verse en VO), un projet prévu pour ce Noël et qui s’annonce d’ores et déjà comme infiniment plus excitant que Venom. Bien évidemment, Superpouvoir sera sur la brèche pour vous en fournir une chronique. En tout cas, comme le laisse présager les bande-annonces, l’animation est crayonnée, fluide, agréable et le concept inédit et original – les multiples Spider-Men connus de la bande-dessinée vont s’allier contre une nouvelle menace et le jeune Miles Morales (issu de l’univers Ultimate) a enfin le premier rôle.

Spider-Man: New Generation (Into the Spider-Verse)

À lire aussi